La Main noire (Serbie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Main noire.
La Main noire
Sceau de la Main Noire
Sceau de la Main Noire

Autres appellations L'Union ou la Mort
Création mai 1911
Dissolution 1917

La Main noire (Црна рука, Crna ruka), ou L'Union ou la Mort (Уједињење или смрт, Ujedinjenje ili smrt) était une société secrète nationaliste serbe fondée en Serbie en mai 1911, essentiellement composée de Serbes.

Historique[modifier | modifier le code]

Organisation nationaliste serbe, son objectif était de réunir au sein d'un unique État serbe l'ensemble des territoires faisant partie de l'Autriche-Hongrie (Croatie, Bosnie, sud de la Hongrie), ou de l'Empire ottoman (République de Macédoine, et le Sandjak), qui étaient habités par des Serbes, ainsi que le Monténégro. Ceci indépendamment de la composition ethnique des territoires considérés, où les Serbes ne représentaient qu'une partie de la population.

Le but de l'organisation figure dans l'article premier des statuts (cf la notice serbe)

"Article 1: Dans le but de réaliser l'idéal national, l'union des Serbes, il est créé une organisation dont peut être membre tout Serbe, indépendamment de son sexe, de sa religion, de son lieu de naissance, ainsi que quiconque servira sincèrement cette idée".

Elle est liée à l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche le 28 juin 1914, à Sarajevo. Les auteurs de l'attentat, dont Gavrilo Princip, membres de l'organisation Jeune Bosnie, avaient été armés par la Main Noire[1]. L'attentat de Sarajevo est considéré comme l'évènement déclencheur de la Première Guerre mondiale. La Main noire était dirigée par le colonel de l'armée serbe Dragutin Dimitrijević, surnommé Apis.

En 1917, le gouvernement serbe en exil fit arrêter et juger les chefs de l'organisation, devenue trop influente au sein de l'armée et du pouvoir politique, ce qui marqua la fin de la Main noire.

Membres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Bled, L'agonie d'une monarchie. Autriche-Hongrie 1914-1920, Tallandier 2014, p. 63-65.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albertini, Luigi, Origins of the War of 1914, 3 vol., Oxford University Press, 1953.
  • Dedijer, Vladimir, The Road to Sarajevo (New York: Simon and Schuster, 1966).
  • Fay, Sidney, The Origins of the World War, 2 vols., The Macmillan Company, 1928.
  • Jelavich, Barbara, "What the Habsburg Government Knew about the Black Hand," Austrian History Yearbook 22 (1991), pp. 131–150
  • MacKenzie, David, Apis: The Congenial Conspirator; The Life of Colonel Dragutin T. Dimitrijević (East European Monographs, No. 265; Boulder, Colo.: East European Monographs; New York: distributed by Columbia University Press, 1989)
  • MacKenzie, David, The "Black hand" on Trial: Salonika, 1917 (East East European Monographs, No. 423; Boulder, Colo.: East European Monographs; New York: distributed by Columbia University Press, 1995)
  • MacKenzie, David, The Exoneration of the "Black Hand," 1917-1953 (New York: Columbia University Press, 1998)
  • Owings, W. A. Dolph, Elizabeth Pribic and Nikola Pribic, The Sarajevo Trial (Chapel Hill: Documentary Publications, 1984).
  • Remak, Joaquim, Sarajevo: The Story of a Political Murder, Criterion Books, Inc., 1959

Articles annexes[modifier | modifier le code]