La Maja nue (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Maja nue (homonymie).

La Maja nue

Description de cette image, également commentée ci-après

La Maja nue
de Francisco de Goya (vers 1800)

Titre original The Naked Maja
Réalisation Henry Koster
Scénario Norman Corwin
Albert Lewin
Giorgio Prosperi
Acteurs principaux
Sociétés de production SGC
Titanus
United Artists
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Film biographique
Film historique
Drame
Sortie 1958
Durée 111 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Maja nue (titre original : The Naked Maja) est un film franco-italo-américain réalisé par Henry Koster, sorti en 1958.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En Espagne, à la fin du XVIIIe siècle, le peintre Francisco de Goya fait la connaissance de la duchesse d'Albe. Elle devient son mécène, son modèle et sa maîtresse...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Sur les tableaux La Maja vêtue et La Maja nue on a d'abord pensé qu'il pouvait s'agir de la duchesse d'Albe, mais pour de nombreux historiens il s'agirait de Pepita Tudó.
  • Ava Gardner[1] : « La Maja nue, meilleur titre que bon film, n’a pas été ma contribution la plus mémorable à l’art du cinéma. Il s’agit d’une biographie assez insipide du grand peintre espagnol Francisco Goya. Je jouais la duchesse d'Albe, le modèle favori de Goya, et Tony Franciosa, homme charmant mais disciple de Stanislavski jusqu’au bout des ongles, interprétait le peintre. Les lumières étaient prêtes, l’équipe était en place, devant la caméra, attendant que Tony démarre, et lui, il était retourné et prenait des mines comme s’il était à l’article de la mort ou prêt à vomir, avant de se lancer. Ce genre de méthode, je vous jure que je m’en passe avec plaisir.
    Mis à part Tony, La Maja nue reste inscrite dans ma mémoire pour deux raisons. L’une est que j’y travaillais pour la première fois avec le plus grand cameraman que je connaisse, Giuseppe Rotunno[2], dont les couleurs superbes illuminent le film de bout en bout. La seconde, plus importante encore, c’est que La Maja nue était le dernier film que je devais à la MGM[3]. À la fin du tournage, je serais enfin libre, libre de choisir moi-même mes projets[4], libre de demander le genre de cachet que j’estimais correspondre à ma valeur. Ce n’était pas trop tôt. »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait d'Ava, mémoires (Ava: My Story), Presses de la Renaissance, Paris, 1991 (ISBN 2-85616-581-8).
  2. Ava va réussir à le faire admettre comme directeur de la photo dans 3 autres de ses films.
  3. United Artists, société de production de La Maja nue, sera successivement rachetée et revendue par différents studios dont la MGM.
  4. Indépendante, son prochain rôle sera celui de Moira Davidson dans la courageuse production de Stanley Kramer, Le Dernier Rivage avec Giuseppe Rotunno à la photo (1959.