La Jolie Fille de Perth (opéra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne un opéra. Pour le roman, voir La Jolie Fille de Perth.
La Jolie Fille de Perth
Image décrite ci-après
Genre Opéra
Nbre d'actes 4
Musique Georges Bizet
Livret Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges et Jules Adenis
Langue
originale
Français
Sources
littéraires
La Jolie Fille de Perth de Walter Scott
Création 26 décembre 1867
Théâtre-Lyrique (Paris)
Personnages
  • Henri Smith, un forgeron (ténor)
  • Catherine Glover (soprano)
  • Simon Glover, son père, gantier (basse)
  • Mab, Reine des Bohémiens (soprano)
  • Ralph, apprenti de Glover (baryton-basse)
  • Le Duc de Rothsay (baryton)
Airs
  • Air de Ralph « Quand la flamme de l'amour » - Acte 2

La Jolie Fille de Perth est un opéra en quatre actes de Georges Bizet (1838 - 1875), sur un livret de Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges et Jules Adenis, et inspiré du roman éponyme écrit en 1826 par Walter Scott. Commandé par Léon Carvalho en 1866 et terminé par Bizet la même année, il est créé le 26 décembre 1867 au Théâtre Lyrique à Paris.

Les critiques furent assez sévères envers les librettistes, reprochant de nombreux clichés et événements improbables, tout en louant les progrès de Bizet par rapport à ses précédents opéras, notamment pour la construction des scènes et ses idées mélodiques et instrumentales.

Distribution de la création[modifier | modifier le code]

Rôles Voix Création, 26 déc. 1867
(Chef d'orchestre : Adolphe Deloffre)
Henri Smith, un forgeron Ténor M. Massy
Catherine Glover Soprano Jeanne Devriès
Simon Glover, son père, un gantier Basse Émile Wartel
Mab, Reine des Bohémiens Soprano Alice Ducasse
Ralph, apprenti de Glover Baryton-basse F. Lutz
le Duc de Rothsay Baryton Auguste Armand Barré
un Seigneur à son service Ténor M. Boudias
son Majordome Basse M. Guyot
un Ouvrier Basse M. Neveu

L'histoire[modifier | modifier le code]

L'action se déroule à Perth en Écosse au XIVe siècle.

Acte I[modifier | modifier le code]

L'atelier de Henri Smith le forgeron

Les ouvriers chantent dans la forge, la veille du carnaval. Seul, Smith se demande si Catherine Glover acceptera d'être sa Valentine. Mab, la Reine des Bohémiens, entre précipitamment, cherchant refuge dans l'atelier de Smith alors qu'elle est poursuivie par des aristocrates. Lorsque Catherine arrive à l'improviste, Mab se cache dans une pièce voisine. Catherine, son père le gantier, et son apprenti Ralph, entrent dans l'atelier. Catherine chante les joies de l'hiver, et les deux hommes se retirent afin de la laisser seule avec Smith. Smith offre à sa bien-aimée une broche en forme de rose, en prévision de la Saint-Valentin. C'est alors qu'entre un inconnu qui demande à Smith de redresser la lame de sa dague. Il s'agit du Duc de Rothsay, qui commence alors à faire la cour à Catherine, ce qui rend Smith furieux. Il est sur le point d'en venir aux mains avec le Duc quand Mab sort de sa cachette pour le protéger. Glover revient alors que la confusion règne. Catherine s'en va en jetant la broche, mais Mab la ramasse dans le but de lui rendre plus tard.

Acte II[modifier | modifier le code]

Une place dans Perth

Plus tard ce soir-là, la patrouille, dont Glover fait partie, fait sa ronde. Ils sont chassés par des fêtards qui se sont rassemblés sous la fenêtre de Catherine. Mab se joint à eux et danse. Le Duc lui demande d'amener Catherine, masquée, à un bal organisé dans son palais cette nuit-là. Bien que Mab se moque des caprices du Duc dans un premier temps, elle accepte, mais jure de se venger. Alors que la place se vide, Smith arrive et chante la sérénade à sa bien-aimée, en vain. Alors que minuit sonne, Ralph entre, ivre et désespéré de n'être point aimé. Lorsque l'intendant du Duc lui demande où habite Catherine Glover, une demoiselle lui ressemblant passe et monte dans un palanquin qui s'éloigne. Reprenant ses esprits, Ralph envoie Smith après le véhicule. Lorsque la vraie Catherine daigne se montrer à sa fenêtre pour répondre à la sérénade de son amoureux, celui-ci est déjà parti.

Acte III[modifier | modifier le code]

Les festivités dans le palais du Duc

Le Duc annonce à ses amis que sa dernière conquête va bientôt arriver, et une jeune femme masquée apparaît, qui retirera son masque uniquement pour lui. Une fois seuls ensemble, Mab retire son loup, puis fuit, laissant à son amant la rose en émail de Catherine, qu'elle portait jusque-là sur son corsage. Puis Smith arrive dans la salle de bal déserte, se lamentant de l'infidélité de Catherine. Le petit matin arrive, et c'est l'heure de l'audience du Duc. Tandis que Smith se cache, le Duc reçoit Glover, qui l'invite au mariage prochain de sa fille. Le Duc est surpris, et Smith fait irruption et accuse Catherine de trahison. Elle proteste, et il lui pardonne, mais il remarque alors que le Duc a sa rose en émail, confirmant alors ses soupçons.

Acte IV[modifier | modifier le code]

Premier tableau : un endroit dans la nature

Quelques heures plus tard, Smith est assis contre un arbre, et tient sa tête entre ses mains. Ralph et des artisans essaye de le convaincre de l'innocence de Catherine. Ralph accepte d'affronter Smith en duel pour restaurer l'honneur de Catherine. Catherine arrive alors sur scène, et Smith lui annonce qu'il se laissera tuer en duel, pour qu'elle puisse retrouver son honneur.

Deuxième tableau : la place principale de Perth

Mab arrive pour faire savoir à Catherine que le Duc est intervenu pour empêcher le duel entre Smith et Ralph. Cependant, Glover annonce à Mab que Catherine a perdu ses esprits - Catherine apparaît en chantant une ballade distraite. Pour lui faire recouvrer ses sens, Mab décide d'apparaître à sa fenêtre et de chanter une réponse à la sérénade de Smith. Catherine se reprend alors, s'évanouit dans les bras de Smith, puis se réveille en pensant que tout cela n'était qu'un rêve, et tous se préparent enfin pour une joyeuse Saint-Valentin.

Numéros musicaux[modifier | modifier le code]

Principales représentations[modifier | modifier le code]

  • 26 décembre 1867 : Création au Théâtre Lyrique à Paris.
  • 1868 : Bruxelles.
  • Février et mars 1883 : Rouen et Lille.
  • 1883 : Weimar et Vienne, en version allemande.
  • 1885 : Genève.
  • 3 novembre 1890 : Paris, 11 représentations à l'Éden-Théâtre.
  • 1917 : Manchester et Londres, en version anglaise.
  • 1968 : Festival de Wexford.
  • 1975 : Manchester (enregistrement par la BBC à l'occasion du centenaire de Bizet).
  • 1998 : Théâtre Impérial de Compiègne.
  • 2006 : Festival de Buxton.

Scènes bohémiennes[modifier | modifier le code]

Une suite orchestrale (parfois appelée Scènes bohémiennes) a été publiée par la suite. Elle est composée de différents passages de l'opéra, et a été donnée en concert et enregistrée plusieurs fois par la suite. Les mouvements en sont Prélude (avant l'Acte 1), Sérénade (dans l'Acte 2), Marche (ouverture de l'Acte 2), et Danse bohémienne (ballet de l'Acte 2).

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]