La Journée de la jupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Journée de la Jupe

Description de cette image, également commentée ci-après

Isabelle Adjani lors de la 35e cérémonie des Césars.

Réalisation Jean-Paul Lilienfeld
Scénario Jean-Paul Lilienfeld
Acteurs principaux
Sociétés de production Arte France
Mascaret Films
Fontana Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 2009
Durée 88 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Journée de la jupe est un téléfilm franco-belge de Jean-Paul Lilienfeld, tout d'abord diffusé le 20 mars 2009 sur Arte, puis exceptionnellement sorti en salles le 25 mars 2009.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sonia Bergerac est professeur de français dans un collège de banlieue. Elle vit difficilement le quotidien de la relation avec ses élèves et est de plus fragilisée par le départ de son mari. Lors d'une répétition pendant un cours de théâtre avec une de ses classes, elle découvre un pistolet dans le sac d'un élève. En cherchant à s'en emparer, un coup de feu part et blesse un élève à la jambe. Dans la confusion du moment, elle craque et prend une partie de sa classe en otage. Alors qu'à l'extérieur, les autorités scolaires, policières et politiques peinent à comprendre et à réagir à la situation, Sonia impose à ses élèves sa vision et leur démontre leurs contradictions. À tel point que plusieurs élèves - qui souffrent du système machisme/délinquance en vigueur dans la cité - lui apportent une aide plus ou moins directe pour maintenir la situation. Quand la police lui demande ses revendications, madame Bergerac, adepte du port de la jupe, imagine de le rendre obligatoire pendant une journée. Mais la situation dérape et, alors que la négociation allait réussir, un jeune garçon s'empare de l'arme et en tue un autre, qui le menaçait de représailles. Lors de la libération de la classe, un policier tue délibérément Sonia. À son enterrement, ses anciennes « otages » portent toutes une jupe.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages principaux
Élèves de la classe
  • Yann Ebonge : Mouss
  • Kévin Azaïs : Sébastien
  • Karim Zakraoui : Farid
  • Sonia Amori : Nawel
  • Khalid Berkouz : Mehmet
  • Sarah Douali : Farida
  • Salim Boughidene : Jérôme
  • Hassan Mezhoud : Akim
  • Fily Doumbia : Adiy
  • Mélèze Bouzid : Khadija
Personnages secondaires

Autour du film[modifier | modifier le code]

Comme quelques rares productions d'Arte, ce téléfilm a d'abord été présenté sur la chaîne avant sa sortie publique en salles en France. Lors de sa diffusion sur Arte, le film a réuni plus de 2,5 millions de téléspectateurs, avec 9,7 % de part de marché, soit le record d'audiences de l'histoire de la chaîne[1]. Il était initialement prévu deux pré-diffusions sur Arte ; elles avaient été annoncées par la presse télévisée. La seconde diffusion (du 23 mars 2009) a été supprimée ainsi que tous les moyens de diffusion ordinairement utilisés par la chaîne sur le web.

La chaine indique que « suite au succès de la première diffusion sur l'antenne d'Arte de La Journée de la jupe, [elle] a, en concertation avec les producteurs et exploitants de salle, décidé de différer ces rediffusions (date non encore déterminée pour l'instant)[1]. » D'après le réalisateur, le film a été diffusé sur Arte faute de financements suffisants pour une sortie en salle de façon habituelle. Le film est sorti au cinéma, quelques jours plus tard, dans cinquante salles dans toute la France ; à l'origine, les diffuseurs n'ont pas été intéressés par une sortie plus large de ce film. Le film a été également présenté en avant-première à la Berlinale 2009.

Le thème du film, son traitement ainsi que les difficultés de diffusion, à la télévision comme en salles, ont suscité un début de polémique : ce film serait-il « politiquement incorrect », surtout quelques mois après le succès de Entre les murs[2] ?

Un élément du scénario (débutant dès 2005), s'est récemment concrétisé. La revendication réclamée au ministre de l'Éducation nationale par le personnage principal, élément qui a d'ailleurs donné son titre au film, a provoqué en France une demande effective de la part d'élèves de certains établissements scolaires, ceci avant même la sortie en salle du film. Cette revendication naît en 2006, au lycée agricole catholique d’Étrelles, à 40 km de Rennes, où l’association Libertés Couleurs, spécialisée dans la prévention des conduites à risques, anime un atelier sur la sexualité. La journaliste Brigitte Chevet suit ces débats et réalise en 2007 le documentaire « Jupe ou pantalon ? » qui montre une culture juvénile marquée par un mélange de puritanisme plus ou moins religieux et une influence du « porno », et qui prend conscience du tabou qu'est devenue la jupe[3].

Jean-Paul Lilienfeld, réalisateur du film Quatre garçons pleins d'avenir, a retrouvé dans le casting deux de ses « garçons pleins d'avenir » : Olivier Brocheriou et Stéphan Guérin-Tillié.

Lors de la remise de son prix de meilleure actrice aux Globes de Cristal 2010, Isabelle Adjani a dit : « Une jupe, ce n'est qu'un bout de tissu, mais qu'elle soit courte ou qu'elle soit longue, ce symbole peut nous aider à gagner une bataille contre l'obscurantisme, et même contre ce qu'il convient d'appeler, la haine des femmes[4] ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b arte.tv
  2. Adjani - La Journée de la jupe : retour sur la genèse difficile d'un succès - Emmanuel Berretta, Le Point, 23 mars 2009. Extraits de l'interview du réalisateur, Jean-Pierre Lilienfeld : « [...] le sujet a fait peur... », « [...] le sujet est sensible [...] », « Et puis, il y a la peur irraisonnée. L'un d'entre eux a justifié son refus en disant : « Je n'ai pas envie que ma maison saute. » Comme s'il allait encourir je ne sais quelle fatwa en distribuant La Journée de la jupe... »
  3. C'est une demande de l'association Libertés Couleurs, initiatrice d'un « Printemps de la jupe et du respect » (Le Printemps de la jupe et du respect - Présentation [PDF])
  4. Isabelle Adjani: "La jupe est une anti-burqa contre l'obscurantisme et la haine des femmes" - LePost.fr, 10 février 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]