La Neuville-Chant-d'Oisel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.
La Neuville-Chant-d'Oisel
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Boos
Intercommunalité CREA
Maire
Mandat
Julien Demazure
2014-2020
Code postal 76520
Code commune 76464
Démographie
Population
municipale
2 169 hab. (2011)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 07″ N 1° 14′ 38″ E / 49.3686111111, 1.24388888889 ()49° 22′ 07″ Nord 1° 14′ 38″ Est / 49.3686111111, 1.24388888889 ()  
Altitude Min. 74 m – Max. 162 m
Superficie 21,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Neuville-Chant-d'Oisel

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Neuville-Chant-d'Oisel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Neuville-Chant-d'Oisel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Neuville-Chant-d'Oisel
Liens
Site web www.laneuvillechantdoisel.fr

La Neuville-Chant-d'Oisel est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Neuville-Chant-d'Oisel se situe dans le canton de Boos, à la frontière entre la Seine-Maritime et l'Eure. Le bourg se situe à 17 km au sud-est de Rouen. Dernière et plus grande commune du plateau est de Rouen, La Neuville-Chant-d'Oisel est mitoyenne des communes de Boos, Montmain et Mesnil-Raoul en Seine-Maritime, et de Bourg-Beaudouin, Radepont, Pont-Saint-Pierre, Romilly-sur-Andelle et Pîtres dans l'Eure.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cantus Avis est cité vers 1240 et fut sans doute fondé au XIIe siècle sur un essartage de la forêt de Longboël. Après la conquête des Francs et l’installation des Carolingiens dans la région, Rollon, chef des Normands, fixa les limites de la Normandie. Et c’est ainsi, aux environs de l’an 950[Contradiction], que l’édification de l’église vit le jour[style à revoir]. Le Chandoysel fut la première partie du village regroupé autour de l’église.

Au XIIIe siècle, la poussée démographique (moins d’épidémies, paix, sécurité) est telle qu’il faut des nouvelles terres. C’est donc à partir de là et de l’ancienne voie romaine qu’une nouvelle partie du village se dessine : La Neufville (villa : domaine rural, novus : neuf) appartenant à la baronnie de Pont-Saint-Pierre. Sur ordre de Saint Louis, les moines propriétaires des lieux, défrichent la forêt de Longboël (son nom attesté au XIIIe siècle sous la forme latine Longus Buellus qui signifie le long bois[réf. nécessaire]) et la cède au Chapitre de Rouen. Ces déboisements se font selon un plan géométrique très précis : les moines encadrent les paysans et procèdent à l’attribution des lots en bandes étroites perpendiculaires à la route. À la Révolution, la forêt devient « bien national » et en 1833, Jules de Maupassant en obtient une portion de 130 ha sur laquelle, comme pour assurer une symétrie avec le château du Chant d’Oisel, il fait ériger une demeure en 1835.

Avec le rapprochement des deux villages, on l’appela La Neufville Chandoysel (Nova Villa Cantus Avis), puis La Neuville Chant d’Oisel jusqu’à la Révolution, et pour un motif ignoré, on a commencé à l’orthographier La Neuville-Champ-d'Oisel, en enlevant ainsi le charme de son nom et de son origine[non neutre]. C’est, finalement, le 16 juin 1962, que le préfet écrit au maire : « Sur proposition de la Commission Nationale de Révision du Nom des Communes, Monsieur le Ministre de l’Intérieur a rendu officiel le nom de votre commune : La Neuville-Chant-d’Oisel… ».

Il y eut un important commerce de fromages au XIXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Juin 1995 Mars 2014 Michel Jeanne    
Mars 2014   Julien Demazure    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 169 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1861 1876 1881 1886
1 447 1 460 1 470 1 542 1 551 1 306 1 142 1 089 1 074
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
1 087 1 006 937 974 863 748 794 798 819
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
866 871 856 896 1 048 1 362 1 691 1 751 1 857
2011 - - - - - - - -
2 169 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Notre-Dame, dont les arcades de la nef ont été inscrites comme monument historique par arrêté du 24 novembre 1926[3].
  • Ancienne église Saint-Austin, dîte chapelle Saint-Austin située au lieu-dit Saint-Austin[4], c'est-à-dire Saint-Augustin[5], édifice datant peut-être du XIIIe siècle.
  • Stèle commémorative dédiée à Jacques Anquetil
  • Côte Jacques Anquetil
  • Vestiges du domaine d'Enguerrand de Marigny
  • Plusieurs tombes appartenant à la famille Maupassant, Cord'homme et Le Poittevin dans le cimetière
  • Château Anquetil (Les Elfes)
  • Château du Chant d'Oisel

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]