La Maîtresse légitime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Maîtresse légitime

Titre original Mogliamante
Réalisation Marco Vicario
Scénario Rodolfo Sonego
Marco Vicario
Acteurs principaux
Sociétés de production Franco Cristaldi
Pays d’origine Italie
Genre Drame
Sortie 1977
Durée 106 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Maîtresse légitime (« Mogliamante » « Wifemistress ») est un film italien réalisé par Marco Vicario et sorti en 1977.

D’autres titres ont été donnés : Lover, Wife/Epouse et maîtresse/Frau und Geliebte/Esposamante/Žena ljubica/Žena ljubavnica

Synopsis[modifier | modifier le code]

L’action se passe dans la province de Venise, au début du XXe siècle. Depuis que son mari Luigi (Marcello Mastroianni ) l’a décrétée frigide la nuit de leurs noces, Antonia De Angelis (Laura Antonelli), reste recluse, clouée au lit. Il ne fait pratiquement plus cas d’elle tout en conservant les apparences aux yeux des autres. Un jour, il disparait brusquement sans laisser de traces. Antonia part, en cabriolet à cheval, à sa recherche sur les routes pour essayer de le retrouver. Elle en apprend alors sur ses affaires, ses passions, ses positions politiques, ses maîtresses et son indifférence vis-à-vis des paysans qui travaillent la terre de sa famille.

Antonia connait de mieux en mieux la vie de son mari maintenant mais il ne réapparait pas. Elle reprend ses affaires, ses habitudes et même croise sa maîtresse. Elle-même commence une liaison avec un jeune médecin étranger. Elle améliore aussi les conditions des paysans, et publie des écrits de son mari.

En réalité, une accusation d’assassinat a contraint Luigi à la clandestinité. Il s’est caché exactement en face de sa propre maison, d’où il peut observer, derrière les carreaux d'une fenêtre sur laquelle il est juché, Antonia s’assumer socialement dans la gestion de la propriété et recevoir son amant. La police innocente Luigi de la charge qui pèse sur lui. Il lui faut maintenant savoir comment faire face à sa femme et à sa prodigieuse transformation.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

  • Prix David di Donatello 1978 : meilleure musique (Armando Trovajoli),

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]