La Corde au cou (Lucky Luke)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Corde au cou.
La Corde au cou
112e histoire de la série Lucky Luke
Scénario Laurent Gerra
Dessin Achdé
Genre(s) Franco-Belge
Aventure
Humour

Personnages principaux Lucky Luke
Les Dalton
Rantanplan
Ma Dalton

Éditeur Lucky Comics (Dargaud)
Collection Les Aventures de Lucky Luke d'après Morris
Première publication 2006
Albums de la série Lucky Luke
Précédent La Belle Province L'Homme de Washington Suivant

La Corde au cou est la cent-douzième histoire de la série Lucky Luke, créée par Achdé (dessin) et Laurent Gerra (scénario). Elle est publiée pour la première fois en album en 2006 dans la collection Les Aventures de Lucky Luke d'après Morris.

Le titre joue sur les mots, puisqu'il évoque à la fois le fait que les Dalton risquent d'être pendus, mais aussi leur mariage (ils ont la corde au cou en raison des « liens sacrés du mariage »).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Afin de lutter contre la surpopulation des pénitenciers, le nouveau président des États-Unis décide de faire pendre les prisonniers dont les peines sont les plus longues. Les Dalton sont sur la liste. Ils appellent au secours leur mère, Ma Dalton. Dans la mesure où tout condamné à mort est gracié s'il se marie avant son exécution, Ma Dalton se met à la recherche de quatre épouses potentielles. Elle cherche en vain, jusqu'à ce qu'elle trouve quatre sqaws du village indien des Têtes-Plates.

Les quatre frères Dalton se marient donc. Tandis que Joe, Jack et Willians ont épousé de vraies mégères qui les exploitent et leur en font voir de toutes les couleurs, Averell s'est marié avec la plus jolie des quatre femmes et vit une vraie histoire d'amour.

Mais le chef du village explique à Joe qu'il a consenti au mariage à condition que les Dalton apprennent aux indiens le moyen de gagner beaucoup de dollars. Joe leur apprend donc les techniques de base de l’attaque à main armée…

Caricatures et clins d'œil[modifier | modifier le code]

  • Les deux convoyeurs de fonds Kirk et John sont les caricatures de Kirk Douglas et John Wayne et chacune de leurs interventions est un clin d'œil à leur filmographie respective : « Ne traînons pas, je ne veux pas rater le dernier train de Gun Hill » ou « Et dire qu'on me surnomme l'homme tranquille ! ».
  • Liz, la fille du tailleur est un clin d'œil à Elizabeth Taylor.
  • Joe Dassin fait la promotion de « la chanson originale sur les pires fripouilles de l'histoire du Far-west! », en référence à la chanson Les Dalton, un de ses premiers succès.
  • La 3e case de la planche 18 est un clin d'œil à la série de bande-dessinée Astérix où la scène finale est normalement un banquet où le barde est bâillonné et attaché à un arbre. « Ainsi, comme le veut la tradition dans toutes les tribus irréductibles (cf. les irréductibles Gaulois), cet incroyable jour de fête se clôture par un joyeux banquet ! »
  • La 5e case de la planche 7 apparaît Calamity Jane comme caméo.

Source[modifier | modifier le code]