La Marseillaise des Blancs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Marseillaise des Blancs est une chanson créée en 1793 et conçue comme une réponse à La Marseillaise, hymne des révolutionnaires. Ce chant fut découvert dans le portefeuille de Jacob Madé dit Sans Poil, un chef de paroisse qui fut tué le 16 mai 1793[1]. Tout comme les partisans de la République qui adaptaient aux refrains royalistes des textes républicains[réf. nécessaire], les Vendéens (ou Bas-Poitevins[2]) eurent leur propre version de la Marseillaise.

Paroles[modifier | modifier le code]

I
Allons armées catholiques
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la république
L'étendard sanglant est levé (bis)
Entendez-vous dans nos campagnes
Les cris impurs des scélérats ?
Qui viennent jusque dans nos bras
Prendre nos filles, nos femmes !

Refrain :
Aux armes Poitevins !
Formez vos bataillons !
Marchez, marchez,
Le sang des Bleus
Rougira nos sillons !

II
Quoi des infâmes hérétiques
Feraient la loi dans nos foyers ?
Quoi des muscardins de boutiques
Nous écraseraient sous leurs pieds ? (bis)
Et le rodrigue[3] abominable
Infâme suppôt du démon
S'installerait en la maison
De notre Jésus adorable
(Refrain)


III
Tremblez pervers et vous timides,
La bourrée des deux partis.
Tremblez, vos intrigues perfides
Vont enfin recevoir leur prix. (bis)
Tout est levé pour vous combattre
De Saint Jean d'Monts à Beaupréau,
D'Angers à la ville d'Airvault,
Nos gars ne veulent que se battre.
(Refrain)


IV
Chrétiens, vrais fils de l'Église,
Séparez de vos ennemis
La faiblesse à la peur soumise
Que verrez en pays conquis. (bis)
Mais ces citoyens sanguinaires
Mais les adhérents de Camus
Ces prêtres jureurs et intrus
Cause de toutes nos misères.
(Refrain)


V
Ô sainte Vierge Marie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs !
Contre une sequelle ennemie
Combats avec tes zélateurs ! (bis)
À vos étendards la victoire
Est promise assurément.
Que le régicide expirant
Voie ton triomphe et notre gloire !
(Refrain)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jérôme Bujeaud Chants et chansons populaires des provinces de l'ouest : Poitou, Saintonge, Aunis et Angoumois avec les airs originaux, recueillis et annotés L. Clouzot, 1866
  2. Avant la création des départements, le territoire de l'actuel département de la Vendée faisait partie de la province du Poitou, et en constituait la partie de plus faible altitude, d'où l'appellation de Bas-Poitou. C'est pour cela que les paroles originales de la Marseillaise des Blancs comportent une apostrophe aux Poitevins et non aux Vendéens. Pourtant, ce chant ne concerne que la partie du Poitou qui s'est soulevée lors des guerres de Vendée, et qui constitue une bonne partie de la « Vendée militaire ».
  3. Allusion à François-Ambroise Rodrigue, évêque constitutionnel de Fontenay-le-Comte.