La Fin de l'Éternité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Fin de l'Éternité
Auteur Isaac Asimov
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Titre original The End of Eternity
Éditeur original Doubleday
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1955
Version française
Traducteur Claude Carme et Michel Ligny
Lieu de parution Paris
Éditeur Denoël
Collection Présence du futur
Date de parution 1967
Type de média Livre papier
Nombre de pages 256

La Fin de l'Éternité (titre original : The End of Eternity) est un roman de science-fiction écrit par Isaac Asimov et publié en 1955. Baignée de mystère et de suspense, l'histoire s'inspire du thème du voyage dans le temps avec une organisation secrète qui cherche à rendre l'humanité meilleure.

Thème du roman[modifier | modifier le code]

L'« Éternité » est une organisation qui existe en dehors du temps. Elle se compose d'hommes appelés les « Éternels », recrutés dans différentes ères de l'histoire humaine commençant au vingt-septième siècle. Les Éternels peuvent se déplacer dans le temps et se rendre à un moment quelconque et en un lieu quelconque, pour agir dans le monde normal, à l'exception d'une zone de leur futur lointain avec laquelle ils ne peuvent interagir. Ce sont des gardiens effectuant des actions ponctuelles dans le temps, selon les calculs de scientifiques, de mathématiciens et de probabilistes, avec l'objectif de modifier le cours de l'histoire de l'humanité pour en retirer les difficultés et les maux, comme les guerres, le tout sans que l'humanité en ait conscience.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'espèce humaine se maintient ainsi dans un état de bonheur passif, sans être forcée de progresser ou d'innover. Les espèces extra-terrestres évoluent beaucoup plus rapidement que l'humanité et la dépassent technologiquement. Les humains du futur lointain l'ont bien compris et c'est pour cela qu'ils interdisent les modifications de leur passé proche. Convaincu par une jeune femme récemment rencontrée, dont on comprendra qu'elle vient du futur lointain, le personnage principal de l'histoire se rend compte de ces conséquences. Il prend alors la décision, lors d'un voyage dans le passé « interdit » (c'est-à-dire notre époque), d'empêcher les actions qui auraient dû mener à la création de l'Éternité. En effet pour que la technologie permettant de voyager dans le temps ait pu apparaître à cette époque, les Éternels se sont rendu compte qu'il y a eu l'intervention d'un homme venu du futur, en l'occurrence un éternel nommé Brisley Sheridan Cooper.

Des similitudes avec le Cycle de Fondation se retrouvent dans l'existence d'une assemblée d'êtres humains chargés de veiller sur l'évolution de l'humanité, mais on voit bien où vont les préférences de l'auteur : Isaac Asimov, scientifique de formation, a toujours privilégié la science-fiction à caractère (relativement) rationnel. Amené comme de nombreux auteurs à traiter de l'impossible voyage dans le temps, son récit donne l'impression de le supprimer pour d'autres raisons que le simple plaisir du paradoxe temporel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]