La Planète au trésor : La Bataille de Procyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec La Planète au trésor (jeu vidéo).
La Planète au trésor
La Bataille de Procyon
Éditeur Disney Interactive
Développeur Barking Dog Studios

Date de sortie 2002
Genre Stratégie
Mode de jeu Un joueur, Multijoueur
Plate-forme PC (DOS, Windows), PlayStation
Média CD-ROM
Langue Français
Contrôle Clavier, souris, manette

La Planète au trésor : La Bataille de Procyon est un jeu vidéo de stratégie édité par Disney Interactive en 2002.

Le jeu est basé sur le dessin animé La Planète au trésor, un nouvel univers.

C'est un mélange de jeu de stratégie et de simulation, avec un peu de gestion.

On nous propose trois modes de jeu :

  • Dans la campagne, le joueur incarne Jim Hawkins, héros du film d'animation du même nom que le jeu, qui est entré à l'Académie de la Marine Royale. L'histoire se déroule cinq ans après le dessin animé Disney "La Planète au trésor, un nouvel univers". Contrôlant au début de la partie un seul petit navire de l'espace, on pourra se retrouver avec une véritable flotte à la dernière mission.
  • Dans la simulation, le joueur peut personnaliser sa flotte et affronter des flottes gérées par l'intelligence artificielle du jeu.
  • Dans le mode multijoueur, plusieurs joueur peuvent faire s'affronter leurs flottes respectives.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
La Planète au trésor
Média Pays Notes
GameSpot US 70 %[1]
IGN US 85 %[2]
Jeuxvideo.com FR 15/20[3]
Compilations de notes
Metacritic US 73 %[4]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Elliott Chin, «  Treasure Planet: Battle at Procyon Review », sur GameSpot.com,‎ 10 décembre 2002.
  2. (en) Staci Krause, «  Treasure Planet: Battle at Procyon Review », sur IGN.com,‎ 12 novembre 2002.
  3. (fr) Romendil, « Test: La Planète au trésor », sur Jeuxvideo.com,‎ 26 novembre 2002.
  4. (en) « Treasure Planet: Battle at Procyon », sur Metacritic.