Lanterna de Gênes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Lanterna (Gênes))
Aller à : navigation, rechercher
La Lanterna
Italy-Genova-lighthouse.jpg
Présentation
Type
Phare
Date de construction
1128
Dimensions
117 m.
Site web
Géographie
Pays
Région
Ligurie
Commune
Localisation
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Gênes

(Voir situation sur carte : Gênes)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Ligurie

(Voir situation sur carte : Ligurie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Italie du Nord

(Voir situation sur carte : Italie du Nord)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Gênes

(Voir situation sur carte : Gênes)
Point carte.svg

La Lanterna est le nom donné au phare portuaire de la ville de Gênes, chef-lieu de la région de Ligurie. Elle est située sur le promontoire dit de San Begnino, à peu de distance de Sampierdarena, et se présente sous la forme d’une tour carrée haute de 76 mètres. Elle est coiffée par une lanterne cylindrique équipée d'une optique tournante qui émet deux éclats de 872 000 candelas toutes les 20 secondes. Sa hauteur focale est de 117 mètres.

C'est le plus haut phare d'Italie et le second plus haut phare du monde[réf. souhaitée] après celui de l'île Vierge[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès 1128, elle a le profil d’une tour caractérisée par une structure architectonique formée par deux troncs crénelés. À cette période, elle est située à l’extérieur des murailles, et ne sera réunie à son centre historique, qu’à partir du XVIIe siècle. Alimentée par de l’huile d’olive, la première lanterne est installée en 1326, et pour mieux l’identifier depuis le large, en 1340, les armoiries de la ville y sont peintes sur le sommet de sa tour inférieur. Vers 1400, elle devient une prison pour le roi Jacques Ier de Chypre et son épouse qui y restent 5 ans emprisonnés comme otage. Au XVe siècle, elle est lourdement endommagée sous le feu des bombardes des insurgés génois contre les envahisseurs français. Après une trentaine d’années, en 1543, la tour est reconstruite sous son aspect actuel avec une coupole de cuivre aujourd’hui remplacée. En 1684, sur ordre du roi Louis XIV, un bombardement détruit ses vitrages qui sont reconstruits en 1692. Dans l’année 1778, elle est protégée par un paratonnerre destiné à mettre un terme aux nombreux dégâts provoqués par la foudre aux cours des siècles précédents. En 1840, une optique tournante avec une lentille de Fresnel est installé sur des roues d’un wagon, et le 15 janvier 1841 la Lanterna peut envoyer un jeu de lumière blanche jusqu’à 15 miles des côtes. Vers la fin du XIXe siècle, le système est modifié pour en augmenter la portée. Après une dernière modification en 1913, l’année 1936 marque le passage à l’énergie électrique, jusqu’aux derniers travaux, achevés en 1956, suite aux dégâts causés par les raids aériens de la Seconde Guerre mondiale.

Le musée[modifier | modifier le code]

Aquatinte de 1810

La province de Gênes a jugé nécessaire de rendre plus attractif l’environnement proche du phare. Les vestiges des fortifications savoyardes de 1830 - qui se trouvent à sa base - contiennent un musée dédié aux récits et témoignages sur Gênes et sa province[2]. Il est également possible de monter à l'intérieur du phare jusqu'à 76 m de haut[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The Tallest Lighthouses », sur The Lighthouse Directory
  2. « museo della lanterna » (consulté le 11 janvier 2015)
  3. « museo della lanterna » (consulté le 11 janvier 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Lanterna, storie e leggende del Faro più famoso del mondo, Editrice Il Golfo, 2000.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :