La Der des Ders

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Scène de tranchée, lors de la Bataille de la Somme, en 1916

« La Der des Ders » est une expression qui s'est forgée à la suite de la Première Guerre mondiale, qui signifie la « dernière des dernières (guerres) ». « Le der des ders » désigne, par extension, le soldat, le poilu qui a participé à cette guerre[1].

Emplois[modifier | modifier le code]

L'expression est aujourd'hui communément employée pour désigner « la (toute) dernière fois »[2],[3].

Les approches historiques reprennent l'expression, comme le livre Poilus, les ders des ders, de Jean-Pascal Soudagne (2006) ou l'exposition 1914-1918 : La Der des Ders ? Gentilly et la Grande Guerre[4].

En littérature, l'expression a inspiré des auteurs. On trouve le roman de série noire Le der des ders de Didier Daeninckx (1984), adapté en bande dessinée, sous le même titre, avec Jacques Tardi (1997)[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le der des ders - L'Express, 12 mars 2008
  2. La der des ders de Maguy Marin - Le Figaro, 19 octobre 2010
  3. « Il picole pas pourtant… » - Libération, 1er février 2010
  4. « 1914-1918 : La Der des Ders ? », Société d'histoire de Gentilly (consulté le 12 août 2009).
  5. Le Der des Ders (1/13)
  6. Évariste Blanchet , « Le Der des Ders », dans L'Indispensable n°0, février 1998, p. 76.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]