La France Orange mécanique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La France Orange Mécanique)
Aller à : navigation, rechercher
La France Orange mécanique
Auteur Laurent Obertone
Genre Essai
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Drapeau de la France France
Éditeur Ring
Collection Documents
Date de parution 17 janvier 2013
Type de média Livre papier
Nombre de pages 350
ISBN 9791091447034

La France Orange mécanique est un essai écrit par Laurent Obertone en 2013. Celui-ci cherche à montrer que la société française évolue vers un climat de violence accrue[1].

Le livre est préfacé par Xavier Raufer. Le titre de l'ouvrage est inspiré du film Orange mécanique de Stanley Kubrick, sorti sur les écrans en 1971, mettant en scène les comportements extrêmement violents d'une bande de petits voyous.

L'ouvrage se hisse au premier trimestre 2013 à la quatrième place des meilleurs ventes sur le site Amazon.com[réf. nécessaire]. Selon la maison d'édition Ring, début mars 2013, les 35 000 exemplaires du livre étaient épuisés et une réédition de 20 000 ouvrages était en cours[2]. Toujours selon la maison d'édition Ring, l'ouvrage aurait dépassé les 120 000 ventes[3].

Contenu[modifier | modifier le code]

Le livre, basé sur des faits divers de la presse quotidienne régionale, veut montrer l'aggravation de la violence dans la société française dans les années 2000-2010. L'auteur avance que l'État français, en comparaison des années 1950 et 1960, ne remplit plus le devoir de sécurité qui est le sien envers ses citoyens. Parmi les raisons invoquées sont exposés le « laxisme judiciaire et l’immigration massive »[4].

Critiques positives[modifier | modifier le code]

Critiques mitigées[modifier | modifier le code]

  • Dans Le Point (18/01/2013)[13], l'ouvrage est qualifié de « livre choc sur les vrais chiffres de l'insécurité », mais l'auteur souligne que "autant certains font preuve d'un angélisme à toute épreuve sur l'insécurité, autant [Obertone] est obsédé par la seule question culturelle, voire ethnique. En somme, une publication partiale, donc partielle [...] La France orange mécanique laisse l'impression que la justice façon Obertone serait une sorte de retour à l'état de nature et à sa loi du plus fort. Drôle de sentiment, alors que l'auteur écrit justement pour "préserver la civilisation".
  • Laurent Ruquier et Aymeric Caron, dans On n'est pas couché, attaquent l'auteur sur ses prétendues arrière-pensées politiques[14]. Basile de Koch, commentant cette émission, parle de « curée » où « l'amuseur se fait procureur » et de la « mauvaise foi et (de) la hargne progressistes » d'Aymeric Caron[15]. Laurent Ruquier concède seulement que Laurent Obertone « pose les bonnes questions dans son livre »[16].
  • Éric Pelletier, journaliste de L'Express voit dans ce livre, « servi par quelques fulgurances de plume », avant tout un ouvrage de marketing[17].

Critiques négatives[modifier | modifier le code]

  • Mediapart, le 20 février 2013 affirme que l'auteur réécrit les « thèmes favoris de l'extrême droite ainsi que ceux chers au lobby sécuritaire ». Le 27 février 2013, affirme que Laurent Obertone est l'auteur depuis octobre 2009 d'un « blog de la réacosphère, qualifié de racialiste voire de raciste par ses fans »[18]. Des affirmations niées en bloc par l’auteur[19], le vrai blogueur s'étant identifié quelque temps après[15].
  • Canal+, dans La Nouvelle édition, animée par Ali Baddou critique également le livre[20].
  • Le sociologue Laurent Mucchielli critique le livre[21]. Il y voit « le dernier avatar du lobby sécuritaire » et « une lepénisation des esprits », condamne sévèrement la promotion faite à l'ouvrage en se mettant « carrément en colère » lorsqu'il est contacté par une radio pour venir en débattre[22].
  • Selon Thomas Guénolé, politologue à Sciences Po, l'ouvrage serait « un livre à thèses racistes », « un tissu d’âneries qui sert le FN »[23].
  • « Un modèle de manipulation » selon Claude Askolovitch dans Marianne qui considère que l'auteur « a (donc) du talent » et avance qu'il pourrait être écrivain, mais dont il dénonce la prétention à refléter le réel, s'insurgeant notamment contre l'utilisation politique qui pourrait être faite des chiffres présentés[24].
  • Le MRAP critique le livre[25].
  • « C’est assez paradoxal, car l’auteur prétend que tout est caché, mais son livre n’est fait que d’information ouverte, que ce soient des statistiques ou des articles de presse », remarque Christophe Soullez, directeur de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP)[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La France Orange mécanique » : rencontre avec un auteur à thèses racistes, sur RUE89
  2. La France orange mécanique, ce livre polémique, europe1.fr
  3. « Un reportage sur La France Orange mécanique à la télévision ? », sur ring.fr (consulté le 23 octobre 2013)
  4. « France Orange mécanique » : la réponse de Laurent Obertone, Laurent Obertone, bvoltaire.fr, 31 janvier 2013
  5. http://www.valeursactuelles.com/france-barbare20130115.html-0
  6. Quand Marine Le Pen en fait le promo, sur Planet.fr
  7. [1]
  8. [2]
  9. Zemmour et Naulleau, La France Orange mécanique, Laurent Obertone, youtube.com
  10. avis des lecteurs de La France Orange Mécanique
  11. [3]
  12. [4]
  13. http://www.lepoint.fr/societe/la-france-orange-mecanique-declenche-la-polemique-18-01-2013-1616930_23.php
  14. Clash avec Aymeric Caron, sur Atlantico
  15. a et b Curée chez Ruquier, Basile de Koch, valeursactuelles.com, 14 mars 2013
  16. [5]
  17. « La France orange mécanique ou la vérité si je mens », lexpress,
  18. Stéphane Alliès, Louise Fessard, Jérôme Hourdeaux et Marine Turchi, « La France Orange mécanique : le vrai parcours de «Laurent Obertone» », sur www.mediapart.fr,‎ 27 février 2013
  19. Mediapart, sur Myboox
  20. La Nouvelle édition, sur le site du RING
  21. Laurent Mucchielli, « Un procédé marketing, et pas scientifique », L'Humanité, 26 février 2013
  22. "La France orange mécanique", le lobby sécuritaire et la lepénisation des esprits, blog laurent-mucchielli.org,
  23. « "La France orange mécanique" : un tissu d’âneries qui sert le FN », Thomas Guénolé, leplus.nouvelobs, 13 mars 2013
  24. « La France Orange mécanique », le livre de chevet de Marine Le Pen, Marianne, nº 829, 18 mars 2013
  25. « France orange mécanique » ou « tapis rouge pour les idées brunes », sur www.mrap.fr
  26. «La France Orange mécanique», exemple d’un flagrant délire sécuritaire, sur www.mediapart.fr,‎ 20 février 2013