La Conversation sacrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Conversation sacrée
Image illustrative de l'article La Conversation sacrée
Artiste Piero della Francesca
Date 1472
Type huile sur bois
Dimensions (H × L) 248 cm × 150 cm
Localisation Pinacothèque de Brera, Milan (Italie)

La Conversation sacrée (Sacra conversazione) est une œuvre de Piero della Francesca qu'il réalisa pour la chiesa francescana di San Donato degli Osservanti en 1472.

C'est une huile sur bois de 248 cm × 150 cm. Elle est conservée à la Pinacothèque de Brera à Milan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une œuvre commanditée par le duc d'Urbino, Frédéric III de Montefeltro, pour certains historiens pour célébrer la naissance de son fils, Guidobaldo, pour d'autres, ses victoires et ses conquêtes en Maremme. Initialement peint pour l'église d'Osservanti di San Donato à Urbino, le tableau est transféré, après la mort du duc en 1482, à l'église San Bernardino, dans son mausolée.

Thème[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une Vierge à l'Enfant en majesté (sur un trône), entourée de personnages sacrés placés de chaque côté dont le commanditaire de l'œuvre (thème iconographique chrétien dit de la conversation sacrée).

Composition[modifier | modifier le code]

Le sujet cher à l'iconographie de la peinture chrétienne se place dans un cadre clairement architectural, sur fond de niche à coquille dans une construction perspective très précise (monofocale centrée à point de fuite sur la figure de la Vierge).

Les corps des personnages sont prolongés par les pilastres.

Le commanditaire de l'œuvre, Frédéric III de Montefeltro, est représenté en armure, à genoux devant le Christ (dans son prolongement) et il est peint sans les insignes attribués en 1475 par le pape Sixte IV (ce qui permet de dater le tableau avant 1474). Contrairement aux autres œuvres représentant Frédéric de Montefeltro, sa femme, Battista Sforza, n'apparaît pas, en effet elle était déjà morte en couche avant l'exécution du diptyque, du triomphe, et sa place reste désespérément vide devant son mari dans la conversation sacrée.

Analyse[modifier | modifier le code]

Lignes de force perspectives dans le tableau.

L’œuf d'oie qui pend au plafond (et qui pointe vers le nombril de Jésus), est le symbole de la perfection ou de la naissance dans la tradition alchimique. Il est accroché à la conque (Coquille Saint-Jacques) signifiant la fécondité.

Toutes les têtes des personnages saints sont sur un même axe horizontal (principe d’isocéphalité), celui-là même de l'horizon perspectif contenant le point de fuite central, confondu avec le regard de la Vierge.

L'axe vertical (œuf, nombril du Christ) rééquilibre l'axe horizontal précédent.