La Création d'Adam (Michel-Ange)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Création d'Adam
Image illustrative de l'article La Création d'Adam (Michel-Ange)
La Création d'Adam, après restauration.
Artiste Michel-Ange
Date 1508 - 1512
Type fresque
Dimensions (H × L) 280 cm × 570 cm
Localisation Chapelle Sixtine, Rome (Vatican)

La Création d'Adam est l'une des neuf fresques inspirées du livre de la Genèse, peintes par Michel-Ange sur la partie centrale de la voûte de la chapelle Sixtine, dans la cité du Vatican à Rome. Elle constitue la quatrième histoire de cette série de neuf, précédée par la Séparation de la Terre et des Eaux, et suivie par la Création d'Ève. Bien qu'évoquée relativement tôt dans la Genèse, donc dans la séquence des fresques ornant la voûte, la Création d'Adam n'a été achevée par Michel Ange que tardivement, vers 1511, alors que l'exécution de la voûte centrale dura de 1508 à 1512.

La Création d'Adam est une illustration du texte biblique du livre de la Genèse: 1, 26-27 : « Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa »[1]. L’œuvre est particulièrement célèbre par le détail dans lequel l'index de Dieu, rejoignant celui d'Adam sans le toucher, donne vie à l'Homme [2].Il a mis 15

ans à la créer.

Composition[modifier | modifier le code]

La fresque avant la restauration de 1980 de la voûte de la chapelle.

Sur la droite, Dieu est représenté comme un vieil homme barbu enveloppé dans un ample manteau rouge qu'il partage avec des chérubins. Son bras gauche est enroulé autour d'une figure féminine, normalement interprétée comme Ève[3] , qui n'est pas encore créée[4] et, de manière figurative, attend au Paradis de recevoir une forme terrestre. Le bras droit de Dieu se tend pour donner l'étincelle de vie, du bout de son propre index projeté vers celui d'Adam. Ce dernier, par la disposition de son bras gauche et de l'ensemble son corps, prend une pose assez comparable à celle de Dieu. Cette relative symétrie rappelle que l'Homme est créé à l'image de Dieu.

Détail emblématique de l'œuvre, l'index d'Adam et celui de Dieu se rapprochent mais restent séparés par une courte distance, ce qui laisse penser qu'elle matérialise la séparation entre Dieu et Adam. C'est en fait le corps tout entier de Dieu qui tend vers l'Homme, dans un mouvement volontaire. Le corps d'Adam est au repos; sa main gauche est presque relâchée, son index fléchi : Dieu donne, Adam reçoit. La nudité d'Adam exprime son innocence, qui sera perdue avec le Péché originel (Genèse 3,1-13, sixième histoire de la voûte)[5].

La composition est évidemment artistique et non littérale, car Adam est éloigné de Dieu, avant même qu'il lui soit réellement donné la « vie ». Pour cette même raison, Ève est représentée visuellement avant sa propre création. Mais l'inclusion précoce de cette figure féminine a mené certains à penser qu'elle puisse être plutôt Lilith, la première épouse mythique d'Adam, bien que chronologiquement Lilith ait également été créée après Adam.

Interprétation anatomique[modifier | modifier le code]

Il est possible que Michel Ange ait intentionnellement utilisé des formes, motifs et détails trahissant sa connaissance approfondie de l'anatomie humaine. En 1990, le médecin Frank Lynn Meshberger relevait que l'allure générale du manteau et les formes s'y logeant derrière Dieu pouvaient être interprétées comme une description précise du cerveau humain; et l'espace séparant Dieu et Adam, vide mais transmettant un message, comme annonçant une jonction synaptique qui ne sera découverte que bien plus tard[6]. Il a aussi été noté que le manteau prend une forme utérine, dont s'échappe vers le bas un voile pouvant représenter un cordon ombilical[7].

Toujours dans la Chapelle Sixtine, La Séparation de la lumière et des ténèbres a aussi été l'objet d'interprétations anatomiques, renforçant la pertinence des observations menées sur la Création d'Adam. Ian Suk et Rafael Tamargo suggéraient en 2010 que le peintre avait utilisé le cou divin pour représenter une vue ventrale du cerveau, et que dans les plis de la tunique divine apparaissaient la moëlle épinière et le nerf optique[8],[9].

Influence et dérivés[modifier | modifier le code]

Détail de la Création d'Adam : l'index de Dieu (à droite) rejoint celui d'Adam (à gauche).

Par sa force symbolique et esthétique, le geste liant Adam à Dieu est devenu l'une des références les plus célèbres du monde de l'art occidental, réutilisé dans d'autres œuvres sous une forme dérivée ou parodique. Il illustre le thème de la rencontre ou du don, par exemple dans le film E.T. l'extra-terrestre (1982) ou dans la religion fictive qu'est le Pastafarisme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Création d'Adam Musée du Vatican. Lien consulté le 23 novembre 2011.
  2. Pour une discussion plus générale sur l'utilisation de l'index dans l'œuvre de Michel Ange, voir L'index de Michel-Ange par Daniel Arasse, Communications, (1981), vol. 34, no 34, p. 6-24. Lien consulté le 23 novembre 2011.
  3. Il a été discuté jusqu'au sexe, masculin, féminin, voire non sexué, de ce personnage : voir Who's who in Michelangelo's Creation of Adam, par Leo Steinberg, in Art Bulletin, Decembre 1992, pp. 553-554. Lien consulté le 23 novembre 2011.
  4. Cet épisode de la Genèse est l'objet de la cinquième peinture dans la séquence de neuf ornant la voûte.
  5. Histoires de la voûte centrale de la Chapelle Sixtine Musée du Vatican. Lien consulté le 23 novembre 2011.
  6. Meshberger, F. L. An interpretation of Michelangelo's Creation of Adam based on Neuroanatomy. J.A.M.A. 264(14): 1837-1841, October 1990.
  7. Stokes, Adrian. Michelangelo: A Study in the Nature of Art. (1955)
  8. Le dessin d'un cerveau caché par Michel-Ange dans la chapelle Sixtine. Slate.fr, 18 juin 2010.
  9. Suk, I., and Tamargo, R. J. Concealed Neuroanatomy in Michelangelo's Separation of Light from Darkness in the Sistine Chapel. Neurosurgery 66: 851-861, May 2010.