La Ferrassie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Ferrassie
Coupe sagittale témoin du site de La Ferrassie en 2005
Coupe sagittale témoin du site de La Ferrassie en 2005
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Protection Logo monument historique Classé MH (1960)
Coordonnées 44° 57′ 07″ N 0° 56′ 17″ E / 44.95180556, 0.9380555644° 57′ 07″ Nord 0° 56′ 17″ Est / 44.95180556, 0.93805556  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La Ferrassie
La Ferrassie

La Ferrassie est un site préhistorique qui se trouve sur la commune de Savignac-de-Miremont, en Dordogne (France). Il comporte trois gisements dont une grotte, un petit abri et le « grand abri de la Ferrassie » qui est le plus important. Le gisement fait partie de l'ensemble que constituent les sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère.

Historique[modifier | modifier le code]

Crâne d'Homo neanderthalensis de La Ferrassie

Les premières fouilles y furent réalisées en 1896. Des recherches y furent notamment menées par Denis Peyrony et Louis Capitan jusqu'en 1922, puis par Henri Delporte de 1968 à 1975.

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

"Vulves gravée sur un bloc trouvé à la Ferrassie."
Vulves gravée sur un bloc trouvé à la Ferrassie.

La séquence stratigraphique du grand abri de La Ferrassie, puissante de près de 10 m, comporte une succession de couches du Paléolithique moyen et supérieur. Elle a joué un rôle majeur lors de la définition de la succession chronologique des industries de cette dernière période.

La base du dépôt a livré des industries ayant donné leur nom à l'un des faciès du Paléolithique moyen, le « Moustérien de type Ferrassie » (débitage Levallois, nombreux racloirs et pointes, rares denticulés, bifaces absents). Les couches moustériennes ont également livré les restes de 7 Néandertaliens, dont 2 adultes, 3 enfants (2, 3 et 10 ans environ), un nourrisson et un fœtus n'ayant sans doute vécu que quelques heures. Le crâne de l'un des adultes est particulièrement complet et bien conservé. Les individus juvéniles découverts par Peyrony reposaient apparemment dans des fosses correspondant à des sépultures. L'une des fosses était couverte par une dalle. Le fœtus se trouvait dans un monticule et était accompagné de beaux outils de silex, considérés comme un dépôt funéraire lors de leur découverte. L'ancienneté des fouilles et l'absence d'enregistrement précis limitent toutefois les interprétations.

La séquence comporte ensuite quelques niveaux attribués au Châtelperronien puis une succession importante de niveaux aurignaciens :

  • Aurignacien 0 ;
  • Aurignacien I (sagaies à base fendue, grattoirs carénés, lames étranglées) ;
  • Aurignacien II (sagaies losangiques, burins busqués, apparition de l'art sur bloc notamment sous forme de représentations sexuelles féminines).

Le sommet de la séquence comprend différentes couches attribuées par Peyrony au Périgordien supérieur, aujourd'hui appelé Gravettien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Delporte H. et coll. (1984), Le grand abri de la Ferrassie : fouilles 1968-1973, Laboratoire de paléontologie humaine et de préhistoire, Paris.
  • Maureille, B. (2004), Les premières sépultures, Le Pommier / Cité des sciences et de l'industrie, (2004), (ISBN 2-7465-0203-8)
  • Peyrony, D. (1934), « La Ferrassie : Moustérien-Périgordien-Aurignacien », Préhistoire, p. 1-143.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]