La Montagne de l'âme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Montagne de l'âme (chinois : 灵山 ; pinyin : língshān) est un roman de Gao Xingjian paru en 1990, traduit en français en 1995 par Noël et Liliane Dutrait aux Éditions de l'Aube. L'auteur a reçu le prix Nobel de littérature en 2000 pour l'ensemble de son œuvre.

Le roman fait le récit de deux voyages parallèles dans la Chine du Sud (petites villes, campagnes, montagnes, forêts) : celui de « toi » et celui de « moi », deux personnages masculins qui se rencontrent une fois au début du roman (et peut-être à nouveau après le roman ?). La narration se fait donc tantôt à la première, tantôt à la deuxième, tantôt à la troisième personne.

« Toi », tu es parti à la recherche de la « Montagne de l’Âme », un lieu dont tu as entendu parler dans le train (lors d’une rencontre fortuite avec « moi », le narrateur qui est semble-t-il une figure de l'auteur lui-même). Tu rencontres une jeune fille qui te suit dans ton cheminement : une jeune fille brisée par la vie, dont le lecteur ne saura pas vraiment ce qu’elle devient, si tu l’as laissée tomber, si elle s’est tuée ou si elle est simplement partie. « Moi », je me suis promené de parc naturel (avec les pandas) en temples bouddhistes et de centres culturels en ermitages taoïstes. Écrivain qui ne peut publier, j’ai marché, comme toi, un peu au hasard, mais seul, allant de rencontre en rencontre.