La Planète sauvage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Planète sauvage

Titre original La Planète sauvage
Réalisation René Laloux
Scénario René Laloux et Roland Topor d'après le roman de Stefan Wul
Sociétés de production Les films Armorial (Paris), Service de la recherche ORTF (Paris), Československý Filmexport (Prague)
Pays d’origine Drapeau de la France France,
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Genre Aventure, science-fiction
Sortie 1973
Durée 72 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Planète sauvage est un film d'animation de science-fiction réalisé par René Laloux, sorti en 1973. Le scénario s'inspire librement du roman Oms en série de Stefan Wul.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sur la planète Ygam vivent les draags, une espèce d'humanoïdes mesurant douze mètres de haut. Ils ont atteint les plus hauts sommets de la connaissance. Leur existence s’écoule lentement, tout entière tournée vers la méditation.

Les enfants des draags raffolent de minuscules animaux familiers, les oms, ramenés d'une lointaine planète dévastée, Terra. Peu de draags envisagent les oms comme des créatures intelligentes, même s’ils sont doués d'une faculté d’adaptation certaine. Certains draags considèrent même cette espèce comme nuisible, car si les oms de luxe font la joie des petits, les spécimens qui s’échappent et retournent à l’état sauvage tendent à proliférer dans les parcs et volent des biens appartenant aux Draags.

Terr est un bébé dont la mère, une oms sauvage, meurt lorsque des enfants draags s'amuse. Tiwa, la fille de Sinh, est attendrie par le bébé et le recueille. Un collier est placé au cou de Terr. Le collier peut être activé par Tiwa, il ramène alors l'om à la manière d'un aimant.

Terr grandit, il devient un adolescent, alors que Tiwa reste une adolescente : le développement des draags est plus lent que celui des oms. Tiwa utilise un outil qui ressemble à un serre-tête, et qui permet d'apprendre toutes sortes de connaissances. Cet outil fonctionne aussi sur Terr, qui apprend ainsi l'écriture des draags.

Terr décide un jour de s'échapper. Il part avec le serre-tête. Lorsque Tiwa s'aperçoit de la disparition, elle active le collier. Terr est irrémédiablement attiré, mais une om sauvage le croise, et détache le collier avec un couteau. Elle le mène dans sa tribu, qui est établie dans l'arbre d'un parc draag abandonné.

Il se fait accepter par la tribu, et le serre-tête est utilisé par différents membres de la tribu, ce qui permet aux oms de progresser. Un jour, le parc est « désomisé ». Une partie des oms arrive à s'enfuir, mais deux draags les aperçoivent et se mettent à en écraser un certain nombre. Les oms réagissent, ils tuent un draag, l'autre s'enfuit. Les oms mettent le cap sur un entrepôt de fusées abandonné.

Quinze ans passent, les oms construisent des fusées, et en arrivant sur une autre planète utilisée par les draags, ils arrivent à mettre en danger la civilisation draag. Une paix est signée, et les oms créent un satellite artificiel et s'installent à sa surface.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Conception et production[modifier | modifier le code]

Le scénario est écrit par René Laloux et Roland Topor. Les images du film sont créées à partir des dessins de Roland Topor dans les studios d'animation Jiří Trnka de Krátký Film à Prague. L'animation emploie la technique du papier découpé.

Distinctions[modifier | modifier le code]

La Planète sauvage obtient le prix spécial du jury à Cannes en 1973 et un prix Saint-Michel à Bruxelles en 1974.

Analyse[modifier | modifier le code]

La Planète Sauvage est une adaptation poétique du roman de Stefan Wul. Représentant des humains ravalés au rang d'animaux domestiques des gigantesques Draags, Laloux met en scène une réflexion sur l'intelligence, la société, la politique et la nature humaine.

Le film prend cependant quelques libertés avec l'œuvre originale. Deux points sont à relever particulièrement :

  • dans le film les Oms décident de se rendre sur le satellite naturel de la planète à bord de fusées tandis que dans le livre ils rejoignent un continent inhabité à l'aide de bateaux ;
  • surtout, la méditation des Draags, élément clé du film et de son dénouement, est absente du roman. Là où le film décrit des Oms capables de vaincre les Draags en détruisant les extra-terrestres réceptacles de leurs esprits en méditation (création pure des scénaristes du film), le roman décrit simplement une défense acharnée des Oms face aux attaques militaires des Draags qui leur permet, par un coup de bluff final, de négocier un traité de paix.

Liens externes[modifier | modifier le code]