La Maison de Nina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Maison de Nina

Réalisation Richard Dembo
Scénario Richard Dembo
Acteurs principaux
Sociétés de production ADR Productions
TF1 Films Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Sortie 2005
Durée 112 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Maison de Nina est un film français réalisé par Richard Dembo, sorti en 2005.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'action du film se déroule entre septembre 1944 et janvier 1946. Dans l'est de la France, Nina tient ce qu'on appelle « une maison de l'espoir », ces maisons qui ont hébergé des jeunes juifs, pour la plupart orphelins. La fin de la guerre approche et on lui demande de s'occuper d'autres jeunes juifs rescapés du camp de Buchenwald. Ces enfants, qui ont vu les pires horreurs se dérouler devant leurs yeux se tournent vers une pratique religieuse plus intensive. Nina doit gérer et reconstruire ces vies brisées, tout en protégeant les enfants qui ont passé la guerre dans son orphelinat. En racontant l'apprentissage de l'espoir, comment revivre après la catastrophe et l'anéantissement, ce film ne parle pas du passé mais de l'avenir. C'est un hymne à la vie et au bonheur d'être vivant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le cinéaste est décédé le 11 novembre 2004, à l'âge de 56 ans, durant le montage du film.
  • Le film a été primé dans le cadre de Yad Vashem, en 2006.
  • On peut être surpris de voir des enfants juifs rescapés des camps habillés en vêtements militaires allemands des jeunesses hitlériennes ! C'est pourtant le cas... En fait, on n'avait tout simplement trouvé aucun autre vêtement à leur donner.

Note historique[modifier | modifier le code]

Créées dans l'urgence de la Libération, les maisons d'enfants ont accueilli dès 1944 les gamins sans famille, cachés dans la France profonde ; puis dès juin 1945, les enfants déportés, survivants des camps de concentration. Des milliers d'enfants, parmi lesquels Elie Wiesel, s'y sont reconstruits[1].

Enfants rescapés de Buchenwald[modifier | modifier le code]

C'est l'histoire réelle de ces enfants qui a inspiré le scénario du film.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : site officiel du film.

Liens externes[modifier | modifier le code]