La Grève (film, 1925)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Grève.

La Grève

Description de l'image  Stachka.jpg.
Titre original Стачка
Réalisation Sergueï Eisenstein
assisté de Grigori Alexandrov
Scénario Grigori Alexandrov
Sergueï Eisenstein
Pays d’origine Drapeau de l’URSS Union soviétique
Sortie 1925
Durée 78 minutes (dépend des versions)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Grève

La Grève (en russe : Стачка) est un film soviétique de Sergueï Eisenstein, réalisé en 1924, mais sorti en 1925. Il s'agit du premier film du réalisateur, qui connaîtra la consécration la même année avec Le Cuirassé Potemkine.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1912, dans l'Empire russe, les ouvriers d'une usine sont poussés à bout par des conditions de travail éreintantes, et des espions choisis parmi le lumpenprolétariat sont chargés de dénicher les meneurs syndicalistes. Un ouvrier est accusé à tort d'avoir volé un micromètre. Sous la pression, il se pend. Ses collègues décident de se mettre en grève, mais celle-ci sera réprimée de manière sanglante par l'armée tsariste.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

  • Le film, qui devait être le cinquième et le seul d'une série qui devait s'intituler : « Vers la dictature », est un film de propagande, destiné à avertir et éduquer les masses. C'est l'une des premières production de la cinématographie d'État de l'Union Soviétique peu de temps après la révolution de 1917. Eisenstein y fait preuve d'une remarquable maîtrise (c'est son premier film) dans le cadre, le montage et la symbolique. Le destin des ouvriers écrasés par le système est mis en parallèle avec celui d'animaux (jusqu'à « l'abattage » final, monté en parallèle avec celui de bétail), en opposition avec la vie des bourgeois qui pourtant ne sont rien sans le peuple.
  • Pour son premier film, Eisenstein choisit de présenter une forme exemplaire de résistance à l'oppression : la grève. Mais, loin d'en faire une description réaliste ou une reconstitution historique, il en fait plus un film qui apparaît comme un « manuel du savoir-gréver à l'usage de toutes les générations du monde ».
  • « La Grève apporte la solution au problème séculaire de la création dramatique, parce que son héros et son personnage principal c'est la masse ... Déjà génial [ce film] fut la première esquisse du Potemkine », déclare Georges Sadoul.
  • Le film fut restauré et sonorisé en 1969, avec des extraits des cinquième et sixième symphonies de Shostakovitch.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Antonov : le militant ouvrier
  • Gregori Alexandrov : le contremaître
  • Maxime Chtraukh : l'indicateur
  • Ivan Kliouvkine : l'activiste
  • Mikhail Gomorov : l'ouvrier qui se pend
  • Boris Yourtzyev : le roi de la pègre

Distinction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :