La Conquête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Conquête

Description de cette image, également commentée ci-après

L'équipe du film au festival de Cannes 2011.

Réalisation Xavier Durringer
Scénario Patrick Rotman
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
Mandarin Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film biographique
Sortie 2011
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Conquête est un film biographique français réalisé par Xavier Durringer, sorti le en France, le jour-même de sa présentation au Festival de Cannes.

Le film évoque l'ascension au pouvoir de Nicolas Sarkozy, de sa nomination au poste de ministre de l'Intérieur en 2002 à son élection à la tête de l'État français en 2007. Son parcours est raconté à la façon d'un thriller. Plus généralement, le film fait pénétrer le spectateur dans les arcanes du monde politique fait de pactes, de stratégie, de trahisons, d'amitié et, parfois, d'amour.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le , Nicolas Sarkozy, entre deux coups de téléphone à son épouse Cécilia, se souvient des cinq années écoulées.

En 2002, il revient au premier plan de la vie politique en étant nommé ministre de l'Intérieur par le président de la République, Jacques Chirac, dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin.

Progressivement, il parvient à se faire un nom et décide de se préparer pour succéder au président Chirac en 2007 à l'Élysée.

Il doit cependant faire face à des difficultés de taille comme sa rivalité avec le ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, ou encore l'idylle secrète de Cécilia avec le publicitaire Richard Attias ainsi que son aventure avec une journaliste, Anne Fulda.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Denis Podalydès interprète le rôle de Nicolas Sarkozy, personnage principal du film. Denis Podalydès interprète le rôle de Nicolas Sarkozy, personnage principal du film.
Denis Podalydès interprète le rôle de Nicolas Sarkozy, personnage principal du film.

Tournage et sortie[modifier | modifier le code]

Le tournage a commencé — discrètement — en [réf. souhaitée].

Après avoir été annoncée pour le , la sortie en salles est repoussée au , afin de conserver l'exclusivité au Festival de Cannes 2011, pour lequel il figure dans la sélection hors-compétition.

Réception critique[modifier | modifier le code]

En France, le film a reçu un accueil critique mitigé. AlloCiné établit une note moyenne de 2,46/5 à partir de 13 titres de la presse française[2].

Pour Olivier Bonnard, dans Le Nouvel Observateur, le film n'est qu'« un gros téléfilm, genre Nicolas Sarkozy pour les nuls »[3]. Il lui reproche « d’illustrer sagement tout ce qu’on savait déjà, comme un album d’images, avec sa galerie d’acteurs-sosies, et Denis Podalydès dans le rôle principal »[3]. De même, Antoine Guiral, dans Libération, dénonce un film qui donne dans la caricature « comme si chaque acteur avait été invité à coller au plus près de sa marionnette des Guignols »[4].

Thomas Sotinel, dans Le Monde, est également déçu : « Xavier Durringer a osé incarner un président en exercice, mais le résultat manque de cohérence et s'apparente à un montage de morceaux choisis »[5].

Jean-Marc Lalanne, pour Les Inrockuptibles, oppose le film au Caiman de Nanni Moretti et dénonce le parti pris du film : « En termes de représentation, La Conquête n’oppose rien au cirque sarkoziste ; au contraire, il fait le jeu de sa bouffonnerie, lui laisse dicter la forme du film et même sa dramaturgie – qui se cale avec exactitude sur le storytelling conçu par l’UMP »[6].

Dans une virulente tribune publiée sur Rue89, Julien Santoni dénonce un film qui « ne fait que redoubler la stratégie marketing de Sarkozy »[7] dans lequel nous n'apprenons rien que nous ne sachions déjà.

Pour Arnaud Hée sur Critikat.com « dans le domaine de la désacralisation de la fonction, l'actuel président a fait le boulot lui-même et depuis un bon moment, sans prendre la peine d'attendre ce film atone. »[8].

Serge Kaganski, sans être enthousiaste, apprécie cependant le jeu de l'interprète de Sarkozy : « Denis Podalydès répond magistralement à la question, incarnant un Sarkozy à la fois crédible et autre, jamais plus histrion que son modèle »[6].

Dans une critique publiée dans L'Express, Sophie Benamon estime que le film est « bien fait », « très bien documenté » et qu'il est « le récit exact de cinq ans de vie politique », ainsi que « le premier film à décrypter ce qu'est réellement une campagne présidentielle »[9]. Elle salue par ailleurs l'interprétation de Denis Podalydès, une « magistrale performance d'acteur », au niveau de « la voix, [du] débit, [de] la gestuelle »[9].

Box-office[modifier | modifier le code]

Cinq jours après sa sortie, La Conquête a réalisé en France 220 000 entrées sur un total de 281 salles[10]. Au , le film comptabilisait un peu plus de 561 000 entrées[11], chiffre inférieur au potentiel du film si on considère la publicité et la médiatisation dont il a bénéficié[12].

Nombre d'entrées totales en France : 718 641[13][réf. insuffisante].

Nominations et récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.circuit-empire.com/moviesDetails.asp?movieid=1444&isgulg=
  2. « Critiques Presse pour le film La Conquête », sur AlloCiné (consulté le 26 mai 2011)
  3. a et b Oliver Bonnard, « "La Conquête" : Nicolas Sarkozy pour les nuls », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ 19 mai 2011 (consulté le 20 mai 2011)
  4. Antoine Guiral, «La Conquête» à l’ouest, sur next.liberation.fr,‎ 19 mai 2011 (consulté le 20 mai 2011)
  5. Thomas Sotinel, « La Conquête », sur Nicolas Sarkozy : l'audace d'un projet, les limites d'un film, sur lemonde.fr,‎ 19 mai 2011 (consulté le 20 mai 2011)
  6. a et b Serge Kaganski, Jean-Marc Lalanne, « Pour ou contre: "La Conquête", film crédible ou oeuvre affligeante? », sur lesinrocks.com,‎ 18 mai 2011 (consulté le 20 mai 2011)
  7. Julien Santoni, « La Conquête » : les Sarkoboys en rêvaient, Durringer l'a fait, sur rue89.com,‎ 24 mai 2011 (consulté le 24 mai 2011)
  8. Arnaud Hée, « La Conquête », sur Critikat.com,‎ 18 mai 2011 (consulté le 1er juin 2011)
  9. a et b « La Conquête, une comédie mordante », L'Express, 18 mai 2011.
  10. Julien Lalande, Box-Office : "Pirates des caraïbes 4" loin devant "La Conquête", Ozap, 23 mai 2011.
  11. « Fiche box-office de La conquete », sur cinefeed.com (consulté le 17 juin 2011)
  12. Olivier Corriez, « Premières séances : Pirates des Caraïbes 4 loin devant ses concurrents », sur excessif.com,‎ 18 mai 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  13. Source : Le Film Français