La Confusion des sentiments

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Confusion des sentiments (homonymie).
La Confusion des sentiments
Auteur Stefan Zweig
Genre Recueil de nouvelles
Version originale
Titre original Verwirrung der Gefühle
Éditeur original Insel
Langue originale Allemand
Pays d'origine Drapeau de l'Autriche Autriche
Lieu de parution original Leipzig
Date de parution originale 1927
Version française
Traducteur Alzir Hella et Olivier Bournac
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Stock
Date de parution 1929
Nombre de pages 195

La Confusion des sentiments (Verwirrung der Gefühle) est une longue nouvelle, sous-titrée « Notes intimes du professeur R de D », qui donne son nom à un recueil de nouvelles de Stefan Zweig paru en 1927. Le recueil original contient également Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau) et Destruction d’un cœur (Untergang eines Herzens). La nouvelle La Confusion des sentiments, traduite et parue seule en France dès 1929, retrace l'histoire d'un universitaire qui, lors de son soixantième anniversaire, se remémore un professeur qui, dans sa jeunesse, l'a conduit sur les voies de la vie de l'esprit. Ce texte traite ainsi de l'amour de l'étude que lui communiqua ce professeur. Portant également sur la force de l'amitié (inter-générationnelle), le texte évoque aussi l'amour entre deux hommes, et les troubles et souffrances causés par la rencontre de cet amour avec la morale, la loi et le regard de l'autre.

Résumé[modifier | modifier le code]

Fils de proviseur d'un lycée d'une petite ville d'Allemagne du nord, Roland de D. est à 19 ans un étudiant qui suit malgré lui au départ des études d'anglais (à Berlin). Il mène dans la capitale allemande une vie dissolue pendant plusieurs mois, négligeant ses études. Découvrant cela, son père le fait déplacer dans une université d'une petite ville de province au centre de l'Allemagne. Là, il est tout de suite subjugué par l'intelligence d'un professeur de philologie et son talent pour communiquer sa passion pour Shakespeare.

Le professeur le prend tout de suite en affection et lui facilite son installation en lui conseillant une chambre à louer au-dessus de chez lui. Par la suite, l'étudiant est amené à entrer dans l'intimité du professeur. Il découvre qu'il a une femme et que le couple est assez particulier : les deux époux sont assez froids l'un envers l'autre et le mari s'absente fréquemment. Roland propose au professeur de l'aider à écrire son ouvrage de philologie. Mais malgré l'aide qu'il lui apporte, le professeur a une attitude double et déconcertante envers lui : tantôt il le laisse se rapprocher de lui, tantôt il le repousse froidement. Ce comportement plonge l'étudiant dans une profonde confusion qui tourne rapidement au grand tourment… Roland découvrira la raison de cette attitude lors d'une confession poignante du professeur.

Commentaires[modifier | modifier le code]

En raison de la nouveauté audacieuse de ce sujet, ce récit bref et fulgurant connut un grand succès. À travers le récit, Stefan Zweig communique sa passion pour la période shakespearienne, apogée de la littérature anglaise et de l'Angleterre : « […] dans un élan unique, une génération a gravi tous les sommets de la passion, en a fouillé les abîmes, a mis a nu ardemment son âme exubérante et folle », fait-il dire au professeur de philologie (matière que Zweig étudia), « tout ce qui précède n'est qu'une préparation, tout ce qui suit n'est qu'une contrefaçon boiteuse de cet élan original et hardi vers l'infini. »

Sigmund Freud a salué la finesse et la vérité avec laquelle l'auteur restitue le trouble d'une passion et le malaise qu'elle engendre chez celui qui en est l'objet.

Éditions en français[modifier | modifier le code]

Éditions imprimées[modifier | modifier le code]

Livres audio[modifier | modifier le code]

Adaptations au théâtre[modifier | modifier le code]