La Forêt-Fouesnant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Forêt-Fouesnant
La Forêt Fouesnant en 2010
La Forêt Fouesnant en 2010
Blason de La Forêt-Fouesnant
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Fouesnant
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Fouesnantais
Maire
Mandat
Raymond Peres
1995-2014
Code postal 29940
Code commune 29057
Démographie
Gentilé Forestois, Forestoise
Population
municipale
3 300 hab. (2011)
Densité 178 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 36″ N 3° 58′ 40″ O / 47.91, -3.977778 ()47° 54′ 36″ Nord 3° 58′ 40″ Ouest / 47.91, -3.977778 ()  
Altitude 20 m (min. : 0 m) (max. : 98 m)
Superficie 18,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
La Forêt-Fouesnant

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
La Forêt-Fouesnant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Forêt-Fouesnant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Forêt-Fouesnant
Liens
Site web http://www.foret-fouesnant.org

La Forêt-Fouesnant [la fɔʁε fwεnɑ̃] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Forêt-Fouesnant est une station balnéaire du sud du département du Finistère, située en bordure de l'Océan Atlantique, et plus précisément de la "Baie de La Forêt", entre le Cap Coz (qui fait partie de la commune voisine de Fouesnant) et Concarneau, dans laquelle débouche la ria de La Forêt-Fouesnant. Le finage communal est limité à l'ouest par le ruisseau et l'anse de Penfoulic (qui sépare de Fouesnant) et à l'est par le ruisseau et l'anse de Saint-Laurent (limite communale avec Concarneau).

Communes limitrophes de La Forêt-Fouesnant
Fouesnant Saint-Evarzec Saint-Ivy
Fouesnant La Forêt-Fouesnant Concarneau
Fouesnant (Beg Meil, Cap Coz) Océan Atlantique (Baie de La Forêt) Concarneau

La "Baie de La Forêt", « qui tire son nom du Bois de la Forêt, situé sur l'estuaire de la Rivière de la Forêt s'ouvre au Sud entre la Pointe de Beg Meil à l'ouest, continuée par une chausse d'écueils et la Pointe de la Jument au sud-est, soit sur 6 kilomètres de largeur (…) Le pourtour de la Baie est de 15 à 16 km, sans tenir compte des 4 estuaires qui découpent son rivage nord (estuaire de la Rivière de Fouesnant, estuaire de la Rivière de la Forêt ou Anse de la Forêt, marquée par la presqu'île du Cap Coz, un estuaire innommé près du hameau du Forestic et un autre estuaire innommé près des hameaux de Kerambacon et de Kernous ; non plus que de l'anse latérale de l'Est où se trouve Concarneau (…), ni d'une seconde anse latérale située plus au sud entre la Pointe Cabellou et la Pointe de la Jument »[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Beg Menez
  • Croas Avalou
  • La Grande Halte
  • Le Vieux Port
  • La Haie
  • Kerroran
  • Kerleven
  • Kertoban
  • Menez Bonidou
  • Kroas prenn
  • Ponterec

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

En 1128, le lieu est déjà nommé en latin Terra silvatica ("terrain boisé")[2].

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Une hache à douille[3] quadrangulaire, avec anneau, a été trouvée à La Forêt-Fouesnant. Elle se trouve au Musée départemental breton de Quimper[4].

Le cairn de Kerleven est situé à 3 km au sud-est du bourg de La Forêt-Fouesnant, occupant le sommet d'un promontoire qui sépare la plage de Kerleven d'un petit aber connu sous le nom d'Anse Saint-Laurent, au lieu-dit Keranterec. Le cairn est construit avec des micaschistes contenant des cristaux de quartz, trouvés sur place et, pour les plus gros blocs de pierre, de la migmatite dont un gisement existe un kilomètre plus au nord, maçonnés en pierre sèche. Construit en deux temps (la première partie, à l'ouest, remonterait vers 4285 avant J-C et la seconde, à l'est, aux alentours de 3800 avant J-C), l'ensemble, de forme plus ou moins trapézoïdale, contient trois sépultures mégalithiques avec chambre et couloir. Signalé par Paul du Chatellier en 1889, ce cairn, longtemps perdu dans un taillis, avait été oublié, et il fut redécouvert en 1960 lors des travaux d'aménagement d'un camping, mais ft alors malheureusement en partie arasé et très endommagé, même s'il a été par la suite restauré et classé Monument historique le [5].

Des ruines romaines ont été retrouvées au Stang[6], décrites ainsi par Charles Armand Picquenard en 1906 :

« Ces vestiges gallo-romains [sont situés] dans un grand champ au sud du village de Kerriou et au nord du village du Stanq [Stang] en La Forêt-Fouesnant. (...) Diverses substructions réparties sur une longueur de 222 m et une largeur de 70 m [témoignent] de l'existence ancienne d'un établissement important. L'ensemble des vestiges gallo-romains (...) occupe la partie sud-ouest d'un plateau d'environ 70 m d'altitude, (...) traversé par le chemin qui relie La Grande-Halte au bourg de La Forêt, (...) abandonné aux ajoncs et aux genêts, (...) encadré à l'ouest et au sud par les bois-taillis du moulin du Buis(...). Ces substructions se composent d'un groupe central (A et B) situé à l'ouest du chemin de La Grande-Halte à La Forêt, et de deux autres emplacements d'habitations situés l'un (C) à l'ouest du groupe central, l'autre (D) à l'est du susdit chemin et du groupe central[7]. »

Charles Armand Picquenard a trouvé sur place de nombreux débris de tuiles romaines et de nombreux pieds de buis commun[8].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La trève de La Forest[modifier | modifier le code]

La Forêt ou La Forest est une trève de la paroisse de Fouesnant portant alors le nom de "Notre-Dame de Basse-Mer"[9]. « Elle comprenait jadis cinq fréries dont Le Grand Poirier, Pen Cap Treff, Kerambarder (ou Keranbarber), Ponteix et Danagouliou (ou Dannagouliou) »[2].

Le prieuré et la paroisse de Locamand[modifier | modifier le code]

En 1069, le duc de Bretagne Hoël II, également comte de Cornouaille, donne à l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé le prieuré de Locamand, cité dans le cartulaire de l'archevêché de Tours sous le nom de Prioratus de Loco Amandi[10]. Le prieuré est placé sous le double vocable de Saint Amand[11] et de Saint Colomban.

La famille Artur de Keralio, qui vivait au manoir du Stang, est reconnue d'ancienne extraction noble en 1773 par jugement du Parlement de Bretagne après avoir prouvé onze générations, car une famille du même nom figure aux réformations et montres de la noblesse des paroisses de Fouesnant et Locamand entre 1426 et 1562. Le membre le plus ancien connu de cette famille est Jean Artur, sieur du Stang, époux de Yolande de Quelen ; leur fils aîné Guillaume, figure parmi les défenseurs du Mont-Saint-Michel en 1429[12].

Pendant le Moyen Âge, le prieur de Locamand possédait, tout près de Locmaria-an-Hent (ancienne trève de la paroisse d'Elliant faisant désormais partie de la commune de Saint-Yvi) une fontaine, encore appelée au XVIe siècle et au XVIIe siècle "Fontaine des Sept Saints", dont il tirait un certain revenu[13] car elle était très fréquentée par les pèlerins parce que située sur le tronçon de l'itinéraire du Tro Breiz allant de Vannes à Quimper[14].

En 1618, l'archevêque de Lyon Denis-Simon de Marquemont, futur cardinal, devient prieur de Locamand. Le , une bulle du pape Grégoire XV donne le prieuré au collège des Jésuites de Quimper. En 1646, en 1651 et à nouveau en 1677, le prédicateur Julien Maunoir vint prêcher à Locamand[15]. Un arrêt du Parlement de Bretagne du oblige le sieur Sallon, qui occupait les lieux, à déguerpir afin que « les Jésuites du collège de Quimpercorentin rentr[ent] en la possession et jouissance des terres et domaines dépendans du prieuré de Locament, que le sieur Rinquier, prieur commendataire dudit lieu, avoient afféagés sans les formes requises aux aliénations ecclésiastiques »[16]. Parmi les 38 prieurs connus, le dernier fut Claude Le Coz entre 1778 et 1791, qui devint par la suite député de l'Assemblée législative, prêtre constitutionnel, évêque de Rennes puis archevêque de Besançon.

En 1782, ce dernier afferme pour 9 ans à Joseph Toussaint Yves Marie de Kernilis, demeurant en son manoir de Lesbourg en la trève de La Forêt, les dîmes de la paroisse de Locamand et de Quilligadec[17] « en faveur de la somme de 750 livres par an, payable en deux paiements de 375 livres chaque, l'un le 1er novembre (...), l'autre aux fêtes de Noël » de chaque année[18].

Le prieuré, qui disposait du droit de haute justice (les fourches patibulaires se dressaient encore au XVIIe siècle sur "la montagne de Lanarchou"), moyenne et basse justice (la justice était rendue tantôt au bourg de La Forêt, tantôt au pied d'une grande croix située dans le cimetière de Locamand[19]), fut vendu comme bien national pendant la Révolution française et tomba progressivement en ruine dans le courant du XIXe siècle après avoir changé plusieurs fois de propriétaire[20].

Jean Kernéis, dans son Histoire de Fouesnant, publiée en 1908, décrit ainsi Locamand : « Les ruines de la porte d'entrée de ce prieuré, son vieux puits et ses vieux murs tiennent encore debout. (...) L'ancien presbytère [date] de 1752. Ce bâtiment est en très mauvais état, mais il est habité par des journaliers. Suivant l'inscription (...) sur la porte d'entrée de la façade principale, il a été construit par (...) Gilles de Tréouret »[21], probablement apparenté à la famille de Tréouret de Kerstrat qui possédait alors le château de Chef-du-Bois[22].

De nos jours, il ne subsiste que le grand mur d’enceinte et un très beau portail sculpté. Une stèle protohistorique, datant de l'Âge du fer, montée sur un socle cylindrique, et portant une croix à son sommet, se trouve à proximité[23]. Longtemps abandonnée, cette stèle fut redressée vers 1903 et est inscrite Monument historique depuis 1967[24].

Une étude détaillée du prieuré de Locamand et des terres lui appartenant, ainsi que de la paroisse de Locamand, a été publiée par Jean Le Foll[25].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La chapelle du Pénity[modifier | modifier le code]

Le , la chapelle Nostre-Dame du Péniti, Saint-Modé et Saint-Galeton, alors ruinée, est reconstruite par Yves Le Michen, vicaire perpétuel de Locamand , grâce aux aumônes des paroissiens et autres fidèles.

« Le lundi de la Pentecôte, jour du Pardon, chaque année les mamans conduisent dévotement leurs jeunes enfants pour qu’ils aient une forte constitution et marchent promptement seuls, pour qu’ils n’aient point de maux de ventre. Jadis les mamans elles-mêmes s’y rendaient pour demander la grâce d’avoir un lait abondant et, à cette fin, jetaient dans la fontaine du Pénity une épingle de leur corsage »[26].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Lors de la création des communes, les paroisses de "La Forest" et "Locamand" sont supprimées, leur territoire est alors rattaché à la commune de Fouesnant.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'école de La Forêt au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Une école existait avant 1832 au "Haut-Fouesnant" (autre nom que portait à l'époque La Forêt-Fouesnant), qui comptait 42 élèves en 1832, les habitants de ce lieu-dit, plus proche de Concarneau « sentent et reconnaissent le besoin de donner de l’éducation à leurs enfants », avant même celle créée au bourg de Fouesnant en 1832 seulement car la population y était beaucoup plus réticente à l'ouverture d'une école[27].

La création de la paroisse, puis de la commune de La Forêt[modifier | modifier le code]

Les habitants de La Forêt, dont le hameau était dans la première moitié du XIXe siècle plus important que le bourg de Fouesnant (les activités maritimes y entraînant plus de maisons et de petits commerces), désiraient depuis longtemps que la chapelle de Notre Dame de Basse mer, devint le centre d'une paroisse. Ils firent maintes pétitions adressées à l'Évêque de Quimper, demandant l'érection de la trève en succursale. Le conseil de fabrique et le curé de Fouesnant, Guillou de Poulpiquet de Brescanvel, s'y opposèrent ; ce dernier écrit par exemple le que l'établissement d'une succursale [à la Forêt] entraînerait de trop fortes dépenses pour ses habitants, nécessitant par exemple l'entretien d'un presbytère, que la messe matinale devrait y être transformée en une grand-messe, etc... ; le même conseil de fabrique s'y oppose à nouveau le , trouvant « une grande exagération des difficulté que présente l'état actuel de La Forêt sous le rapport du bien spirituel de ses habitants. Cette trève lui paraît pourvue de tous les secours que réclame le bien des âmes » et ajoute plus loin que « ce n'est pas dans le but de pourvoir au bien des âmes des habitants de la section de La Forêt, mais bien dans celui d'assurer le succès des affaires commerciales de quelques particuliers qu'on demande l'érection de La Forêt en succursale. En conséquence, il désapprouve à l'unanimité les pétitions (...) ». Parallèlement des demandes de création d'une commune sont adressées au Préfet du Finistère, les pétitionnaires invoquant leurs difficultés à se déplacer à Fouesnant pour tous les actes administratifs[28].

La Forêt fut érigée en paroisse le et ne devint commune que par la loi du [29]. À cette occasion, la commune s’agrandit de toute sa moitié nord et absorbe à l’est la petite paroisse de Locamand (ou Loc-Amand) elle-même issue d'un prieuré bénédictin attribué en 1069 à l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé et vendu en 1623 au collège des Jésuites de Quimper avant d'être confisqué comme bien national lors de la Révolution française et de tomber en ruines[30]. Théophile-Louis Deyrolle a peint Le manoir de Locamand en 1883[31].

En 1872, le Conseil général du Finistère examine le vœu des habitants de la section de Forêt en commune séparée de celle de Fouesnant dont elle faisait partie jusque-là :

« Le Conseil municipal [de Fouesnant] et les plus imposés au nombre de 41 ont repoussé la demande de séparation à la majorité de 24 voix contre 17. Enfin l'enquête a été ouverte ; son procès-verbal constate deux cents et quelques signatures ou croix de ceux ne sachant signer pour demander la séparation, et trente et quelques signatures ou croix pour repousser la demande de séparation. (...) L'étendue de la nouvelle commune serait en superficie de 1 825 hectares ; celle de Fouesnant, réduite par ce retranchement, serait encore de 2 926 hectares. Le territoire de La Forêt serait parfaitement arrondi, et le bourg assez central. La population de La Forêt érigée en commune serait de 1 400 habitants environ ; celle de Fouesnant, après la séparation, de 2 036. (...) Les pétitionnaires reconnaissent eux-mêmes que la nouvelle commune aurait à construire une mairie, une maison d'école, un logement pour l'instituteur, etc.. ; comment pourvoirait-elle, dès le début, à ces charges exceptionnelles ? Elle compte, pour y satisfaire, sur la vente d'un placître planté qui entoure l'église, sur un emprunt ou une souscription publique et plus encore sur la générosité du département et de l'État. (...) Les pétitionnaires mettent en première ligne la superficie trop grande de la commune de Fouesnant, dont l'étendue actuelle des deux points extrêmes serait, à vol d'oiseau, de 14 kilomètres. Nous admettons ces chiffres sans contestation et disons que le bourg de Fouesnant étant très central, cette étendue n'a rien d'exagéré, puisque de tous les points extrêmes de la commune, il n'y a pas plus de 7 kilomètres pour se rendre au bourg. (...) Les intérêts matériels des habitants de La Forêt sont-ils compromis, comme ils le prétendent, par l'état de choses actuel ? (...) La commission (...) a acquis la certitude que, d'après les projets approuvés ou en cours d'exécution, la fraction de La Forêt serait, inévitablement, dans peu d'années, dotée d'un réseau, soit en chemins vicinaux, soit en chemins de grande communication, qui rendrait sa situation exceptionnellement favorable. (...) Le chemin de grande communication de Fouesnant à Concarneau la relira aussi avant peu à ce bourg et à Concarneau. (...) La Forêt possède deux cales d'embarquement sur la mer et ce sont les seules de la commune ; (...) de plus elle est dotée de deux foires qui sont les seules existant dans le canton. (...) Une section électorale est établie à La Forêt ; ils nomment, par l'effet du sectionnement, des conseillers qui les représentent directement ; enfin, ils vont avoir une école. Le local est provisoire, mais il suffira aux besoins du moment. Quant aux actes d'état-civil, nous avons dit que la distance entre les deux bourgs n'était que de 3 kilomètres (...). Quant aux intérêts religieux, il est incontestable qu'ils sont amplement sauvegardés, puisque La Forêt possède une église restaurée et agrandie, la seule qui, dans tout le canton, soit en parfait état d'entretien. (...) D'après les renseignements reçus, l'antagonisme entre les deux parties de la commune serait déjà très ancien. (...) M. le Président met aux voix l'avis de sectionnement. Cet avis est adopté (...)[32]. »

Description de La Forêt en 1899[modifier | modifier le code]

L'Anse de la Forêt en 1899 (photo de Louis Rousselet)

Le géographe et photographe Louis Rousselet fait cette description de La Forêt en 1899 (l'auteur arrive en bicyclette de Fouesnant) :

« On descend par une série de pentes assez douces dans une jolie vallée qui aboutit à la pointe d'une minuscule anse où la mer apparaît encadrée de verdure, puis on remonte brusquement sur une hauteur pour redescendre enfin par une côte longue et rapide qui, traversant le village de La Forêt, aboutit à l'extrémité même de l'anse terminale de la baie de La Forêt : baie bien nommée si l'on en juge par l'extrémité que nous voyons ici et qui nous apparaît s'allongeant resserrée entre deux collines couvertes d'arbres dont la base baigne littéralement dans le flot d'un vert émeraude. La route passe sur une chaussée barrant la pointe de la baie, qui se prolonge au-delà pour mourir entre des prairies. Sur la chaussée même s'alignent quelques maisons, parmi lesquelles une modeste auberge, à la façade propre et blanche, devant laquelle nous mettons pied à terre. (...). Nous allons nous promener sur le bord de l'anse, en suivant le chemin qui borde sa rive occidentale. Quelle charmante promenade ! La berge sinueuse, ombragée de beaux arbres, domine la jolie nappe qui, au fur et à mesure que nous avançons, s'élargit, s'étend, et enfin finit par se confondre avec le vaste horizon marin. La mer, en se retirant, transformera tout à l'heure, il est vrai, ce joli bassin en un fond couvert d'algues marines parmi lesquelles les vaches tachées de noir viennent brouter quelques herbes salées ; mais même pendant le court espace de temps où elle reste sans eau, la baie, grâce à ce tapis vert, conserve encore sa beauté. En rentrant à l'auberge, nous allons voir l'église, qui couronne une terrasse aux pentes couvertes de ronces, et d'où l'on domine tout le golfe. C'est une jolie chapelle du seizième siècle, avec un beau calvaire à personnages et un curieux édicule servant de charnier[33]. »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les querelles liées à la laïcité[modifier | modifier le code]

En vertu de la loi de séparation des Églises et de l'État, en octobre 1907, les prêtres du presbytère de La Forest (La Forêt) sont expulsés, le même jour que ceux de Fouesnant et de Bénodet, « Soixante gendarmes à cheval assuraient l'ordre »[34].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

104 soldats originaires de La Forêt-Fouesnant sont inscrits comme morts pour la France sur le monument aux morts de la commune[35].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Madame Vavasseur, directrice d'école à La Forêt-Fouesnant, accusée de faire évader des prisonniers politiques et arrêtée par la Gestapo, réussit à s'évader lors de son transfèrement à la prison Saint-Charles de Quimper grâce à la complicité des gendarmes de Fouesnant chargés de son transfert.

Un aviateur anglais, James Francis John Sheridan, opérateur radio et mitrailleur sur le Beaufort n° L9807 abattu par un Me109 lors d'une attaque du croiseur lourd de la Kriegsmarine Admiral Hipper le est enterré dans le cimetière communal[36].

Le , Pierre Berthelom, né à La Forêt-Fouesnant en 1917, alias "Fiston", facteur à Paule, commandant FTPF de la compagnie Pierre Louis Menguy, est blessé lors d'un combat contre les Allemands sur le Pont Daoulas à la limite entre Carhaix et Motreff et décède le lendemain[37]. Le , l'explosion accidentelle d'une mine dans un champ d'une ferme de Kerleven fit trois morts originaires de la commune : André Galloudec, Marcel Laurent et Jean Cosquerie[38].

Vingt personnes originaires de La Forêt-Fouesnant sont inscrites comme mortes pour la France pendant la Seconde guerre mondiale sur le monument aux morts de la commune[39].

De La Forêt à La Forêt-Fouesnant[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Henri Barnoin : Le pardon de La Forêt-Fouesnant

Par décret en date du la commune portera désormais le nom de La Forêt-Fouesnant[40],[41],[42].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La "station classée de tourisme"[modifier | modifier le code]

Par décret du , la commune de La Forêt-Fouesnant est érigée en "Station classée de Tourisme", la nouvelle dénomination des stations balnéaires.

Vie municipale[modifier | modifier le code]

Les maires successifs[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1879 après 1880 Cormier   Conseiller général du canton de Fouesnant
         
1995 2014 Raymond Peres   - style="vertical-align: top" 2014 2020 Patrice Valadou    
Les données manquantes sont à compléter.

Monuments et curiosités[modifier | modifier le code]

L'ancien moulin de Chef-du-Bois sur le ruisseau de Saint-Laurent (dessin de Louis Le Guennec, 1929)
  • Le "Vieux port" :

Autrefois nommée "Port de Stank Allestreg" (vallée des iris), le vieux port fut le cœur des échanges commerciaux maritimes de la commune. Sa situation stratégique et l'importance du trafic commercial permit la construction de quais et de de cales à partir de 1850. Chaque année une centaine de navires enlevaient et déchargeaient diverses marchandises (sable, maërl, bois, grains…) Au début du XXe siècle, de nombreux fermiers de La Forêt Fouesnant participaient à cette activité durant la période hivernale et complétaient ainsi leurs revenus. À cette époque le port accueillait également des pêcheurs de sardines et de maquereaux.

  • Le cairn préhistorique de Kerleven (de 5000 à 3000 av. J-C)[43].
Le cairn de Kerleven
Article détaillé : Église Notre-Dame d'Izel-Vor.
  • La chapelle de Peniti :

La chapelle de Peniti (ou Penity, un pénity étant en langue bretonne un ermitage ou un petit monastère), dénommée aussi chapelle Saint-Maudez (car saint Maudez en devint le saint patron en 1747) a été construite en 1723. Elle est située à la naissance de la ria de La Forêt-Fouesnant, sur sa rive gauche, au sommet d'un escarpement. L'intérieur de la chapelle est orné de 14 fresques peintes sur ses murs par Victoire Conen de Saint-Luc, religieuse guillotinée en 1794, représentant la Passion du Christ.

À proximité se trouve une fontaine guérisseuse, réputée favoriser la marche des jeunes enfants. Détruite vers 1960, elle a été reconstruite à l'identique en 2005. Dans le placître de la chapelle a été aménagé un théâtre de verdure qui accueille l'été, chaque mercredi depuis une vingtaine d'années, des spectacle gratuits dans le cadre des "Nuits celtiques de Peniti"[44].

  • Le manoir de Mesmeur :

Situé sur la rive gauche de la ria de La Forêt-Fouesnant, c'est une demeure de style classique qui date de la seconde moitié du XVIIIe siècle appartint longtemps à la famille de Sylguy (noblesse quimpéroise). L'édifice est composé d'un corps de logis central encadré de deux ailes en légère saillie, surmontées chacune d'un fronton triangulaire. Ce manoir est désormais le siège du club-house du "Golf de Cornouaille", qui dispose d'un parcours de 18 trous.

La Forêt-Fouesnant : le manoir de Mesmeur (XVIIIe siècle), siège actuel du club-house du "Golf de Cornouaille" (18 trous)
  • Le hameau de Locamand :

Il conserve quelques traces de l'ancien prieuré (seul subsiste le porche en forme d'anse de panier et ses deux pinacles ainsi que le mur d'enceinte[20]. Une stèle protohistorique christianisée (une croix est située à son sommet) se trouve à proximité[45].

  • Le manoir du Stang :

Ce manoir, dont les éléments les plus anciens remonteraient au XVe siècle a été reconstruit en 1664 par René de Guernisac et remanié au XVIIIe siècle. Le manoir est devenu bien national lors de la Révolution française et fut acheté par un marchand de biens de Quimper, qui le revendit à Bertrand Nicou, d'origine lyonnaise. Agrandi à plusieurs reprises au fil du temps, ce manoir a été transformé en château-hôtel en 1937. Situé dans une vallée encaissée, il conserve son escalier monumental et de grandes cheminées en granite, un cadran solaire daté de 1629[46], un beau parc à la française et un étang[47]. Il a été restauré complètement en 1958. Son porche monumental comprend une entrée cavalière et une entrée piétonne et porte un blason aux armes de la famille de Guernisac[48].

Port-la-Forêt[modifier | modifier le code]

Port-la-Forêt : la forêt de mâts vus de la ria de La Forêt-Fouesnant
Trimaran Belgacom de Jean-Luc Nélias, construit à Port-la-Forêt

Port-la-Forêt est le port de plaisance de la Forêt-Fouesnant, l'un des plus grands de Bretagne, abrité par la plage de Kerleven et la pointe du Cap Coz.

Sur place, CDK Technologies, entreprise fondée par Hubert Desjoyeaux, construit des trimarans géants tout au long de l'année (par exemple : Le Belgacom, Bonduelle, Crepes Whaouh…)

En 2008, le port de La Forêt-Fouesnant s'est agrandi pour pouvoir accueillir les grands monocoques de la course au large qui vont réaliser des courses telles que le Vendée Globe.

À Port-La-Forêt existe, depuis 20 ans, le seul centre d'entrainement en France qui prépare les navigateurs pour les courses en solitaire en Figaro comme en multi-coques ou en 60 pieds.

Dans le Vendée Globe 2008-2009, 11 coureurs (sur 30 engagés) se sont entraînés à Port-la-Forêt, les 5 premières places reviennent aux navigateurs du pôle forestois. Dans le Vendée Globe 2012-2013, le vainqueur François Gabart, le second Armel Le Cleac'h, le quatrième Jean-Pierre Dick, le cinquième Jean Le Cam, ainsi que Bertrand de Broc sont des navigateurs du "Pôle Finistère Course au Large" implanté à Port-la-Forêt et cinq autres participants, ayant dû abandonner la course pour des raisons diverses en étaient également issus (Samantha Davies, Marc Guillemot, Jérémie Beyou, Vincent Riou, Bernard Stamm)[49].

Quatre hangars sont actuellement en cours de construction près de la nouvelle extension du port; pour Jean Le Cam, Vincent Riou, Armel Le Cléac'h, Samantha Davies. Le pôle se renforce, le port de La Forêt est devenu la Mecque de la course au large.

Activités touristiques[modifier | modifier le code]

  • La Forêt-Fouesnant possède un golf 18 trous: le golf de Quimper-Cornouaille (dit golf de Cornouaille)
  • La Forêt-Fouesnant possède aussi 2 terrains de polo aux dimensions réglementaires 260x145,un terrain en sable de 170x80 pour les matchs d'hiver.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
1 468 1 486 1 705 1 858 1 975 2 020 2 137 2 092 1 914
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 939 1 824 1 895 1 828 1 803 1 758 1 778 2 060 2 148
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
2 369 2 809 3 161 3 261 3 300 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2004[51])
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités[modifier | modifier le code]

C'est le pays de Michel Desjoyeaux, Jean Le Cam, Steve White et François Gabart.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Paul Joanne, "Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. 3, E-K ", 1890-1905, Hachette, Paris, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k733913/f211.image.r=Clohars-Fouesnant.langFR
  2. a et b http://www.infobretagne.com/foret-fouesnant.htm
  3. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/39/52/71/PDF/St-Romain._H._a_d._texte.pdf
  4. A. Serret, "Catalogue du musée archéologique et du musée des anciens costumes bretons de la ville de Quimper", 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6340997f/f32.image.r=Clohars-Fouesnant.langFR
  5. C.T. Le Roux et J. L'Helgoualch, Le cairn mégalithique avec chambres compartimentées de Kerleven, commune de La Forêt-Fouesnant (Finistère), "Annales de Bretagne", 1967, pages 7 à 52, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0003-391x_1967_num_74_1_2385
  6. Charles Armand Picquenard, L'occupation romaine dans le bassin de l'Odet, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f247.image
  7. Charles Armand Picquenard, Ruines et substructions gallo-romaines du Cavardy et du Stanq (canton de Fouesnant, Finistère), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f141.image
  8. Le buis commun présent sur place, n'est probablement pas indigène, mais introduit là par les Romains
  9. http://site.erin.free.fr/Bretagne/Finistere/Foret_Fouesnant.htm
  10. Louis de Grandmaison, " Mémoires de la Société archéologique de Touraine", tome 2, 1894, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57542052/f426.image.r=Locamand.langFR
  11. Soit Amand de Maastricht, soit Amand de Rennes
  12. Gustave Chaix d'Est-Ange, "Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle", tome 1, 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1119943/f378.image.r=Locamand.langFR
  13. Des offrandes de pèlerins sont attestées en 1622 et 1650, voir Julien Trévédy, " Les Sept-Saints de Bretagne et leur pèlerinage", 1898, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5777046s/f41.image.r=Locamand.langFR
  14. Albert le Grand, " Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle... et le catalogue de la pluspart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches..", 5ème édition, revue et corrige par Guy Autret, 1901, J. Salaün, Quimper, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f728.image.r=Locamand.langFR
  15. Edm.-M.P. du V., "Le R. P. Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, apôtre de la Bretagne au XVIIe siècle", 1869, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f189.image.r=Locamand.langFR
  16. Pierre-Jacques Brillon, "Dictionnaire de jurisprudence et des arrêts, ou Nouvelle édition du Dictionnaire de Brillon", tome 3, 1781-1788, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111347n/f294.image.r=Locamand.langFR
  17. En Locmaria-an-Hent, ancienne trève d'Elliant
  18. Fouesnant : la dîme sur Fouesnant à la veille de la Révolution, consultable http://fr.slideshare.net/fouesnant/au-detourdesparoissesfouesnantphp-p5jxsb
  19. Claude Renault, "La Forêt-Fouesnant, trève, succursale, paroisse", consultable http://fr.slideshare.net/fouesnant/au-detourdesparoissesfouesnantphpf-jr1qz
  20. a et b http://fr.topic-topos.com/porche-du-prieure-de-locamand-la-foret-fouesnant
  21. Jean Kernéis, "Histoire de Fouesnant", 1908, réédition 1992, Le livre d'histoire [ISBN 2-87760-874-3]
  22. Par exemple Thérèse-Donatienne-Claire-Josèphe Tréouret de Kerstrat est ondoyée le au château de Chef-du-Bois ; c'est la fille de Jean-Marie de Tréouret de Kerstrat, chevalier de Kerstrat, Trohanet, Chef-du-Bois et autres lieux, et de Julie-Marie-Charlotte-Thérèse du Bot du Grego
  23. http://www.foret-fouesnant.org/spip.php?article193
  24. http://www.foret-fouesnant-tourisme.com/?titre=hameau-de-loc-amand&mode=foret-fouesnant&id=52
  25. Jean Le Foll, "Locamand", consultable http://fr.slideshare.net/fouesnant/chateau-seigneriefouesnantphpug-tuen
  26. Jean Kernéis, « Histoire de Fouesnant », 1908, réédition 1992, Le Livre d’histoire [ISBN 2-87760-874-3]
  27. Jean Kernéis, « Histoire de Fouesnant », 1908, réédition 1992, Le Livre d’histoire [ISBN 2-87760-874-3]
  28. Claude Renault, "La Forêt-Fouesnant : trève, succursale, paroisse", consultable http://fr.slideshare.net/fouesnant/au-detourdesparoissesfouesnantphpf-jr1qz
  29. J. B. Duvergier, "Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'Etat", année 1873, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5492924k/f240.image.r=Fouesnant.langFR
  30. http://site.erin.free.fr/Bretagne/Finistere/Foret_Fouesnant.htm#PorchePrieureLocAmand
  31. http://www.mbaq.fr/musee-collections/peinture-bretonne/oeuvre/o/le-manoir-de-locamand/
  32. Érection de la section de la Forêt en commune, "Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère", août 1872, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55646502/f413.image.r=Clohars%20Fouesnant.langFR
  33. Louis Rousselet, Excursions de vacances, "Le Journal de la jeunesse. Nouveau recueil hebdomadaire illustré", juillet 1899, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k423883g/f45.image.r=Perguet.langFR
  34. Journal Le Temps n° 16916 du 17 octobre 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k239149p/f3.zoom.r=B%C3%A9nodet.langFR
  35. http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?insee=29057&dpt=29&idsource=427&table=bp01
  36. http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?insee=29057&dpt=29&idsource=990186&table=bp99
  37. Jean-René Canevet, "La guerre 1939-1845 à Fouesnant et dans sa région", 2011, [ISBN 978-2-9529834-1-9] et http://motreff.alkante.com/upload/espace/19/bulletin_municipal/Bulletin31.pdf
  38. Annick Le Douguet, "La gendarmerie de Fouesnant sous l'Occupation et à la Libération, consultable http://fr.slideshare.net/fouesnant/guerre-afouesnantphp-k7vymv
  39. http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29057&pays=France&dpt=29&idsource=427&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=100
  40. histoire de la commune de la Forêt-Fouesnant
  41. Étymologie et histoire de la Forêt-Fouesnant
  42. Journal officiel du 2 juin 1955, page 5602
  43. http://fr.topic-topos.com/cairn-de-kerleven-la-foret-fouesnant
  44. Revue "Pays fouesnantais" no 17, juillet 2013
  45. http://www.foret-fouesnant-tourisme.com/?titre=hameau-de-loc-amand&mode=foret-fouesnant&id=52
  46. http://fr.topic-topos.com/cadran-solaire-la-foret-fouesnant
  47. http://www.foret-fouesnant.org/spip.php?article191
  48. http://fr.topic-topos.com/porche-du-manoir-du-stang-la-foret-fouesnant
  49. http://www.foret-fouesnant-tourisme.com/?titre=un-grand-bravo-a-nos-navigateurs&mode=actualites&id=2305
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011