La Mort de l'avare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Mort de l’avare
Image illustrative de l'article La Mort de l'avare
Artiste Jérôme Bosch
Date 1494 ou après
Type Huile sur panneau
Technique Peinture
Localisation National Gallery of Art, Washington (États-Unis)

La Mort de l'avare est une œuvre du peintre néerlandais Jérôme Bosch réalisé en 1490 ou après. Elle est actuellement exposée à la National Gallery of Art de Washington[1]. On pourrait croire que cette oeuvre vient d'un triptyque alors que s'en n'est rien. Ce format nous montre en plusieurs plans l'avarre avant et durant sa mort.

La Mort de l'avare à la tradition de memento mori, œuvres qui rappellent au spectateur le caractère inévitable de la mort. Le tableau montre l'influence des manuels populaires du XVe siècle sur l'art de mourir (Ars moriendi), destinés à aider les chrétiens à choisir entre le Christ sur ​​les plaisirs coupables. La mort approchant, l'avare, incapable de résister aux tentations du monde, tend la main en direction d'un sac d'or que lui offre un démon[2] y compris quand un ange lui montre la direction d'un crucifix à partir duquel descend un mince faisceau de lumière blanche.

Le tableau contient des références à des modes de vie dichotomiques. Un crucifix est fixé sur la seule fenêtre de la chambre. Un faisceau de lumière illumine la pièce, plongée dans l'obscurité. Un démon tenant un braise est présent au-dessus du lit et se penche sur le mourant, attendant son heure. La mort est revêtue des habits flottants qui peuvent être une allusion subtile à la tunique d'une prostituée. Elle tient dans sa main une flèche avec laquelle elle vise l'entre-jambe de l'avare, ce qui indique que le mourant souffre d'une maladie vénérienne, qui elle-même peut être associée à l'amour des plaisirs terrestres.

Au premier plan, Bosch représente peut-être l'avare, comme il était auparavant, en pleine santé, accumulant l'or dans un coffre tout en serrant son chapelet dans ses mains. Des symboles de la puissance terrestres tels qu'un casque, une épée et un bouclier font allusion aux folies terrestres - et font allusion au statut social de cet homme pendant sa vie, bien que pour le combat final qu'il ait à mener, il soit nu, sans armes ni armure. La représentation de natures mortes pour symboliser la vanité, le caractère éphémère, ou la pourriture allait devenir un genre en soi au XVIIe siècle parmi les artistes flamands[2],[3].

Que l'avare accède ou non, dans ses derniers moments, au salut que lui propose le Christ ou qu'il s'accroche à ses richesses matérielles, est laissé en suspens[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « From the Tour: Netherlandish Painting in the 1400s Object 5 of 9 », National Gallery of Art, consulté le 9 janvier 2010.
  2. a et b (en) Gloria K. Fiero, The Humanistic Tradition, 5e édition, p. 130
  3. a et b A Moral Tale, Webmuseum, Paris.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]