La Fouly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Fouly
Localité suisse
Image illustrative de l'article La Fouly
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Entremont
Commune Orsières
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 58″ N 7° 05′ 55″ E / 45.93278, 7.098639 ()45° 55′ 58″ Nord 7° 05′ 55″ Est / 45.93278, 7.098639 ()  
Altitude 1 600 m
Divers
Langue français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
La Fouly

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
La Fouly

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
La Fouly
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]
La Fouly
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays Suisse
Site web www.telelafouly.ch
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 59″ Nord 7° 05′ 54″ Est / 45.933176, 7.098302 ()  
Massif Alpes
Altitude 1 600 m
Altitude maximum 2 200 m
Altitude minimum 1 600 m
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 3
Télésièges 1
Téléskis 2
Débit (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 10
     Noires 4
     Rouges 2
     Bleues 4
Total des pistes 20 km km
Ski de fond
Nombre de pistes 1
Total des pistes 10 km km
Neige artificielle
Canons Partie du domaine

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
La Fouly

La Fouly est une petite station de sports d'hiver, située à 13 km au sud-est de la commune de Orsières, dans le val Ferret, dans le nord du Valais, en Suisse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce hameau du val Ferret est situé à 1 600 mètres d'altitude, aux pieds du mont Dolent (3 820 mètres) et du Tour Noir (3 826 mètres), deux sommets du massif du Mont-Blanc. Il est sis sur la commune d'Orsières.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Fouly était un mayen de la commune d'Orsières[3]. Comme tout pâturage de moyenne altitude, il était une étape de la transhumance estivale vers les alpages du val Ferret. Des chalets en pierre ont été construits pour le séjour des bergers et le foin était entreposé dans des granges. Aujourd'hui, une seule étable est encore utilisée pour le bétail.

L'essor de la Fouly comme station touristique commença en 1925 avec la construction du Grand Hôtel. Les chalets individuels étaient peu nombreux jusqu'en 1960.

Lors de fortes chutes de neige des avalanches descendent du Tour Noir ou du Dolent jusque sur le plateau de l'A-Neuve. En 1999 une avalanche a emporté six chalets inhabités.

En été, il arrive que de violents orages grossissent des torrents qui emportent des ponts et occasionnent des dégâts. On peut mentionner les crues de 1947, 1970 et 1987.

160 km de chemins de randonnée ont été aménagés dans les alentours de la station.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

La Fouly offre un petit domaine desservi par un télésiège débrayable principal. Les pistes culminent à l'Arpalle. Elles sont dans l'ensemble d'un niveau de difficulté relativement élevé. En dehors des trois itinéraires à ski - non damés, de nombreuses possibilités de ski freeride sont également offertes, notamment sur le versant rejoignant le lieu-dit Le Clou (le retour en station se fait alors le long de la route enneigée, ce qui impose de pousser sur les bâtons). Le niveau d'enneigement naturel permet à la station d'être l'une des premières de la région à ouvrir en début de saison.

Tous les mercredis et samedis soirs, il est possible de pratiquer le ski nocturne sur la piste de la Petite Combe.

La station est membre des regroupements de stations de ski Ski St-Bernard et Valais SkiCard.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Voir René Berthod, Orsières, ma commune, Administration communale d'Orsières, 1983

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]