La Pommeraye (Maine-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Pommeraye.
La Pommeraye
Borne Michelin
Borne Michelin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Saint-Florent-le-Vieil
Intercommunalité C.C. du canton de Saint-Florent-le-Vieil
Maire
Mandat
André Grimault
2014-2020
Code postal 49620
Code commune 49244
Démographie
Gentilé Pommeréyen, Pommeréyenne
Population
municipale
3 990 hab. (2011)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 21″ N 0° 51′ 33″ O / 47.3558333333, -0.859166666667 ()47° 21′ 21″ Nord 0° 51′ 33″ Ouest / 47.3558333333, -0.859166666667 ()  
Altitude 78 m (min. : 12 m) (max. : 174 m)
Superficie 39,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
La Pommeraye

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
La Pommeraye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Pommeraye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Pommeraye
Liens
Site web Site de La Pommeraye

La Pommeraye est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Ses habitants sont appelés les Pommeréyens, au masculin, et Pommeréyennes, au féminin.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Pommeraye est située approximativement au centre d'un triangle formé par les villes d'Angers, Nantes et Cholet, dans la petite région des Mauges, à environ trois kilomètres au sud des bords de Loire, au milieu des coteaux de vignes et de vergers.

La Pommeraye fait partie du département de Maine-et-Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Marie-Ginette Constantin    
mars 2008 en cours André Grimault[1],[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du canton de Saint-Florent-le-Vieil[3], elle même membre du syndicat mixte Pays des Mauges.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 990 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 700 1 854 1 905 3 134 3 100 3 096 3 308 3 539 3 722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 670 3 729 3 505 3 348 3 243 3 046 3 086 3 080 2 995
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 918 2 840 2 886 2 722 2 743 2 713 2 755 2 760 2 946
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 947 3 084 3 197 3 495 3 564 3 623 3 945 4 001 3 966
2011 - - - - - - - -
3 990 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,4 %) est supérieur au taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 46,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 18,1 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 19,7 %, plus de 60 ans = 20,6 %) ;
  • 53,4 % de femmes (0 à 14 ans = 17,4 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 17,9 %, plus de 60 ans = 29,3 %).
Pyramide des âges à La Pommeraye en 2008 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
3,8 
6,7 
75 à 89 ans
11,3 
13,2 
60 à 74 ans
14,2 
19,7 
45 à 59 ans
17,9 
20,9 
30 à 44 ans
18,4 
18,1 
15 à 29 ans
17,2 
20,8 
0 à 14 ans
17,4 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Sports[modifier | modifier le code]

La Pommeraye comprend une salle de tennis de quatre courts intérieurs, et trois courts extérieurs en terre battue depuis 2010.

La Pommeraye comprend aussi un boulodrome, construit récemment afin d'accueillir ses joueurs de pétanque, ainsi qu'un terrain de football, une salle de tennis de table récente.

Culture[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreuses activités culturelles. Lors du festival les " Z'Artipoms ", toutes les associations culturelles envahissent les rues du centre et proposent toutes sortes de manifestations (danse, musique, théâtre, chant, peinture...).

En outre, la commune dispose d'une grande salle de spectacle, la salle St-Martin, où des manifestations culturelles sont proposées (théâtre avec l'association Théâtre de l'Intermède, danse avec la troupe Fit'danse, musique avec l'OHLM, cinéma...).

Au printemps 2012, la municipalité a décidé de raser la salle de spectacle pour y construire un cinéma d'une centaine de places.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 341 établissements présents sur la commune à fin 2010, 29 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 46 % de celui du commerce et des services et 11 % du secteur de l'administration et de la santé[8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de La Pommeraye propose un polyptyque de huit panneaux réalisé par Bernard Bouin en 1997.
  • Le moulin de Bêne est un moulin à eau sur petit ruisseau (Ruisseau des Moulins), à roue à augets. Ce moulin était destiné à de petites productions de farine.
  • La commune accueille chaque année une étape du championnat automobile de courses de montagne, "la course de cote" qui a lieu au mois de mai.

Philatélie[modifier | modifier le code]

  • Un timbre-poste de France émis en 2002 dans la série "Le siècle au fil du timbre - Vie quotidienne" , intitulé "Louise la repasseuse", reproduit une photographie[9] prise en 1950 à La Pommeraye (catalogue Yvert et Tellier 3523, 0,46 €).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie Moreau (Mère Marie Joseph), en 1825, elle et ses compagnes fondent la congrégation carmélitaines des sœurs de la Providence.
  • Fernand Esseul né le 19 octobre 1901 à La Pommeraye, décédé le 10 mars 1993. Il fut élu dans la même année 1945, conseiller municipal puis maire de la Pommeraye ainsi que conseiller général de Maine-et-Loire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Résultats officiels des élections municipales de mars 2008 à {{subst:PAGENAME}} sur le site officiel du ministère de l'intérieur
  2. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département du Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  3. Insee, Composition de l'EPCI Canton de Saint-Florent-le-Vieil (244900726), consulté le 12 octobre 2013
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à La Pommeraye en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 avril 2012)
  7. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 avril 2012)
  8. Insee, Statistiques locales du territoire de La Pommeraye (49), consultées le 5 mai 2013
  9. Photographie de Louis Esnault.