La Mousson (film, 1939)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Mousson (homonymie).

La Mousson

Titre original The Rains Came
Réalisation Clarence Brown
Scénario Philip Dunne
Julien Josephson
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film d'aventure
Sortie 1939
Durée 103 minutes (h 43)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Mousson (The Rains Came) est un film américain de Clarence Brown, sorti en 1939. Il est inspiré d'un roman de Louis Bromfield, publié en 1937.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En Inde, Tom Ransome, un haut fonctionnaire bourgeois mène une vie opulente entre ses conquêtes et son ancienne épouse Lady Edwina Esketh. Celle-ci fait la connaissance d'un jeune médecin indien, le major Rama Safti, et s'éprend de lui. La ville de Ranchipur est dévastée par un tremblement de terre, des inondations et une épidémie de peste. Lady Esketh renonce à sa vie de bourgeoise et décide de s'impliquer aux côtés des malades, tout en restant avec Rama Safti qu'elle aime profondément. Malheureusement, suite à un moment d'inattention, elle est infectée par un virus. Touchée par la maladie, elle meurt. Rama Safti deviendra le souverain du royaume. Tom Ransome se liera avec une jeune missionnaire Fern.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Tournage avril-juin 1939[1].
  • Myrna Loy, qui traversait une période difficile dans sa vie conjugale, déclara dans son autobiographie qu'elle était tombée amoureuse de son partenaire Tyrone Power pendant le tournage du film. Bien qu'ils s'entendaient à merveille, il n'y a eu aucune relation entre eux. Toutefois, elle regretta que l'acteur fut marié avec l'actrice Annabella à cette période[4].
  • Prix de l'academy award de 1939 pour les effets spéciaux. Nomination pour la direction artistique, le montage et la musique.
  • Seule incursion de Clarence Brown dans une compagnie de production autre que la Metro-Goldwyn-Mayer, le réalisateur revint en déclarant que la Fox avait vingt ans d'avance sur le plan technique, mais personne ne voulut le croire[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.tcm.com/tcmdb/title.jsp?stid=87640&atid=5110
  2. http://www.tcm.com/tcmdb/title.jsp?stid=87640&category=Notes
  3. http://www.tcm.com/tcmdb/title.jsp?stid=87640&category=Articles
  4. Myrna Loy, Being and Becoming, James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy, éditions Knopf 1987, page 159
  5. Note de Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier dans Trente ans de cinéma américain. Page 126. Éditions C.I.B. 1970

Lien externe[modifier | modifier le code]