La Dot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Dot
Publication
Auteur Guy de Maupassant
Langue Français
Parution Drapeau : France 9 septembre 1884
dans Gil Blas
Recueil Toine
Nouvelle précédente/suivante
Précédent La Moustache Le Lit 29 Suivant

La Dot est une nouvelle de Guy de Maupassant, publiée en 1884.

Dans cette nouvelle, Maupassant aborde de façon critique le thème de la dot.

Historique[modifier | modifier le code]

La Dot est une nouvelle d'abord publiée dans le Gil Blas du 9 septembre 1884, puis repris dans le recueil Toine[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Jeanne Cordier, une jeune fille, épouse un homme, Simon Lebrument. Après leur mariage, ils décident d’aller à Paris, la dot sous le bras, afin de la faire parvenir à M. Papillon, pour payer les études de Simon qui souhaite ouvrir un cabinet de notaire. Ils en profiteront aussi pour visiter la ville romantique qu’est Paris, et faire comme les amoureux non mariés.

Une fois dans la ville, ils décident d’aller déjeuner au boulevard. M. Lebrument voulant économiser l’argent, ils prennent un omnibus. Le mari, prétextant vouloir fumer une cigarette, monte sur le toit du véhicule, laissant Jeanne seule à l’intérieur de l’omnibus.

Le véhicule démarre, et le voyage dure longtemps. Les passagers défilent. Peu à peu, l’omnibus se vide de ses passagers et, au terminus, Jeanne se retrouve seule : son mari n'est plus sur le toit de l'omnibus !

Jeanne questionne alors le conducteur qui lui apprend que Simon est descendu à un arrêt précédent. Elle mettra beaucoup de temps à comprendre que son mari n’était qu’un misérable, intéressé uniquement par sa dot. Avec l’argent qui lui reste, elle se rend chez son cousin de la Marine, Henry, qui ne fait que confirmer ce qu’elle savait sans vouloir y croire.

Étude du texte[modifier | modifier le code]

Comme dans d’autres nouvelles (ex : Aux champs, où il condamne en quelque sorte l’amour parental), Maupassant condamne le mariage de son époque : si une jeune fille avait une dot importante, elle risquait de se marier avec un homme intéressé par son argent.

Si elle n’avait pas de dot, soit elle ne se mariait pas, car elle ne pouvait pas payer la dot à son époux, ou elle se mariait avec un homme modeste, avec lequel elle n’était pas forcément heureuse (comme dans La Parure ou Première Neige, toujours de Maupassant).

Édition[modifier | modifier le code]

La Dot dans Maupassant, Contes et Nouvelles, tome II, texte établi et annoté par Louis Forestier, éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1979 (ISBN 978 2 07 010805 3)

Note[modifier | modifier le code]

  1. Maupassant, Contes et Nouvelles, tome II, notice de Louis Forestier (pp. 1410-1411), éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1979 (ISBN 978 2 07 010805 3)