La Planète des singes : L'Affrontement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Planète des singes (homonymie).

La Planète des Singes : L'Affrontement

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film.

Titre québécois L'Aube de la planète des singes
Titre original Dawn of the Planet of the Apes
Réalisation Matt Reeves
Scénario Mark Bomback
Scott Z. Burns
Rick Jaffa
Amanda Silver
Acteurs principaux
Sociétés de production Chernin Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Sortie 2014
Durée 131 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Planète des singes : L'Affrontement ou L'Aube de la planète des singes au Québec (Dawn of the Planet of the Apes) est un film de science-fiction américain réalisé par Matt Reeves, sorti en 2014.

C'est la suite de la La Planète des singes : Les Origines, reboot de la célèbre série cinématographique adaptée du roman éponyme de Pierre Boulle.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dix ans ont suffi à la grippe simienne pour décimer une grande partie de l'humanité. Dans les ruines de San Francisco, un groupe de survivants tente de rétablir le contact avec le monde extérieur. Il leur faut pour cela avoir accès à un barrage hydroélectrique, en plein cœur de la vallée environnante, territoire des singes. Ces derniers, menés par César, se méfient des hommes. L’équilibre fragile est perturbé, et la peur mène inévitablement les deux camps à s'affronter...

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Créé à l'origine dans les laboratoires de Gen-Sys pour éradiquer la maladie d'Alzheimer, le rétrovirus ALZ-113 a mené la civilisation humaine à sa perte[1]. Insensibles à la lente agonie de l'humanité, les singes intelligents libérés par César (Andy Serkis) ont établi leur communauté dans les vallées environnant San Francisco.

Dix années ont passé, dont deux sans que les singes ne voient le moindre signe d'activité humaine. Un matin, alors qu'ils rentrent au camp, les fils respectifs de César et Rocket, Yeux Bleus et Ash, rencontrent un groupe d'humains. Ces derniers sont dirigés par Malcolm (Jason Clarke). L'un d'eux, Carver (Kirk Acevedo), panique et tire sur Ash. César arrive avec sa tribu et ordonne aux humains de quitter les lieux. Koba (Toby Kebbell), un bonobo qui a une forte rancune pour les hommes après avoir subi de mauvais traitements pendant sa captivité en laboratoire, pousse César à montrer leur force. Le lendemain, une véritable armée de singes débarque au camp des hommes, situé au cœur de la ville en ruines. L'avertissement est clair.

Malcolm réussit à convaincre son compagnon en chef, Dreyfus (Gary Oldman), de lui donner trois jours pour se réconcilier avec les primates afin d'avoir accès à un barrage hydroélectrique sur leur territoire, ce qui leur permettrait d'utiliser de l'électricité à long terme. Dreyfus, méfiant, arme ses hommes en utilisant un arsenal de l'armée. César permet à Malcolm de travailler sur le générateur du barrage, à condition qu'ils viennent sans fusils. La tension est forte au début, mais peu à peu la méfiance mutuelle diminue des deux cotés. Malcolm, sa partenaire Ellie (Keri Russell), qui travaillait au CDC d'Atlanta; et son fils Alexander (Kodi Smit-McPhee) se lient d'amitié avec les singes. Pendant ce temps, Koba, obsédé par sa vengeance, infiltre le Q.G. des hommes à San Francisco et découvre l'arsenal militaire. Persuadé que César n'agit pas de la bonne manière pour le bien de la tribu, il défie son autorité. Cette bagarre marque la césure dans la relation entre les deux amis.

Alors que le barrage est finalement réparé et que l'électricité revient dans la ville, Koba monte un plan pour renverser le pouvoir en place en tuant trois hommes, dont Carver, pour s'accaparer un fusil et un briquet. Pendant la nuit, il met le feu au camp et tire sur César. Profitant de la panique, Koba jette le blâme sur le groupe des humains et donne l'ordre de mener l'assaut. Le groupe de Malcom fuit alors que Koba guide les siens à la guerre. En ville, le conflit sanglant éclate avec les hommes de Dreyfus qui peinent à repousser les singes armés avec les fusils de leur propre armurerie. Malgré de lourdes pertes chez les singes la forteresse tombe et Koba fait emprisonner les survivants. Ash refuse de tuer les humains qui ne sont pas armés, en citant les enseignement de César. Il est alors tué par Koba. Désemparé, Yeux bleus commence à douter des idéologies extrêmes du nouveau leader. Il n'est pas le seul, mais Koba fait également enfermer ceux qui ne lui sont pas fidèles. Pendant ce temps, le groupe de Malcolm trouve César, vivant mais très mal en point. Ils le transporte dans l'ancienne maison de son maître. César révèle à Malcolm que c'est Koba qui lui a tiré dessus, et réalise sa naïveté pour avoir pensé que les singes valaient mieux que les humains. Malcolm entre dans la ville pour trouver des fournitures de soins médicaux. Il y retrouve Yeux Bleus et l'amène voir son père. Ce dernier devient nostalgique en se remémorant des moments de son enfance passée avec son ancien ami, Will (James Franco).

Pendant que César reprend des forces et décide de défier Koba pour mettre fin au carnage, Malcolm part retrouver Dreyfus, qui l'informe que ses hommes sont entrés en contact radio avec des survivants situés dans une base militaire au nord. Alors que César et un Koba fou de rage s'affrontent au sommet de l'immeuble, Malcolm tente d'empêcher Dreyfus de faire tout exploser avec du C-4. Malgré tout, ce dernier fait sauter les charges (ce qui occasionne sa propre mort) tandis que dans un ultime effort désespéré, César propulse Koba dans le vide. Agrippé à un rebord, le traître fait appel à la précieuse règle de la tribu : « singe pas tuer singe »[2]. César lui rétorque qu'il n'est plus un vrai singe, et laisse tomber Koba.

Malcolm informe César de l'arrivée imminente de renforts humains. Tout deux déplorent l'occasion perdue pour la paix. César est persuadé que les humains ne pardonneront jamais aux singes d'avoir commencé la guerre. Alors que Malcolm et sa famille fuient dans les décombres, la tribu salue le retour de son chef...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur RS Doublage[6] et sur Allodoublage[7].

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Après la sortie de La Planète des singes : Les Origines, le réalisateur Rupert Wyatt évoque plusieurs pistes possibles pour une suite[8]. Le producteur et scénariste Rick Jaffa confirme cela et évoque d'autres suites : « j'espère que nous allons construire une plate-forme pour des films futurs »[9].

En septembre 2012, Rupert Wyatt quitte le projet en raison de délais de production trop courts, selon lui, pour une sortie en mai 2014[10]. Son remplaçant, Matt Reeves, est confirmé en octobre 2012[11]. Mark Bomback est ensuite engagé pour quelques réécritures, suite au changement de réalisateur[12].

À la fin du volet précédent, les singes se libéraient de leur captivité au moment où un virus se répandait dans le monde. L'histoire de cette suite se situe dix ans plus tard, et explore le conflit entre les singes et les survivants humains. « En tant que meneur, César a désormais beaucoup plus de responsabilités (...) Il doit galvaniser ses congénères tout en essayant de vivre en paix avec les humains. C’est de la politique et il va devoir ménager des alliances avec les uns et les autres » explique l'acteur Andy Serkis[13]. Ce film est un prequel à la version de 1968[14].

Auditions[modifier | modifier le code]

En février 2013, Gary Oldman, Jason Clarke, Keri Russell et Kodi Smit-McPhee sont confirmés dans les rôles principaux[15],[16].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté en avril 2013 à Campbell River, en Colombie-Britannique au Canada[17]. Le tournage a également lieu sur l'Île de Vancouver, choisie pour sa variétés de paysages et ses forêts[18]. L'équipe se déplace à La Nouvelle-Orléans le 6 mai 2013[réf. nécessaire]. La plupart du film a lieu à San Francisco, en Californie.

Musique[modifier | modifier le code]

Dawn of the Planet of the Apes
Motion picture soundtrack

Bande originale par Michael Giacchino
Durée 77:38[19]
Genre musique de film
Compositeur Michael Giacchino
Label Sony Masterworks

Albums par Michael Giacchino

Bandes originales de La Planète des singes

La musique du film est composée par Michael Giacchino, qui succède à Patrick Doyle.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Level Plaguing Field 2:21
2. Look Who’s Stalking 2:35
3. The Great Ape Processional 4:34
4. Past Their Primates 1:57
5. Close Encounters of the Furred Kind 4:38
6. Monkey to the City 1:16
7. The Lost City of Chimpanzee 3:46
8. Along Simian Lines 5:04
9. Caesar No Evil, Hear No Evil 2:27
10. Monkey See, Monkey Coup 5:12
11. Gorilla Warfare 7:37
12. The Apes of Wrath 4:28
13. Gibbon Take 2:55
14. Aped Crusaders 3:26
15. How Bonobo Can You Go 5:42
16. Enough Monkeying Around 3:35
17. Primates for Life 5:42
18. Planet of the End Credits 8:56
19. Ain’t That a Stinger 1:10

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

La date de sortie est fixée au 18 juillet, avant d'être finalement avancée au 11 du même mois [20].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Les critiques internationales sont très positives, faisant monter le score à plus de 90% sur l'agrégateur Rotten Tomatoes[21]. Sur Metacritic, le film obtient la note de 79/100 pour 48 critiques recensées[22]

Pour Le Parisien, « ce second volet de la saga monte également d'un cran au niveau des scènes spectaculaires et de l'interprétation ahurissante d'Andy Serkis (...) ». Libération, salue « le scénario pas si bête aux accents shakespeariens » et l'utilisation des effets spéciaux « qui, pour une fois, servent vraiment à quelque chose »[23]. De son côté, L'Express, qui consacre quatre pages à la saga lors de la sortie du film, décrit ce film comme un « blockbuster efficace »[14].

Box-office[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis et au Canada, Dawn of the Planet of the Apes réalise 72 611 427 $ de recettes pour son premier week-end d'exploitation, pour un budget de production d'environ 170 millions de dollars[3]. En France, le film réalise le 3e meilleur démarrage de l'année 2014[24].

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 202 668 551 $[3],[25] 20 août 2014 6
Drapeau de la France France 3 097 641 entrées[25] 19 août 2014 3
Monde Monde 539 574 093 $[3] 20 août 2014 -

Romans dérivés du film[modifier | modifier le code]

En mai 2014, Titan Books publie le roman Dawn of the Planet of the Apes: Firestorm, écrit par Greg Keyes, qui retrace les évènements situés entre La Planète des singes : Les Origines et La Planète des Singes : L'Affrontement[26],[27].

Alex Irvine a quant à lui été chargé de la novélisation du film[28].

Suite[modifier | modifier le code]

En janvier 2014, alors que La Planète des Singes : L'Affrontement n'est pas encore sorti, le producteur Peter Chernin et la 20th Century Fox révèlent que Matt Reeves réalisera et coécrira avec Mark Bomback la suite[29]. La sortie du film aux États-Unis est prévue pour le 29 juillet 2016[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La chute de l’Humanité dans une vidéo virale - AlloCiné
  2. « Ape not kill Ape » en V.O.
  3. a, b, c et d (en) « Dawn of the Planet of the Apes », sur Box Office Mojo (consulté le 22 août 2014)
  4. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database.
  5. On notera que Koba était le surnom de Joseph Staline dans la clandestinité.
  6. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage, consulté le 19 juin 2014
  7. Fiche du doublage français du film » sur Allodoublage, consulté le 30 juin 2014, m-à-j le 30 juillet 2014
  8. (en) Interview: Director Rupert Wyatt on Rise of the Planet of the Apes and The End of Cinema - FilmSchoolRejects.com.
  9. (en) Collider Visits The Set of Rise of the Planet of the Apes - Collider.com.
  10. (en) Another Fox Shocker: Is Rupert Wyatt Exiting Dawn Of The Planet Of The Apes? - Deadline.com.
  11. Matt Reeves réalisera la suite de La Planète des singes : les origines - AlloCiné, 2 octobre 2012.
  12. (en) Wolverine Writer Tapped for Dawn of the Planet of the Apes (Exclusive) - The Hollywood Reporter.com.
  13. Premiere.fr
  14. a et b Julien Bordier, « Le vrai secret de La Planète des singes », L'Express, Groupe Express, no 3291,‎ 30 juillet 2014, p. 58 à 61 (ISSN 0014-5270)
  15. Borys Kit, « 'Zero Dark' Actor Jason Clarke to Star in 'Dawn of the Planet of the Apes' (Exclusive) », The Hollywood Reporter,‎ février 19, 2013 (lire en ligne).
  16. Jen Yamato, « ‘Dawn Of The Planet Of The Apes’ Casts Kodi Smit-McPhee », Deadline.com,‎ février 22, 2013 (consulté le mai 14, 2013).
  17. (en) Magic behind the monkey: Andy Serkis sports motion caption suit on set of latest Planet Of The Apes… as Keri Russell makes her debut - Daily Mail.co.uk.
  18. (en) [vidéo] Campbell River gets ready for ape invasion sur YouTube.
  19. (en) « Michael Giacchino Dawn of the Planet of the Apes (Original Motion Picture Soundtrack) », sur Allmusic.com.
  20. Premiere.fr.
  21. (en) Dawn of the Planet of the Apes - Rotten Tomatoes
  22. (en) « Dawn of the Planet of the Apes », sur Metacritic (consulté le 4 août 2014).
  23. Critiques presse - AlloCiné
  24. La Planète des singes triomphe dans les premières séances - Allociné
  25. a et b « La Planète des singes : L'Affrontement », sur JP's Box Office (consulté le 22 août 2014)
  26. (en) « Exclusive: Dawn of the Planet of the Apes prequel book’s 1st chapter »,‎ 20 mai 2014 (consulté le 6 août 2014).
  27. Dawn of the Planet of the Apes: Firestorm - The Official Movie Prequel - Planet Of the Apes.Wikia.com
  28. « Secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 6 août 2014).
  29. La Planète des Singes : le 3ème volet déjà annoncé - AlloCiné.fr.
  30. Déjà une date de sortie pour le 3ème volet de La planète des singes ! - AlloCiné.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]