La Chasse à l'homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasse à l'homme (homonymie).

La Chasse à l'homme est un film français réalisé par Édouard Molinaro, sorti en 1964.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un milieu bourgeois parisien, Antoine Monteil, jeune maquettiste en publicité, va épouser la fantasque Gisèle, une très jolie jeune femme du monde. Le meilleur ami du futur marié, Julien Brenot, statisticien, célibataire endurci et divorcé, tente obstinément de l'en dissuader lors de sa dernière soirée d'homme libre. Tous les arguments sont bons pour évoquer ses exploits et expériences malheureuses de couple et les péripéties de son aventure avec Denise Heurtin, 17 ans, secrétaire et vierge professionnelle. Juste avant le mariage, ils prennent un verre au bistrot de Fernand, ancien truand et maquereau, mari de Sophie, fille d'un patron de café. Quand Fernand lui décrit les avanies de la vie maritale, Antoine convaincu s'enfuit. Il part en solitaire faire la croisière grecque prévue pour le voyage de noce. Sur le bateau il rencontre la séduisante Françoise Bricart, alias Sandra Sadon, arnaqueuse professionnelle, qui le charme et finit par le dévaliser ; mais qu'il décide d'épouser. Avant le mariage, il croise Fernand qui vit désormais avec la très riche et plus très jeune Mme Armande. Quant à Julien, à peine entré dans la mairie, il est frappé par un irrésistible coup de foudre pour une jolie brune au doux regard.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le tournage s'est déroulé sur l'île de Rhodes, en Grèce.
  • À noter les apparitions d'Henri Attal en truand et du réalisateur Édouard Molinaro en tant qu'amoureux sur le bateau.
  • Pour les amateurs passionnés de voitures américaines des années 1960 : Bébel, dans le rôle du proxénète repenti, fait une démonstration de manœuvre de la capote d'une magnifique Lincoln Continental modèle 1961. Il ne se fatigue pas beaucoup : la capote est électrique et entre et sort complètement du coffre arrière (qui lui-même a deux sens d'ouverture). Ce modèle est à 4 portes : c'est le seul modèle d'automobile, de (petites) séries de ce type ayant cette spécificité. Aucune autre voiture ayant cette caractéristique n'a jamais été produite avant ou après : décapotable 4 portes avec la capote électrique se rangeant dans le coffre. Ce véhicule appartenait à Georges Garvarentz (beau-frère de Charles Aznavour et compositeur de musiques de films et de chansons (La plus belle pour aller danser). Il a dû la prêter souvent à ses amis du milieu cinématographique : on l'aperçoit dans Le Diable et les Dix Commandements, Le Glaive et la Balance, Les Bricoleurs, etc. Ce modèle est hélas passé tragiquement à la postérité, en version spéciale empattement long : c'est celui dans lequel a été assassiné John Fitzgerald Kennedy
  • Au moment de sa sortie, ce film réunissait une pléiade impressionnante d'acteurs qui étaient aussi connus qu'actuellement et Brialy, Deneuve, Dorléac, Belmondo, Presle, Dubois, Blanche ou Blier avaient déjà tourné des films importants.
  • Francis Blanche, en faux inspecteur de Police, dit à un moment qu'« il ne faut pas toucher au grisbi » comme dans Les Tontons flingueurs sorti un an plus tôt.

Liens externes[modifier | modifier le code]