La Couarde-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Couarde.
La Couarde-sur-Mer
Le petit port du Goizil, en 2006.
Le petit port du Goizil, en 2006.
Blason de La Couarde-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement La Rochelle
Canton Ars-en-Ré
Intercommunalité Communauté de communes de l'île de Ré
Maire
Mandat
Patrick Rayton
2014-2020
Code postal 17670
Code commune 17121
Démographie
Gentilé Couardais
Population
municipale
1 249 hab. (2011)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 44″ N 1° 25′ 27″ O / 46.1955555556, -1.4241666666746° 11′ 44″ Nord 1° 25′ 27″ Ouest / 46.1955555556, -1.42416666667  
Altitude Min. 0 m – Max. 17 m
Superficie 8,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
La Couarde-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
La Couarde-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Couarde-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Couarde-sur-Mer
Liens
Site web lacouardesurmer.fr

La Couarde-sur-Mer est une commune du sud-ouest de la France, située sur l'île de Ré dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Couardais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de La Couarde sur l'île de Ré.

La Couarde est située au milieu de l'île de Ré, ouverte sur la côte sud pour le village et sur la côte nord pour son port.

La commune possède sur cinq kilomètres de très belles plages avec des dunes et le petit port Le Goisil débouchant par un chenal sur la côte nord de l'île. Les maisons construites récemment autour du centre-ville s'étalent aussi vers l'ouest. Le nord du village est longé par la route départementale.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la Couarde telle que nous la connaissons est floue. C'est un hameau avant la Révolution française, habité par des vignerons et des sauniers. Plus tard, apparaît du vignoble autour du village, amenant donc une augmentation de la population ; mais à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, a lieu une baisse démographique, en partie à cause du phylloxéra.

Au début du XXe siècle, le tourisme se développe à la Couarde, et la commune devient une station balnéaire. Actuellement, l'activité touristique domine.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Les maires de La Couarde depuis 1793.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1799 1816 Jean-Baptiste Martin    
1816 1830 Louis Gibaud    
1830 1846 Docteur de Rochas   Medecin
1846 1865 Honoré Martin    
1865 1870 Louis Thomazeau    
1870 1874 François Mourat    
1874 1878 Gustave Turbé    
1878 1881 François Mourat    
1881 1888 Honoré Caillonneau    
1888 1892 François Mourat    
1892 1900 P.Honoré Babiaud    
1900 1904 Alphonse Couneau    
1904 1906 André Besson    
1906 1912 Alphonse Couneau    
1912 1925 Théophile Pénisson    
1925 1944 Gaston Bonnin    
1944 1947 Albert Turbé    
1947 1956 Eugène Brullon    
1956 1967 Eugène Guellec   Ancien dir. S.G.
1967 1971 Emile Brullon    
1971 1977 François Decourt   Médecin
1977 1983 Marcel Chambord    
1983 2001 Paul Neveur UMP  
2001 en cours Patrick Rayton    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 249 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 300 1 851 1 758 1 795 1 947 1 745 1 761 1 742 1 692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 691 1 616 1 566 1 400 1 353 1 306 1 270 1 229 1 193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 122 1 058 1 010 867 875 762 754 732 754
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
716 758 794 856 1 029 1 179 1 213 1 231 1 251
2011 - - - - - - - -
1 249 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Les activités sont pour la plupart agricoles ; vignes, pommes de terre, asperges sont cultivées autour du village. Des marais salants ont été réactivés dans la partie nord de la commune. L'on peut aussi compter le tourisme, qui est la principale ressource du village, mais aussi de l'île, pendant la saison estivale. Les nombreux petits commerces sont très sollicités pendant cette période. La vie économique du village est donc importante.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le kiosque et l'église de La Couarde.
Église de La Couarde.
Le monument aux morts.
  • Le kiosque à musique, édifié à côté de l'église, demeure le seul de l'île actuellement.
  • L'église de La Couarde est dédiée à Notre-Dame-de-l'Annonciation, et a été construite à la fin du XIXe siècle, en plein centre du village. Son style est néo-gothique.
  • Construit après la Première Guerre mondiale à l'initiative de Gaston Bonnin, l'instituteur du village et de J. Godefroy architecte, le monument aux morts de La Couarde commémore les trente-six disparus de la commune. Des plaques, honorant les morts des guerres de 1870-1871 (quatre), 1939-1945 (cinq), de la guerre d'Algérie et le mort en déportation, furent ajoutées par la suite. L'aigle (allemand) symbolique tombé sur la terre est unique en France[4].
  • Le petit port du Goizil ouvrant sur la côte Nord, ainsi que la base nautique qui utilise un ancien marais recreusé et aménagé, évitant les problèmes de marée basse, pour pouvoir faire naviguer ses élèves débutant à toutes heures et en toute sécurité.
  • Maison de la culture La Maline.
  • Guinguette La Pergola (depuis 1936), restaurant, dancing en extérieur, bar de nuit incontournable des soirées estivales rétaises.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Albeau (1972), véliplanchiste plusieurs fois champion du monde, a passé son enfance dans la commune où son père tenait un club de plage.
  • Ivan Peychès (1906-1978), scientifique, membre de l'Académie des sciences, inhumé dans le cimetière communal.
  • Claude Rich possède de longue date une maison à La Couarde

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’or semé de fleurs de lis d’azur, à la nef de gueules brochante.
Commentaires : Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]