La Dernière Rafale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Dernière Rafale

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Mark Stevens, Barbara Lawrence et Richard Widmark

Titre original The Street with No Name
Réalisation William Keighley
Scénario Harry Kleiner
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1948
Durée 91 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Dernière Rafale (The Street with No Name) est un film noir américain réalisé par William Keighley, sorti en 1948.

Ce film, une suite de La Maison de la 92e rue (1945), raconte l'histoire d'un agent du FBI, Gene Cordell (Mark Stevens), qui s'infiltre parmi un gang criminel. Le supérieur de Cordell, l'inspecteur George A. Briggs (Lloyd Nolan) apparaît également dans La Maison de la 92e rue.

Le film, tourné dans un style semi-documentaire, se situe dans la ville de fiction "Central City"[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le générique d'ouverture se termine par cette préface :

Le récit que vous allez voir est inspiré de dossiers du FBI. Autant que possible, le film fut tourné sur les lieux réels et interprété par le personnel du FBI[2].

Suit un message de J. Edgar Hoover:

La rue dans laquelle le crime règne est la rue qui s'étend à travers l'Amérique. C'est la rue sans nom. Le crime organisé est à nouveau de retour. Si l'impunité le laisse agir, trois quarts des américains en deviendront victimes. Là où l'ordre et la loi sont piétinés, vous trouverez l'indifférence. Une Amérique vigilante et en éveil sera une Amérique plus sûre[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Remake[modifier | modifier le code]

Le scénario d'Harry Kleiner fut retravaillé sept ans plus tard pour La Maison de bambou de Samuel Fuller.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations
  • Writers Guild of America : WGA Award (Screen) ; The Robert Meltzer Award, pour le scénario traitant le mieux de la pègre, Harry Kleiner; 1949.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Street with No Name sur l’Internet Movie Database.
  2. The motion picture you are about to see was adapted from the files of the Federal Bureau of Investigation. Wherever possible, it was photographed in the original locale and played by the actual FBI personnel
  3. The street on which crime flourishes is the street extending across America. It is the street with no name. Organized gangsterism is once again returning. If permitted to go unchecked three out of every four Americans will eventually become its victims. Wherever law and order break down there you will find public indifference. An alert and vigilant America will make for a secure America.

Lien externe[modifier | modifier le code]