La Célèbre Grenouille sauteuse du comté de Calaveras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Célèbre Grenouille sauteuse du comté de Calaveras
Image illustrative de l'article La Célèbre Grenouille sauteuse du comté de Calaveras
Publication
Auteur Mark Twain
Titre d'origine The Celebrated Jumping Frog of Calaveras County
Langue Anglais américain
Parution 1865 dans le Saturday Press
Repris en volume en 1867
Recueil Esquisses anciennes et nouvelles (1875)
Intrigue
Genre Conte

La Célèbre Grenouille sauteuse du comté de Calaveras (The Celebrated Jumping Frog of Calaveras County) est un conte de Mark Twain, publié pour la première fois dans une première version en 1865 dans un journal new-yorkais, le Saturday Press, puis repris en volume, le premier de l'auteur, en 1867, et réédité dans les Esquisses anciennes et nouvelles en 1875, accompagné d'une traduction française. Ce conte est l'un des tout premiers de l'auteur, celui par lequel il gagna une reconnaissance nationale et c'est encore aujourd'hui l'un de ses plus fameux.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur rapporte l'histoire que Simon Wheeler lui a contée à propos d'un parieur compulsif nommé Jim Smiley.

À la demande d'un de ses amis, le narrateur rend visite à Simon Wheeler pour lui demander des nouvelles de Léonidas W. Smiley. Le narrateur soupçonne qu'il s'agit d'une blague, d'autant plus que, dès l'évocation du nom de Smiley (nommé Jim), Wheeler, qui a coincé son interlocuteur, commence à lui raconter, sur un ton monotone, une longue histoire burlesque qui ennuie profondément l'auteur.

Jim Smiley est un parieur compulsif, pariant sur les choses les plus incongrues, sur la mort d'une personne comme sur son chien Andrew Jackson, et même sur des oiseaux. Un jour, un étranger est d'accord pour parier 40 dollars que la grenouille de Jim, nommée Dan'l Webster, peut être battue au saut. Pendant que Jim va chercher une grenouille pour son adversaire, celui-ci fait avaler des plombs à Dan qui, alourdie par le poids, ne peut sauter. Jim perd le pari, mais, se rendant compte de la supercherie, il se met à la poursuite de l'étranger.

À ce moment, Wheeler est interrompu, laisse le narrateur quelques minutes qui en profite pour tenter de s'échapper. Mais, alors qu'il part, Wheeley revient, et commence à lui raconter une autre histoire à propos de Smiley qui « avait une vache jaune qui était borgne, et qui n’avait pas de queue, ou presque pas, juste un petit bout long comme une banane, et… ». Dégouté, le narrateur s'en va.

Éditions, réception et polémique[modifier | modifier le code]

Angels Hotel où Twain entendit raconter l'histoire

Twain a donné quelques informations dans son Autobiographie sur la genèse de ce texte. Vers 1865, Artemas Ward donnait des conférences et passa en Californie, et c'est à San Francisco que Twain lui raconta l'histoire de la grenouille sauteuse. Ward lui demanda de l'écrire pour l'inclure dans un livre en préparation. Mais quand Twain en eut terminé la rédaction, le livre était déjà près d'être imprimé, aussi l'éditeur, Carleton, envoya-t-il l'histoire au Saturday Press, un journal qui était près de sa fin, qui la publia le 18 [1] sous le titre Jim Smiley and His Jumping Frog. Le texte devint très populaire et fut rapidement réimprimé dans de nombreux magazines et journaux, ce qui conduisit l'auteur à en faire son premier livre, en y joignant d'autres contes de la même époque[2], livre dont il fut tiré une première édition de seulement 1 000 exemplaires.

James Russell Lowell qualifia le texte de « plus beau morceau d'humour écrit en Amérique »[3], mais Twain était quelque peu déçu par cette réception, car il n'avait pas une très haute estime de la qualité littéraire de son œuvre[3].

Le texte fut traduit en français dès 1872 par Thérèse Bentzon, et publié dans La Revue des Deux Mondes[4]. Cette traduction est célèbre à cause de la réplique sévère qu'elle suscita chez l'auteur[5].

Twain réédita[6] en effet le texte original accompagné de cette traduction française, elle-même retraduite mot à mot en anglais, en conservant la grammaire française. Il voulait montrer que l'humour américain s'était totalement perdu dans la traduction en un français littéraire très éloigné de la tradition américaine du récit oral (tall tale). Twain voulait ainsi marquer la différence qui existe, selon lui, entre les formes d'humour nationales :

« Le conte humoristique est américain, le conte comique est anglais, le conte spirituel, français. L’effet de l’histoire humoristique dépend de la manière dont elle est racontée ; celui de l’histoire comique et de l'histoire spirituelle dépend du sujet[7]. »

Ainsi, pour Twain, le caractère oral de l'histoire, c'est-à-dire, la manière dont elle est racontée, devait-elle absolument être respectée pour en conserver la force humoristique.

Une autre anecdote célèbre à propos de la réception de ce texte est l'adaptation qu'en fit Arthur Sidgwick dans Greek Prose Composition[8], sous le titre The Athenian and the frog, en négligeant d'attribuer l'histoire à son auteur, car il la pensait suffisamment connue de tous. Mais cela fit croire que le sujet était réellement d'origine grecque, impression renforcée par une certaine ressemblance avec les Fables d'Ésope, et Mark Twain lui-même fut près d'y croire, jusqu'à sa rencontre avec Sidgwick en personne, en 1899, qui clarifia la situation. Marc Twain raconte cette anecdote dans l'édition de 1903 du texte[9].

Jumping Frog Jubilee, documentaire et films[modifier | modifier le code]

Chaque année, le comté de Calaveras organise un concours de saut de grenouille, le Jumping Frog Jubilee, en l'honneur de l'œuvre de Mark Twain. Le réalisateur Justin Bookey en a fait un documentaire en 2005, inspiré du conte de Twain, intitulé Jump[10].

La Célèbre grenouille a également été adapté dans deux films portant le même titre, Les Aventures de Mark Twain[11], et dans Best Man Wins[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

Fichier audio
The Celebrated Jumping Frog of Calaveras County (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
  • The Celebrated Jumping Frog of Calaveras County, C.H. Webb, New York, 1867 (édition originale consultable en ligne)
  • Esquisses anciennes et nouvelles, 1875
  • The Jumping Frog: In English, Then in French, Then Clawed Back Into a Civilized Language Once More by Patient, Unremunerated Toil, Harper & Brothers, 1903 (édition avec la première traduction française, retraduite en anglais par Twain)
  • The Writings of Mark Twain, vol. VII : Sketches New and Old, Introduction par Albert Bigelow Paine, Gabriel Wells, New York, 1922 (édition du texte, avec quelques informations sur celui-ci en introduction par Paine)

Traductions et autres[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. Albert Bigelow Paine, The Writings of Mark Twain, vol. VII, Introduction, p. xi.
  2. Cette édition est consultable sur le site Internet Archive : lire.
  3. a et b cf. Albert Bigelow Paine, The Writings of Mark Twain, vol. VII, Introduction, p. xii.
  4. (fr) Thérèse Bentzon, « Les humoristes américains : I. Mark Twain », La Revue des Deux Mondes, vol. 100,‎ 15 juillet 1872, p. 313–335 (314–319) (lire en ligne).
  5. (fr) Emmanuelle Ertel, « « La célèbre grenouille sauteuse », ou Traduire l’Amérique », Poétique de l'étranger, Université Paris VIII, no 4,‎ 2003, p. 36–37 (lire en ligne).
  6. Dans Esquisses anciennes et nouvelles, en 1875, et en 1903, à part : The Jumping Frog. cf. Bibliographie.
  7. (fr) Mark Twain, Comment raconter une histoire.
  8. Greek Prose Composition, p. 116.
  9. cf., en anglais, A Athenian and the frog.
  10. (en) Jump sur l’Internet Movie Database.
  11. (en) The Adventures of Mark Twain (1944) sur l’Internet Movie Database et (en) The Adventures of Mark Twain (1986) sur l’Internet Movie Database.
  12. (en) Best Man Wins sur l’Internet Movie Database.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]