La Navicella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Navicella
Image illustrative de l'article La Navicella
Artiste Giotto di Bondone
Date 1330-1335 environ
Technique Mosaïque
Dimensions (H × L) 1 350 × 950 cm
Localisation Saint-Pierre de Rome, Rome (Italie)

La Navicella est une œuvre de Giotto di Bondone, une mosaïque monumentale qui était placée initialement dans le tympan du porche de l'ancienne basilique Saint-Pierre de Rome.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette mosaïque géante située à l'origine dans le porche-est de l'ancienne basilique Saint-Pierre de Rome mesurait environ 13,5 m sur 9,5 m, et elle fut commandée par le cardinal Giacomo Stefaneschi, principal mécène de la cour pontificale sous le pape Boniface VIII (1235-1303).

Pendant la construction de la nouvelle basilique Saint Pierre au XVIe siècle, elle fut déplacée à plusieurs reprises et endommagée (perte de l'inscription, du cadre et deux figures d’anges, le personnage de saint Pierre...).

La mosaïque fut finalement installée à l'intérieur de l'église en 1628 pour la protéger contre les effets des intempéries, après la copie exacte sur toile par Francesco Berretta.

Un autre changement d'emplacement, en 1674, lui impose de nouvelles dégradations et des restaurations de style baroque. C'est cette version qui est visible aujourd'hui.

Plusieurs répliques en ont été réalisées.

Composition[modifier | modifier le code]

La scène représentée relate l’épisode du lac de Tibériade où l'apôtre Pierre marche sur les eaux à la rencontre du Christ, les autres apôtres effrayés regardant depuis le bateau. Des anges, des saints regardent la scène depuis les cieux, placés en haut à droite et en haut à gauche du tableau.

Un pêcheur, placé à gauche en bas, semble indifférent à la scène qui se déroule.

La forte présence centrale du bateau qui domine la scène voile gonflée par la tempête, occultant même l'horizon, est à l'origine de son surnom Navicella (« petit bateau ») qui lui est donné lors de la copie pour l'église Saint-Pierre à Strasbourg en 1320. Surnom qui lui reste ensuite, cité par Parri Spinelli 80 ans plus tard, puis au XIVe siècle par les guides des pèlerins.

Le Metropolitan Museum of Art de New-York possède un dessin préparatoire à la plume sur papier de Giotto (274 × 388 mm).

Analyse[modifier | modifier le code]

Les réactions différentes des apôtres seraient des modulations de la frayeur, et cette composition de Giotto fut mise en parallèle (par Leon Battista Alberti et Lodovico Castelvetro) avec celle de Timanthe[1] représentant le Sacrifice d’Iphigénie (Pline, Quintilien), avec un second trait commun : la navigation. Ce tableau de Giotto constituerait une transposition chrétienne du miracle païen du sacrifice d’Iphigénie.

Auteurs des répliques[modifier | modifier le code]

Œuvres similaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Maurizia Tazartes, Giotto, Milan, Rizzoli,‎ 2004 (ISBN 9788817004480)
  • (it) Edi Baccheschi, L'opera completa di Giotto, Milan, Rizzoli,‎ 1977 (traduction ISBN 9782080112194)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. peintre grec des VIe et Ve siècles av. J.-C.
  2. [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]