La Montée du Carmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Montée du Carmel
Auteur Jean de la Croix
Genre Poésie, traité
Version originale
Titre original La Subida del Monte carmelo
Langue originale Espagnol
Pays d'origine Espagne
Date de parution originale XVIe siècle
Version française
Éditeur Seuil
Collection Sagesse
Date de parution 1929/2011
Nombre de pages 480
ISBN 2-02-00565-4

La Montée du Carmel ou « La subida del Monte carmelo » est un livre écrit par Jean de la Croix. Il décrit dans la montée du Carmel le rôle actif de l'âme dans son ascension vers Dieu[1]. À l'origine, la Montée du Carmel est un poème qui deviendra un traité spirituel à la suite de la demande des carmélites et des carmes qui demandent au saint la signification des vers[2].

Histoire de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Commencé à la demande des religieuses carmélites, l'ouvrage est commencé au Calvario à Beas de Segura en 1578, puis poursuivi pendant la période où Jean de la Croix est recteur à Baeza (de 1579 à 1586). Il est achevé en 1587 à Grenade[3].

Le dessin Monte Carmelo[modifier | modifier le code]

L'origine du livre La Montée du Carmel vient de l'activité de directeur spirituel de Jean de la Croix[A 1]. Alors directeur spirituel du couvent des carmélites du Calvario, Jean de la Croix dessine sur un schéma l'ascension de l'homme à Dieu. Il donne alors aux sœurs, en adaptant à chacune d'entre elle des schémas de la montée du Carmel, dans lequel il dessine les différents chemins et obstacles à l'union à Dieu[A 1]. Les dessins, surnommées « Monte Carmelo » visaient donc à expliquer le chemin spirituel de manière imagé. Il ne reste cependant que très peu d'originaux des exemplaires de Jean de la Croix, la plupart sont des copies faites après sa mort, et certains exemplaires ont disparu[A 2].

Les dessins du « Monte Carmelo » ne sont pas présents dans les premières éditions de La Montée du Carmel, mais apparaissent plus tardivement dans les éditions de La Montée du Carmel. Jean de la Croix fait cependant mention du dessin à plusieurs reprises dans son ouvrage montrant la place centrale du dessin dans l'œuvre[A 3],[4]. Le premier dessin donné à Madeleine du Saint-Esprit est conservé au couvent carmélitain de Notre-Dame-des-Neiges (Villa de Burgos, Malaga)[A 3].

Rédaction de La Montée du Carmel[modifier | modifier le code]

La rédaction de La Montée du Carmel est le fruit d'un long travail de la part de Jean de la Croix. Ce travail dura plusieurs années entrecoupé d'arrêts dans la rédaction. On sait ainsi qu'il a écrit La Nuit obscure et Vive Flamme d'amour, alors qu'il avait déjà commencé son travail sur La Montée du Carmel[A 4].

Le travail de rédaction commence à l'époque où Jean de la Croix est prieur à Grenade, Jean de la Croix a alors déjà écrit « Précautions », et il cherche dans la Montée du Carmel a expliquer son poème « Au milieu d'une nuit obscure »[A 5]. L'ouvrage la Montée du Carmel cherche donc à être une explication dogmatique de l'expérience personnelle et spirituelle que Jean de la Croix a vécu. Cette expérience est celle de l'ascension à Dieu, et le passage à travers ce qu'il appelle la « nuit de l'âme »[A 5].

L'écriture de La Montée du Carmel sera entrecoupé, et l'ouvrage La Nuit obscure écrite par Jean de la Croix semble faire partie intégrante de la même logique explicative. Juan Evangilista, moine carme qui accompagne Jean de la Croix lors de ses déplacements affirme que la nuit obscure est la continuation de la Montée du Carmel[A 6]. Cependant l’œuvre de la nuit obscure ne suit pas la même méthode et la même logique, la structure de la rédaction différente n'en fait donc pas la même œuvre, malgré les thèmes très proches entre les deux œuvres[A 7].

La Montée du Carmel n'est pas achevé, l’œuvre s'arrêtant au chapitre 45 de la troisième partie[A 8]. Jean de la Croix affirmait vouloir développer certains aspects dans les chapitres précédents, mais ne semble pas l'avoir fait, ou les documents ont été perdus, laissant incomplet l’œuvre[A 8].

Structure de l’œuvre[modifier | modifier le code]

La montée du Carmel se veut à l'origine une explication du poème « Au milieu d'une nuit obscure », Jean de la Croix cherchant à expliquer ce que signifiait ce poème à des religieuses qui lui en demandaient le sens[A 7]. L'explication de Jean de la Croix va cependant dépasser le simple commentaire, et semble un compromis entre le traité doctrinal et l'explication du poème. L'absence de plan défini au départ de l'ouvrage conduit pour Eulegio Pacho à une œuvre « hybride » ou se mélange et s'entrecroise une explication poétique et doctrinale[A 9].

Alors que dans une première partie Jean de la Croix part de l'explication des strophes pour développer leurs contenus, les références à la poésie sont beaucoup moins présente dans les deux autres parties, La Montée du Carmel étant alors plus doctrinal[A 10]

Plan de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Dans le livre I, Jean de la Croix développe le thème de la nuit noire de l'âme, dans lequel il montre la difficulté de la foi qui vit dans cet état, ainsi que la nuit active des sens où Jean de la Croix parle de la mortification des sens et des tendances. Il donne des justifications à cette nuit des sens : la disproportion entre le sensible et l'Au-delà[5].

Le livre II concerne la nuit de l'entendement et principalement le rôle essentiel de la foi[5]. Il décrit le passage de la méditation discursive à l'oraison de la passivité. Il décrit la nécessaire passivité de l'esprit dans la prière.

Dans le livre III, Jean de la Croix développe la nuit active de la mémoire et de la volonté. Pour Jean de la Croix, Dieu est au delà des biens naturels, il faut donc passer par un détachement intégral des biens qui ne sont pas Dieu[5].

Résumé doctrinal[modifier | modifier le code]

La Montée du Carmel cherche à expliquer l'union à Dieu, par la montée du Carmel, ou surnommé par Jean de la Croix la montée de la perfection[A 11].

À partir de son expérience personnelle, Jean de la Croix décrit les différentes étapes qui mènent à Dieu, à travers les sentiers de la Nuit obscure, qui marquent pour Jean de la Croix les débuts de l'ascension à Dieu[A 12].

Afin de parvenir à l'union avec Dieu, Jean de la Croix montre qu'il y a beaucoup de choses incompatibles entre l'homme et Dieu, l'homme doit donc passer par un chemin de purification pour se séparer de tout ce qui est incompatible avec la volonté de Dieu[A 13].

Au cours de la Montée du Carmel, Jean de la Croix décrit les processus de purification, décrivant les différents états spirituels antérieurs et postérieurs à cette purification[A 14]. Jean de la Croix se focalise sur l'oraison et la communion avec Dieu. La vie ascétique n'est pas une fin en soi, mais a pour objectif l'union avec Dieu[A 15].

L'union perfection[modifier | modifier le code]

L'objectif de la montée du Carmel est l'union avec Dieu[A 16].

Exigences de l'union avec Dieu[modifier | modifier le code]

L'union demande une transformation selon Jean de la Croix[A 17].

Postérité[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
Principales sources utilisées
  • Eulogio Pacho, o.c.d., Initiation à Saint Jean de la Croix, Paris, Cerf, coll. « Epiphanie carmel »,‎ octobre 1991, 295 p. (ISBN 2-204-04411-3)
  1. a et b p.75
  2. p. 77
  3. a et b p. 79
  4. p. 84
  5. a et b p.82
  6. p.86
  7. a et b p. 88
  8. a et b p.87
  9. p. 91
  10. p. 93
  11. p. 110
  12. p. 111
  13. p. 112
  14. p.126
  15. p. 127
  16. p. 129
  17. p. 130
Autres sources
  1. Jean de la Croix, La Nuit obscure, Éditions du Seuil, collection Sagesses, Présentation de Jean-Pie Lapierre, p. 15.
  2. Jean de la Croix, La Montée du Carmel, Édition du Seuil, collection Livre de vie, p. 8.
  3. Jean de la Croix, La Montée du Carmel, Édition du Seuil, collection Livre de vie, p. 9.
  4. Les mentions du dessin sont présent dans la première partie au chapitre 13, dans la IIIème partie aux chapitres 2 et 15
  5. a, b et c Jean de la Croix, La Montée du Carmel, Édition du Seuil, collection Livre de vie, p. 12.