La Femme piège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Femme piège est un album de bande dessinée d'Enki Bilal de 1986, second épisode de La Trilogie Nikopol.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La Femme piège retrace les itinéraires parallèles de Nikopol, de Horus et de Jill Bioskop, reporter sentimentale et un peu paumée, qui se rejoindront à la fin de l’album.

A Londres, Jill vient de perdre l’homme qu’elle aime. Elle se noie dans les drogues qu’il prenait et se met à tuer des hommes dans ses hallucinations. Dépêchée à Berlin pour couvrir le retour sur terre de la première mission spatiale européenne, elle rencontre Ivan Vabek, un confrère avec qui elle sympathise.

Dans la station spatiale, les astronautes s’affairent autour d’un objet récupéré dans l’espace, qui se révèle être le débris de pyramide dans lequel Horus était maintenu prisonnier par les autres dieux égyptiens. Réveillé, Horus détruit tout sur son passage. A l’atterrissage de la navette, il s’empare du corps d’un journaliste qui n’est autre qu’Ivan Vabek.

A Paris enfin, Nikopol suit le retour d’Horus par l‘intermédiaire d’un chat télépathe. Il prend la route de Berlin, y retrouve son divin acolyte et tous deux embarquent Jill dans leur nouveau voyage.

Edition[modifier | modifier le code]

Les premières éditions de La Femme piège, chez Dargaud, sont accompagnées d'une fausse édition du journal Libération datée du 14 octobre 1993, en tiré à part. Celui-ci fait la synthèse des dépêches de 2025 rédigées et envoyées par Jill Bioskop, et aident notamment à mieux comprendre le récit.

Voir aussi[modifier | modifier le code]