La Maison qui tue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La maison qui tue (The House That Dripped Blood) est un film britannique du genre horreur réalisé par Peter Duffell, sorti en 1971. Il s'agit d'un film à sketches au dénominateur commun : la maison d'un acteur mystérieusement disparu...

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un acteur a mystérieusement disparu. L'inspecteur Holloway, mandaté par Scotland Yard, se rend immédiatement sur place pour enquêter. Il rencontre des membres de la police locale, l'agent immobilier de la maison (qui s'appelle Stoker, sans aucun doute un clin d'œil à l'écrivain Bram Stoker auteur de Dracula) et entend de curieuses histoires sur les précédents occupants de la demeure : la première concerne un écrivain confronté à un étrangleur sorti de ses récits. La deuxième histoire met en scène deux hommes en visite dans un musée de cire qui sont obsédés par la statue d'une femme. La troisième parle d'une fillette mélancolique qui semble s'intéresser de très près à la sorcellerie. La quatrième revient sur le sort de l'acteur, qui, vêtu d'une cape, a l'impression de se transformer en vampire...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Dans un style propre au studios Amicus, le film narre quatre histoires fantastiques réunies par un élément commun: ici, une maison.

Outre son économie au niveau décor, cette formule a l'avantage de rassembler, sur une même affiche, et à moindres frais, un nombre impressionnant de vedettes: Christopher Lee, Peter Cushing, Ingrid Pitt, Jon Pertwee, Denholm Elliott... pour ne citer qu'eux.

On notera que le segment concernant l'acteur spécialisé dans les films de vampires fut confié, non pas à Christopher Lee, pourtant tout désigné, mais à Jon Pertwee, qui, lui, gagna sa notoriété en interprétant le troisième Doctor Who dans la mythique série télévisée.

Le scénario se fonde en outre, comme souvent chez Amicus, sur des nouvelles écrites par le fameux auteur de Psychose (roman), Robert Bloch.

Autour du Film[modifier | modifier le code]

  • Vincent Price fut d'abord envisagé pour interpréter le personnage de l'acteur cabotin, Paul Henderson.
  • Le personnage de Paul Henderson fait allusion, à un moment, aux grands noms du fantastique, opposant ironiquement Bela Lugosi à l'autre "nouveau gars", que tout le monde sait être Christopher Lee, également vedette du film.
  • Peter Cushing, dont l'épouse, très malade, vivait ses derniers instants, ne put se libérer de son contrat sur ce film, comme il le souhaitait.
  • Considérant le film d'une violence modérée, la Censure anglaise, pourtant connue pour sa rigueur, ne jugea pas utile de lui accorder l'estampille "X", interdisant l'entrée aux mineurs. Paradoxalement, les auteurs du film, craignant pour sa crédibilité et les retombées au box office, durent insister pour obtenir ce "X".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]