La Mousson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Mousson (homonymie).
La Mousson
Auteur Louis Bromfield
Genre roman
Version originale
Titre original The Rains Came
Éditeur original Harper Brothers
Langue originale anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale novembre 1937
Version française
Traducteur Berthe Vulliemin
Lieu de parution Paris
Éditeur éditions Stock
Date de parution 1939
Nombre de pages 576

La Mousson (The Rains Came) est un roman de Louis Bromfield, publié pour la première fois en 1937.

Historique[modifier | modifier le code]

Le roman est « commencé à Cooch Behar, janvier 1933, terminé à New York, juillet 1937. »

L'ouvrage paraît chez Harper Brothers, New York, novembre 1937.

Dédicace[modifier | modifier le code]

Le livre porte en exergue : « À tous mes amis hindous, princes, professeurs, politiciens, chasseurs, bateliers, balayeurs, et à G.H. sans qui je n'aurais jamais connu les merveilles et la beauté des Indes, ni compris le rêve hindou. »

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action se situe dans la principauté de Ranchipur, gouverné par son maharajah et la maharani, au temps où l'Empire britannique s'étendait sur cette partie du monde. Il met en scène différents personnages dont les points de vue se succèdent. Le protagoniste, et principal observateur du roman, Thomas Ransome est le fils d'un comte britannique et d'une héritière américaine qui noie ses souvenirs dans l'alcool. À Ranchipur, existe aussi une communauté de missionnaires chrétiens protestants menés par Mr et Mrs Simon ainsi que leur deux filles Hazel et Fern. Deux jeunes filles au caractères diamétralement opposés puisque l'une, totalement effacée, se contente du suivre aveuglément les ordres de sa tyrannique mère tandis que l'autre ne rêve que de quitter l'inde et de devenir actrice. Cette famille est construite en opposition à Mr et Mrs Smiley, leurs voisins et l'incarnation même de la bonté. À ceux-ci s'ajoutent lord et lady Esketh, cette dernière se révélant être une ancienne connaissance de Mr Ransome. Ainsi, tout ce beau monde rentre en collision au beau milieu du paysage paradisiaque de Ranchipur alors que tout est sur le point de tourner au cauchemar alors que la mousson arrive.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • Du livre:

"Elle n'était pas jolie, mais son visage agréable avait ce rayonnement que l'on trouve chez les gens bons et simples....C'était autre chose que vous trouviez en elle, quelque chose situé au-delà de la beauté, que vous ne pouviez définir mais qui vous forçait à la remarquer et à vous dire
-Voilà une femme comme il n'y en a pas beaucoup.
- Au-dessus des désillusions, des désappointements, des trahisons, de la mesquinerie environnante elle se dressait toujours allègre, toujours plaisante, répétant
-Ainsi va la vie!-......de sa présence émanait une force."

"Ce qui vous frappait en elle, c'était son air d'ennui, une sorte d'insensibilité à tout et à tous, comme si elle en avait trop vu et que rien, excepté peut être les bijoux et les vêtements, ne pouvait plus la captiver. Lorsqu'elle sourit, ce fut un sourire las, plein de tristesse, mais sans apitoiement. C'était un sourire aussi vieux que le temps."

"Les éclairs se succédaient, blanc, incandescents, illuminant son chemin de lueurs fulgurantes. Les gouttes, d'abord espacées, se pressaient de plus en plus. Bientôt, le ciel ne forma plus qu'une immense cataracte."


  • À propos du livre:

«Qu’est-ce que tu lis ?»
LE GRAND : La Mousson.
LE PETIT : C’est bien ?
LE GRAND : Vachement !
LE PETIT : Qu’est-ce que ça raconte ?
LE GRAND : C’est l’histoire d’un mec : au début, il boit beaucoup de whisky, à la fin il boit beaucoup d’eau !
Il ne m’en a pas fallu davantage pour passer la fin de cet été-là trempé jusqu’aux os par La Mousson de Monsieur Louis Bromfield, piqué à mon frangin qui ne l’a jamais fini."
Comme un Roman, Daniel Pennac