La Ligue nationale contre le cancer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

la Ligue nationale contre le cancer

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Organisation non gouvernementale
But Lutte contre le cancer
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 14 mars 1918
Fondateur Justin Godart
Identité
Siège 14 rue Corvisart, Paris
Structure Fédérale
Président Jacqueline Godet
Vice-président Claudine Bergoignan-Esper, Marie-Hélène Voegelin
Secrétaire général Gérard Depadt
Trésorier Guy Berger
Méthode Recherche, prévention, promotion des dépistages, accompagnement aux malades et leurs proches
Financement Dons, legs, donations, assurance-vie
Volontaires 12 798[1]
Membres 717 752[2]
Slogan Face au cancer, on est plus fort ensemble !
Site web http://www.ligue-cancer.net/

La Ligue nationale contre le cancer, ou plus généralement La Ligue, est une association française créée le 14 mars 1918 par Justin Godart et reconnue d'utilité publique depuis le 22 novembre 1920[3]. Organisation non gouvernementale, La Ligue a pour missions la prévention et la promotion des dépistages des cancers, l'accompagnement des personnes malades et de leurs proches et le soutien financier de la recherche publique dans tous les domaines touchant à la cancérologie. Elle est le premier organisme non-gouvernemental français de financement de la recherche dans ce domaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 14 mars 1918, Justin Godart fonde La Ligue franco-anglo-américaine contre le cancer qui est alors une action associative privée reconnue d'utilité publique le 22 novembre 1920[4]. La Ligue prend le nom de La Ligue française contre le cancer en 1927. L'État qui s'était investi en 1927 dans l'action et favorise la création de comités provinciaux reconnaîtra via sa direction générale de la Santé les Comités départementaux en 1957 qui sont définis par statut en 1982. En 1991, la Ligue contre le cancer adhère au Comité de la Charte de déontologie des organisations sociales et humanitaires faisant appel à la générosité du public. L'association prend son nom actuel de « La Ligue nationale contre le cancer » en 1992.

L'année 2009 marque le lancement du Plan cancer 2 dans lequel la Ligue est pilote de différentes mesures[5],[6].

Liste des Présidents successifs de la Ligue contre le cancer[modifier | modifier le code]

Période Président Qualité
1918-1956 Justin Godart (1871 - 1956) Fondateur et président de la Ligue contre le cancer de 1918 à 1956, fondateur de l’Union internationale contre le cancer (UICC). Docteur en droit, avocat, ancien ministre, membre de l’Académie de médecine.
1957-1971 Antoine Lacassagne (1884 - 1971) Cancérologue, professeur au Collège de France et membre de l’Académie de médecine. Commandeur de la Légion d’honneur, Grand officier de l'Ordre national du Mérite.
1971-1981 Roger Gaspard (1902 - 1982) Ingénieur, Directeur de cabinet de Paul Ramadier, directeur de l’Électricité au ministère de la Production industrielle, puis Président (1962-1963) d'EDF.
1981-1991 Pierre Guillaumat (1909 - 1991) Ancien ministre des armées, de l'Éducation nationale. Ministre de l'énergie atomique, de la recherche et de la fonction publique entre février 1960 et avril 1962. Président d'EDF entre 1965 et 1966 et premier président d'Elf en 1967.
1991-1998 Gabriel Pallez (1925 - 1998) Inspecteur des finances, président du Crédit commercial de France, directeur général de l’AP-HP entre 1969 et 1985.
1998-2007 Henri Pujol Cancérologue, membre de l’Académie de chirurgie. Maire de Lanuéjols en Lozère entre 1968 et 1995, commandeur de la Légion d’honneur.
2007-2010 Francis Larra Cancérologue, président du Comité technique régional des experts en cancérologie (1987-1999), de la Société française de psycho-oncologie (depuis 1993), de l’European association for cancer education (depuis 1993).
2010-2012 Gilbert Lenoir Chercheur, professeur des universités, praticien hospitalier, directeur de la recherche à l’IGR (Institut Gustave-Roussy), membre de l’Académie des sciences.
2012- Jacqueline Godet Professeur de génétique à l'Université Claude Bernard Lyon 1, ancienne directrice du département des sciences du Centre national de la recherche scientifique.

Domaines d'intervention[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Recherche sur le cancer[modifier | modifier le code]

La Ligue finance différents aspects de la recherche, associant des études fondamentales, réalisées au sein de laboratoires des grands instituts de recherche français (Inserm et CNRS principalement), et des études appliquées et cliniques, effectuées dans les hôpitaux auprès des patients. Cela passe par l'appel à projets et à programmes spécifiques tels que les équipes labellisées LNCC, le financement de jeunes chercheurs, le Programme Cartes d'identité des tumeurs à partir de 2003, « Adolescents et cancer » lancé en 2004, « Recherche clinique » en 2005, « Recherche épidémiologique» en 2006 et « Recherche en Sciences humaines et sociales » en 2007.

Information, prévention et promotion des dépistages[modifier | modifier le code]

Les actions de prévention et de promotion des dépistages de la Ligue sont définies en trois domaines[réf. nécessaire] :

  • risques liés à l'alimentation.
  • prévention des risques solaires[7].
  • lutte contre certaines addictions (notamment membre de l'Alliance contre le tabac et de l'Alliance prévention alcool[8]).

Accompagnement des malades et de leurs proches[modifier | modifier le code]

La Ligue participe à l'accompagnement des malades durant et après les traitements en développant[réf. nécessaire] :

  • l'aide humaine et sociale (aide financière, accompagnement des malades, 170 espaces dédiés et animés par les Comités départementaux).
  • le soutien aux acteurs impliqués dans la prise en charge des malades (information, guides pratiques)
  • la défense des intérêts des usagers du système de santé et la promotion de leurs droits.

Structure[modifier | modifier le code]

Locaux de la Ligue, rue Corvisart à Paris.

La Ligue est constituée de 103 comités départementaux régis par la loi de 1901 et regroupés autour d'une fédération possédant un siège national situé à Paris au 14 de la rue Corvisart, dans le 13e arrondissement.

Comités départementaux[modifier | modifier le code]

Les 103 Comités départementaux de la Ligue ont pour mission de relayer les actions de la Ligue. Ils assurent :

  • le financement de la recherche en cancérologie
  • la prévention, l'information et la promotion des dépistages, notamment dans les milieux scolaires et lors de manifestations
  • les actions auprès des personnes malades et de leurs proches grâce à des structures d’information, de soutien (groupes de parole, Espace de rencontres et d'information, ...)

Instances dirigeantes[modifier | modifier le code]

Une assemblée générale ordinaire est annuellement organisée. Elle est essentiellement composée de représentants des Comités départementaux. Ces derniers bénéficient d'un droit de vote, proportionnel au nombre d’adhérents présents dans leur département, qui leur permet de déterminer les principaux textes d'orientation de l'association et de désigner les membres du conseil d'administration de la fédération.

Le conseil d'administration de La Ligue est composé de trente membres et est présidé depuis le 21 mars 2012 par Jacqueline Godet, à la suite de la démission de Gilbert Lenoir[9]. Il est constitué par :

  • 16 représentants des 103 Comités départementaux présents en métropole et Outre-mer ;
  • 6 personnalités susceptibles d’apporter une aide à la Ligue, dont un membre représentant les malades ou leurs associations ;
  • 6 personnes choisies pour leurs compétences dans le domaine de la cancérologie ;
  • 2 personnalités qualifiées supplémentaires pouvant être nommées par le Conseil d'administration.

Financement[modifier | modifier le code]

Le financement de La Ligue nationale contre le cancer est essentiellement basé sur la générosité du public avec les dons et les legs qu'elle reçoit, puisque 95 %[10] du total de ses ressources en provient. La Ligue contre le cancer et les 103 Comités départementaux qui la composent sont agréés par le Comité de la Charte du don en confiance dont la vocation est de « promouvoir la transparence et la rigueur de la gestion[11] ».

En 2011, la Ligue a consacré[10] :

  • 38,5 millions d’euros dans la recherche sur le cancer (soutien à la recherche fondamentale, à la recherche clinique, aux jeunes chercheurs et financement du Programme Cartes d'identité des tumeurs) ;
  • 20,4 millions d’euros pour améliorer la qualité de prise en charge des malades et de leur entourage (aides sociales aux personnes, amélioration de la qualité de vie des malades à l’hôpital, acquisition d’équipements de diagnostic et de traitement) ;
  • 7,1 millions d’euros dans l’information, la prévention et la promotion du dépistage ;
  • 900 000 euros pour ses autres missions sociales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres issus du site internet de la Ligue contre le cancer
  2. Chiffres 2010 sur le fonctionnement de la Ligue contre le cancer sur son site internet
  3. Code 75.000.0269 dans Liste des associations reconnues d'utilité publique, sur le site du ministère de l'Intérieur. Publiée le 8 avril 2008, mise à jour en juin 2009. Consultée le 7 juillet 2009.
  4. Liste des associations reconnues d'utilité publique sur le site du ministère de l'Intérieur
  5. Mesure 26.4 (« Réaliser un annuaire départemental de tous les professionnels du secteur social concerné auxquels le patient pourra recourir pendant et après le cancer ») et Mesure 30.1 (« Créer un Observatoire sociétal des cancers s’appuyant sur tous les relais départementaux de la Ligue ») et copilote des Mesures 25.2 (« Proposer à chaque patient une consultation sociale en cours de traitement afin d’évaluer la mise en œuvre du volet social du plan personnalisé de soins (PPS) et de préparer l’après cancer ») et Mesure 26.1 (« Encourager le développement des hébergements et appartements thérapeutiques à proximité des lieux de prise en charge médiale »)
  6. Le Plan cancer 2 (2009-2013)
  7. Article du Parisien du 30 juin 2011 sur le partenariat entre la Ligue contre le cancer et IDTGV pour sensibiliser aux dangers du soleil
  8. Dépêche AFP du 15 juin 2010 : Naissance de l'Alliance Prévention Alcool
  9. Bulletin Quotidien 21 mars 2012]
  10. a et b Chapitre « Nos comptes » sur le site internet de l'association
  11. La Ligue agrée par le comité de la charte du don en confiance (sic)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]