La Chapelle-Saint-Florent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
La Chapelle-Saint-Florent
Croix de la mairie
Croix de la mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Saint-Florent-le-Vieil
Intercommunalité C.C. du canton de Saint-Florent-le-Vieil
Maire
Mandat
Jean-Claude Bourget
2014-2020
Code postal 49410
Code commune 49075
Démographie
Gentilé Capello-Florentais
Population
municipale
1 333 hab. (2011)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 04″ N 1° 03′ 17″ O / 47.3344444444, -1.05472222222 ()47° 20′ 04″ Nord 1° 03′ 17″ Ouest / 47.3344444444, -1.05472222222 ()  
Altitude 88 m (min. : 7 m) (max. : 102 m)
Superficie 15,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Florent

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Florent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Florent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Florent
Liens
Site web Site de la Chapelle-Saint-Florent

La Chapelle-Saint-Florent est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine du nord des Mauges, la Chapelle-Saint-Florent se situe au sud du Marillais, sur les routes D201, Bouzillé - Botz-en-Mauges, et D152, la Boissière-sur-Èvre[1]. Saint-Florent-le-Vieil se trouve à 4 km[2].

La commune de la Chapelle-Saint-Florent est située sur une entité géographique et géologique (des Mauges) où le paysage prédominant est le bocage.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, 57 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 45 habitants sont tués[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1878 1907 Ernest Arnous-Rivière   Baron, propriétaire
1907 1912 Léon Aillery    
1912 1916      
1919 1928 Léon Aillery    
1928 1940 François Guérif    
1940 1945 René Toublanc    
1945 1965 René Chéné    
1965 1989 Joseph Bourget    
1989 mars 2008 Jacky Bourget PCF Agriculteur
Président de la CC Canton de St-Florent-le-Vieil
mars 2008 en cours
(au 29 mars 2014Identité=Jean Claude Bourget[4])
    Aviculteur

À noter qu'à la suite du décès du maire en septembre 1916, il n'y a pas eu d'élection avant 1919.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du canton de Saint-Florent-le-Vieil[5], elle même membre du syndicat mixte Pays des Mauges.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 333 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 788 750 746 1 105 1 156 1 110 1 119 1 182 1 341
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 372 1 296 1 310 1 265 1 278 1 335 1 359 1 311 1 233
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 195 1 203 1 217 1 080 1 078 1 092 1 057 1 100 1 101
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 131 1 135 1 179 1 186 1 186 1 064 1 090 1 112 1 314
2011 - - - - - - - -
1 333 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,8 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 19 %, 15 à 29 ans = 19,7 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 22 %) ;
  • 49,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19,2 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 18,8 %, plus de 60 ans = 26,1 %).
Pyramide des âges à La Chapelle-Saint-Florent en 2008 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
0,4 
7,4 
75 à 89 ans
11,0 
13,9 
60 à 74 ans
14,7 
20,8 
45 à 59 ans
18,8 
18,6 
30 à 44 ans
20,0 
19,7 
15 à 29 ans
15,9 
19,0 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 81 établissements présents sur la commune à fin 2010, 33 % relèvent du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 14 % du secteur de la construction, 37 % de celui du commerce et des services et 9 % du secteur de l'administration et de la santé[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le moulin à vent de l'Epinay : racheté par la commune en 1985 puis restauré dès 1987, il est doté d'un système très rare en France permettant d'orienter automatiquement les ailes face au vent en permettant la rotation de la toiture : le papillon, ou moulinet d'orientation ; c'est l'un des moulins à vent fonctionnant encore dans le département et ouvert à la visite. Il écrase toujours du froment et du sarrasin grâce à sa paire de meules en silex.
    L'association "Un Village, Un Moulin" s'occupe aujourd'hui de son fonctionnement et de l'accueil des visiteurs en proposant diverses activités tout au long de l'année[11] ;
  • Le cirque de Courossé : c'est un site naturel remarquable qui est classé depuis 1995. L'Èvre y a creusé son lit et mis au jour des affleurements de micaschistes. Le site est entretenu et valorisé par l'association Les Amis du site de Courossé ;

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie,‎ 1965, 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN et BRGM, Géoportail La Chapelle-Saint-Florent (49), consulté le 2 septembre 2012
  2. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de La Chapelle-Saint-Florent (49), consulté le 2 septembre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  3. Port 1965, p. 565
  4. Ouest-France, Jean-Claude Bourget réélu maire, article du 29 mars 2014
  5. Insee, Composition de l'EPCI Canton de Saint-Florent-le-Vieil (244900726), consulté le 12 octobre 2013
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à La Chapelle-Saint-Florent en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012)
  9. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012)
  10. Insee, Statistiques locales du territoire de La Chapelle-Saint-Florent (49), consultées le 18 décembre 2012
  11. Site internet du Moulin à vent de l'Epinay