La Main d'écorché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Main d'écorché
Publication
Auteur Guy de Maupassant
Langue Français
Parution Drapeau : France 1875, dans
l’Almanach lorrain de Pont-à-Mousson

La Main d'écorché est une nouvelle fantastique de Guy de Maupassant, parue en 1875.

Historique[modifier | modifier le code]

La Main d’écorché est initialement publiée dans la revue L’Almanach lorrain de Pont-à-Mousson de l’année 1875, sous le pseudonyme Joseph Prunier[1].

Cette nouvelle est considérée comme la première de Guy de Maupassant. Elle a été publiée grâce à son ami Léon Fontaine, dont le cousin dirigeait L’Almanach[1]. Des éléments de La Main d’écorché seront repris dans la nouvelle La Main, parue en 1883[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

C'est une nouvelle qui se déroule en France. Certains amis ont organisé une soirée culturale en leur maison, buvant et discutant de différentes thèmes.  Soudain entre dans la maison un autre ami heureux, montrant une main écorché en décomposition. Les autres éprouvent immédiatement de l'horreur, mais l’homme dit que cette main a quelque chose de particulier, parce qu'elle a été ôtée à un sorcier et il veut la porter chez lui. Arrivé à sa maison, il la met sur un anneau sur la porte pour repousser les crampons et il va se coucher. Mais une nuit, l’homme ne réussit pas à dormir, il fait des cauchemars et a des hallucinations, jusqu’à ce que son domestique le réveille lui disant que son ami Pierre a été  assassiné. L’homme va le voir et voit un signe sur la gorge de Pierre, comme s’il a été étranglé. Retourné à la maison, l’homme voit que la main n'est plus sur la porte et il a peur. On pratique l'enterrement de Pierre. L’homme va voir le prêtre pour lui parler un peu, mais il est rappelé par des fossoyeurs terrorisées pour avoir trouvé un cadavre inconnu. Ouvrant le cercueil, les hommes trouvent à l’intérieur un squelette d’un homme auquel il manque une main : c'est le sorcier qui tuera encore pour avoir sa main.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Voir à Maupassant, contes et nouvelles, page 1265, Bibliothèque de la Pléiade
  2. Voir à Maupassant, contes et nouvelles, page 1611, Bibliothèque de la Pléiade

Édition française[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]