La Femme sur la Lune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fritz Lang et Curt Courant sur le tournage de La Femme sur la Lune

La Femme sur la Lune (Frau im Mond) est un film allemand de Fritz Lang, adapté du roman de Thea von Harbou, Une femme dans la Lune, et sorti au cinéma en 1929.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le professeur Manfeldt se fait ridiculiser par ses confrères alors qu'il prétendait qu'il existait des mines d'or sur l'astre lunaire. Trente ans plus tard, Wolf Helius souhaite construire une fusée pour aller sur la Lune. Friede Velten et l'ingénieur Hans Windegger sont intéressés par ce projet. Un groupement financier contrôlant le marché de l'or impose sa participation à leur expédition.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La Femme sur la Lune est le dernier film muet de Fritz Lang[1].
  • La première a lieu au Ufa-Palast am Zoo de Berlin.
  • Ce film fut aussi la dernière superproduction du studio Universum Film AG avant le krach de 1929[1].
  • Plusieurs éléments du scénario inspirent les albums de Hergé, envoyant Tintin sur la Lune (Objectif Lune et On a marché sur la Lune)[2].
  • « Hommage » au réalisme scientifique du film, les maquettes de la fusée (baptisée Friede, la Paix) furent détruites ultérieurement par les nazis « comme étant de nature à nuire au secret qui devait entourer la conception des V2 »[3].
  • Sur l'empennage de la fusée A4/V4 — premier prototype de V2 tiré avec succès en octobre 1942 — se trouvait un dessin rendant « hommage de façon humoristique au film »[4].
La fusée présentée au musée de Peenemünde comporte le dessin.
  • Le film inaugure la tradition du compte à rebours dans le domaine de l'astronautique lors du lancement d'une fusée : « Quand j'ai tourné le décollage de la fusée, je me disais : " Si je compte un, deux, trois, quatre, dix, cinquante, cent, le public ne sait pas quand le décollage aura lieu. Mais si je compte à rebours dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un — cela devient très clair " »[5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c www.cineclubdecaen.com critique Télérama consulté le 14 octobre 2007
  2. commeaucinema.com consulté le 4 novembre 2007
  3. Dictionnaire du cinéma, p 561.
  4. Du V2 à Véronique : la naissance des fusées françaises, p. 32.
  5. Fritz Lang cité sur La Femme sur la Lune

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]