La Plaine-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Plaine-sur-Mer
Pêcheries à Port Giraud.
Pêcheries à Port Giraud.
Blason de La Plaine-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Pornic
Intercommunalité Communauté de communes de Pornic
Maire
Mandat
Michel Bahuaud
2014-2020
Code postal 44770
Code commune 44126
Démographie
Gentilé Plainais
Population
municipale
3 881 hab. (2011)
Densité 237 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 17″ N 2° 11′ 30″ O / 47.1381, -2.191647° 08′ 17″ Nord 2° 11′ 30″ Ouest / 47.1381, -2.1916  
Altitude Min. 0 m – Max. 38 m
Superficie 16,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Plaine-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Plaine-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Plaine-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Plaine-sur-Mer
Liens
Site web http://www.laplainesurmer.fr/

La Plaine-sur-Mer est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Ses habitants s'appellent les Plainais et les Plainaises.

La Plaine-sur-Mer comptait 3 881 habitants au recensement de 2011, et comprend également les villages du Cormier et de Port-Giraud.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Plaine-sur-Mer dans le département de la Loire-Atlantique.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

La Plaine-sur-Mer est située à l'ouest du département de la Loire-Atlantique, dans son quadrant sud-ouest, à 25 km au sud de Saint-Nazaire.

La commune occupe les trois quarts nord de la presqu'île de Saint-Gildas située à l'extrémité occidentale du pays de Retz (la Côte de Jade) et se terminant par la pointe Saint-Gildas.

Les communes limitrophes sont Saint-Michel-Chef-Chef (quartier de Tharon-Plage) au nord, Pornic (quartier de Sainte-Marie-sur-Mer) à l'est et Préfailles au sud.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, La Plaine-sur-Mer est une commune urbaine non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique), qui fait partie de l'agglomération de Saint-Brevin-les-Pins, ainsi que Saint-Michel-Chef-Chef et Préfailles.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Hydrographie, relief et paysages[modifier | modifier le code]

La commune est parcourue par un seul petit cours d'eau : le ruisseau de la Tabardière. Il existe également quelques zones humides très réduites au lieu-dit Le Marais, à la Prée.

Le relief est relativement plat (altitude moyenne de 5 mètres) ; les points les plus élevés du territoire se situent aux lieux-dits de Chantepie et de la Renaudière.

Littoral[modifier | modifier le code]

La côte orientée nord à nord-ouest, d'une longueur de 7 km, est relativement plate et présente une succession d'anses et de plages séparées par des pointes rocheuses.

Toutefois, d'est en ouest, le littoral ne présente pas le même aspect : au Cormier, l'estran est très étendu et majoritairement sablonneux, un site propice à la pêche à pied de coquillages fouisseurs (bucardes, etc.). S'enchaînent ensuite zones rocheuses et sablonneuses jusqu'à la Tara, où la taille de l'estran se fait plus modeste. Des plateaux rocheux s'ensuivent à l'est jusqu'aux récifs de l'Îlot, à la Prée.

Avant d'être massivement urbanisée, la frange littorale était bordée de dunes, de prés côtiers et de quelques courtes falaises. Quelques reliefs dunaires subsistent entre la Gravette et la Tara.

Le littoral plainais forme une partie de la limite sud de la baie de l'estuaire de la Loire.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de La Plaine-sur-Mer, autrefois nommée La Plaine, viendrait :

  • soit du latin plana : “plaine”, “pays plat” ;
  • soit de l’ancien terme palaine : “terre de peu de valeur”.

La Plaine possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : La Plaènn (écriture ELG)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire, Antiquité[modifier | modifier le code]

Quelques vestiges attestent d'une présence humaine sur le site assez ancienne :

  • stations de silex du Néolithique ;
  • menhir de l'Ennerie, à la Piraudière (Néolithique) ;
  • trois habitats de l'âge du bronze ;
  • quelques habitats gaulois et leurs fours à sel. Fours à « gros piliers » des VIIIe et VIe siècles av. J.-C. (sites de la Govogne et des Raguennes) ; fours « allongés » du VIe et IVe siècles av. J.-C. (sites de la Govogne, de la Renaudière et de la Raitrie) ; fours à « grille » ou « augets » du Ier siècle ap. J.-C. (sites de la Frenelle et de la Tara).

Au cours des premiers siècles, un village se constitue au lieu-dit de la Croix Saint-Étienne autour d'une église paléochrétienne. Des fouilles menées sur ce site ont également mis au jour un monastère primitif et les sépultures et sarcophages d'une nécropole mérovingienne. Au VIe siècle, la région subit les invasions normandes ; époque à laquelle le monastère est détruit.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Par le traité d'Angers, en 851, la seigneurie de Rais (à laquelle le village appartient) est incorporée au Duché de Bretagne.

Aux alentours de l'an mil, une nouvelle église est construite un kilomètre au sud (à l'emplacement d'un ancien temple gallo-romain) sur le site de l'actuel bourg. Ce petit centre religieux est fondé par les moines de Geneston, sous la dépendance de l'abbaye Sainte-Marie de Pornic.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, le clocher est érigé. Sa vétusté attestée, il sera reconstruit sur une base plus large au XIXe, ainsi que toute l'église. Il s'agit d'une massive tour quadrangulaire de style néo-gothique, dont la flèche servit d'amer pour la navigation jusqu'à la construction du sémaphore de la pointe St. Gildas.

Au XVIIIe siècle, la Plaine devient paroisse. À la même époque, se crée une mini-station thermale sur la côte est, près du village de Quirouard (sur l'actuelle commune de Préfailles)

La Plaine située dans le duché de Retz, Rais comprend entre autres fiefs, ceux de la Guerche, Cens, ces derniers appartiennent aux de Ruays de sieurs la Noë avec droit de juridiction, Teillac, Billy, la Musse relèvent directement du duché, Vigneux aux de Boishorant du Bois-Macé, du Pigneau, la sieurerie du Bois-roux aux Baye. En 1757 a lieu le baptême de Françoise de Ruays, fille de Jean de Ruays seigneur de la Briandière et de Françoise Michelin son épouse. En 1766 est inhumé en l'église, François de Ruays, capitaine des armées royales, décédé au château de la Noë. En 1774, a lieu le mariage de Jean Rousse avec Marie Hilleret et celui de François Bridon, sieur de La Giquelière, avec Marie Denis.

Le 27 mars 1793, les citoyens Plainais combattent à Pornic aux côtés de la garde républicaine pour contrer les armées royalistes vendéennes dirigées par François de Charette venues soutenir une tentative de pénétration des Anglais. Au cours des affrontements, le maire de la commune Jean Fourneau, maire, sera grièvement blessé, il décèdera le 18 avril 1793 en sa demeure à la Peinière. Un autre plainais, Gildas Fourneau, capitaine de navire, sera « dangereusement » blessé le 27 mars et décèdera le 28, chez Paul Dupont, métayer aux Mousseaux, commune de RochePeltier (Ste Marie sur mer)

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le 28 mars 1836, un terrible ouragan détruit le clocher et fragilise les structures de l'église. Des travaux de reconstruction sont alors engagés à partir de 1845 : le clocher reprend son ancienne forme avec la flèche qui sera substituée par une toiture pyramidale, suite à un incendie dû à la foudre ; lui est adjoint l'actuel corps d'église de style néogothique. En 1869, le nouvel édifice devient Notre-Dame-de-l'Assomption.

En 1906, s'ouvre la ligne ferroviaire de la ligne de Pornic à Paimbœuf, financée par le département de la Loire-Inférieure. Le « petit train » suit le contour de la côte. La gare de la Plaine fait alors office de plaque tournante selon que le train s'oriente vers l'une ou l'autre des directions. Un embranchement de 1,6 km partant de la gare desservira également la station balnéaire de Préfailles au sud, qui dépendait jusqu'alors de la commune.

En 1908, à la suite de diverses querelles politiques, économiques et religieuses, la loi du 19 février organise le démembrement de la commune de la Plaine pour permettre la création de la commune de Préfailles. La commune de la Plaine devient la Plaine-sur-Mer par décret, le 18 avril 1920.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, à cause de l'existence de la Poche de Saint-Nazaire, l'occupation allemande se prolongea à La Plaine-sur-Mer comme sur l'ensemble des localités voisines de l'estuaire durant 9 mois de plus (d'août 1944 au 11 mai 1945), la reddition effective de la poche intervenant 3 jours après la capitulation de l'Allemagne.

En 1947, face au succès grandissant des automobiles et autobus, la ligne de train Pornic - Paimbœuf est fermée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur aux six poissons d'argent posés en fasce 2, 2 et 2 ; au chef d'or chargé d'un pétoncle de sable veiné d'argent.
Commentaires : Les six poissons symbolisent les six plages de la commune : Le Cormier, La Govogne, Port-Giraud, Mouton, Joalland et La Prée ; le fond d'azur représente l'océan qui borde tout le nord du territoire. Un gisement de pétoncles de mer était connu dès l'Antiquité au nord de la pointe Saint-Gildas. La coquille de pétoncle servait à polir le marbre. Le pétoncle rappelle ici qu'autrefois les côtes de la commune recélaient de nombreux gisements de ce coquillage mais également que les grèves de la Plaine-sur-Mer sont réputées et propices à la pêche à pied. Le chef du blason est aux couleurs or et sable du blasonnement du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance de La Plaine-sur-Mer au pays de Retz. Blason conçu par M. Ferrand (délibération municipale du 28 avril 1946).

Il est à remarquer que, depuis une dizaine d'année, le blason employé par la commune s'est progressivement modifié. En effet, le pétoncle de sable veiné d'argent a tendance à s'inverser en un pétoncle d'argent veiné de sable, voire simplifié en un pétoncle d'argent. Outre le fait que cette altération élimine la référence faite aux armes du pays de Retz, cette modification constitue aussi une erreur majeure d'un point de vue héraldique comme entorse à la règle de contrariété des couleurs : « jamais métal sur métal, ni émail sur émail. ». Dans ce cas précis, argent se retrouvant sur or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Joseph Thébaud   chirurgien
1792 1793 Hervé Raimbaud    
1793 1793 Jean Fourneau[Note 1]    
avril 1793 1795 Michel Fourneau    
1800 1807 Pierre Cabaran   notaire
1808 1815 Pierre Brahaud    
1815 1818 François-Alexis Bocandé    
1818 1820 Jean Avril    
1820 1858 Joseph Eurvin    
1858 1859 Jean Gendron    
1859 1870 Donatien Martin    
1870 1871 Adolphe Bernard    
1871 1873 Édouard Benoist    
1873 1879 Donatien Martin    
1879 1899 Joseph Laraison    
1899 1901 Jean Chauvet    
1908 1912 Jean Huguet    
1912 1920 Frédéric Bahuaud    
1920 1925 Frédéric Ollive    
1925 1938 Auguste Mouraud    
1938 1945 Jean Hervé    
1945 1953 Joseph Bahuaud    
1953 1973 Michel Guisseau    
1973 1989 Emmanuel Houssay    
1989 1995 Michel Guisseau    
1995 en cours Michel Bahuaud[Note 2] UMP-UDI aviculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1908, la commune cède Préfailles.

En 2011, la commune comptait 3 881 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 420 1 185 1 214 1 202 1 400 1 443 1 492 1 429 1 446
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 416 1 426 1 429 1 436 1 503 1 543 1 574 1 600 1 618
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 614 1 703 1 162 1 110 1 219 1 211 1 196 1 191 1 321
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 475 1 635 1 797 2 006 2 104 2 513 3 474 3 747 3 881
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (31,6 %) est en effet supérieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à La Plaine-sur-Mer en 2009 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
2,0 
8,3 
75 à 89 ans
10,0 
21,9 
60 à 74 ans
20,6 
20,4 
45 à 59 ans
20,8 
18,6 
30 à 44 ans
19,1 
12,2 
15 à 29 ans
11,5 
18,2 
0 à 14 ans
16,0 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église[modifier | modifier le code]

L'un des éléments du patrimoine de cette commune est son église. Un premier édifice religieux, l'église de Notre-Dame de la Plaine fut construit aux environs de l'an mil, par les moines de Geneston. Cette église dépendait alors de l'abbaye de Sainte Marie de Pornic. L'édifice fut remanié à plusieurs reprises pour lui donner son aspect actuel.

Vue depuis la place de l'église (Place Ladmirault).

L'une des particularités architecturales est son clocher carré. Construit sur une protubérance naturelle, sa flèche servit d'amer durant des siècles. Puis le 28 mars 1836, un ouragan détruisit complètement le clocher, et fragilisa le reste de la structure. La reconstruction de l'édifice eu lieu en 1845 et fut à la charge de l'état, la commune étant trop pauvre pour assumer la dépense s'élevant à 8 000 francs. La base du clocher fut élargie, sa flèche n'existe plus.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une bibliothèque qui porte le nom du poète Joseph Rousse né en 1838 à La Plaine-sur-Mer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Adolphe-Marie-Joseph Rousse (1838-1909) né à La Plaine (alors en Loire-infèrieure) est un poète breton

Sports[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Des professionnels de la santé sont présents sur la commune. On y trouve un cabinet médical, des infirmiers, une pharmacie et un service de taxis-ambulances. Des praticiens spécialisés exercent aussi : orthophoniste, masseurs-kinésithérapeutes, ostéopathe, dentiste. La maison de retraite l'Accueil de la Côte de Jade héberge des personnes âgées.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École Publique René Cerclé
  • École Privée Notre-Dame

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tué à Pornic.
  2. Réélu en 2001, 2008 et 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. « La Plaine-sur-Mer 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  5. « Résultats du recensement de la population - La Plaine-sur-Mer - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  7. Comité de Jumelage