La Burlesque Équipée du cycliste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Burlesque Équipée du cycliste
Auteur H. G. Wells
Genre roman comique
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre The Wheels of Chance
Éditeur J. M. Dent & Co
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Date de parution 1896
Version française
Traducteur Henry D. Davray et Bronisław Kozakiewicz
Éditeur Mercure de France
Date de parution 1908
Lieu de parution Paris

La Burlesque Équipée du cycliste (titre original : The Wheels of Chance) est un roman de jeunesse de H. G. Wells, relatant une randonnée cycliste dans le sud de l'Angleterre durant le mois d'août 1895, dans une veine humoristique comparable à celle de Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome (1889). Il est publié en 1896 par J. M. Dent & Co.

Résumé et contexte[modifier | modifier le code]

Cette comédie raconte les vacances estivales à bicyclette d'un petit employé d'une boutique de confection londonienne. Dans son trajet vers la côte sud, son chemin croise par hasard à plusieurs reprises celui d'un couple étrange qui semble se diriger dans la même direction. Il tombe sous le charme de la jeune fille, prénommée Jessie.

La rédaction du livre date du sommet de la « folie du cyclisme » (1890-1905), lorsque des bicyclettes à la fois pratiques et confortables devinrent pour la première fois largement accessibles à un prix modique, et avant les débuts de l'automobile. L'avènement de la bicyclette met en branle de brusques et profonds changements dans la société anglaise. Les membres de la classe ouvrière sont en mesure de parcourir des distances appréciables, de manière à la fois rapide et peu onéreuse, et l'idée même de voyage pour le plaisir se présente pour la première fois comme une possibilité à des milliers de personnes. Cette liberté nouvelle, touchant un nombre considérable d'individus, commence à fissurer la rigide structure de la société de classes anglaise et donne une impulsion particulière au mouvement existant vers l'émancipation féminine. Dans l'histoire racontée ici, Wells explore ces changements sociétaux.

Intrigue[modifier | modifier le code]

Jupes-culottes de cycliste « rationnelles», ou bloomers (rationals) en vogue au début du XXe siècle, du type porté par Jessie Milton (la jeune Dame en gris) dans le roman.

Le héros de l'histoire, Mr Hoopdriver[N 1],[1], est un assistant drapier employé dans un magasin de tissus dans le quartier londonien de Putney[2]. Le poste qu'il occupe est mal payé et peu valorisant (c'est aussi l'un des métiers que Wells lui-même a brièvement pratiqués). Cependant, il possède sa propre bicyclette et prépare une randonnée cycliste sur la Southern Coast pour ses dix jours de vacances annuelles.

Hoopdriver surmonte les frustrations de son existence quotidienne en s'évadant par l'imagination dans un monde de fantaisie. Il ne fait preuve d'aucun talent pour monter sa bicyclette de 43 livres et à travers sa maladresse transparaissent à la fois les hésitations de Wells lui-même dans sa manière de décrire le système de classes anglais et son regard critique sur cette société. Néanmoins, le personnage de Hoopdriver est traité de manière sympathique : « Mais si vous avez saisi comment un simple calicot, un jocrisse monté sur roulettes, et un sot par dessus le marché, en arriva à percevoir les petites insuffisances de la vie, et s'il a, dans une mesure quelconque, gagné votre sympathie, mon but est atteint »[C 1],[3].

L'aventure estivale de Hoopdriver commence de façon lyrique : « Ceux-là seuls qui peinent six longs jours sur sept et toute l'année durant, sauf une brève mais glorieuse série de dix ou quinze jours d'été, ceux-là seuls connaissent les délicieuses sensations du premier matin de congé. Toute la morne et fastidieuse routine s'éloigne de vous brusquement, vous voyez vos entraves tomber à vos pieds. [...] Il y avait des merles sur la route de Richmond, et une alouette dans le parc de Putney. Tout l'air était rafraîchi de rosée ; et la rosée (à moins que ce ne fussent les restes d'une ondée nocturne) étincelait gaiement sur les feuilles et sur l'herbe. [...] Il conduisait sa machine à la main dans le parc de Putney Hill, et son cœur chantait en lui. »[C 2],[4].

Il fait dès le premier jour la rencontre d'une séduisante jeune fille vêtue de gris qui circule comme lui à bicyclette et porte des rationals (une jupe-culotte de type bloomers)[N 2]. Il n'ose pas engager d'emblée la conversation avec celle qu'il appelle « la Jeune Dame en Gris » (The Young Lady in Grey) mais leurs chemins se croisent ensuite régulièrement. On apprend finalement qu'elle se nomme Jessie Milton, n'est âgée que de dix-sept ans, et qu'elle a fui sa belle-mère vivant à Surbiton, avec la complicité d'un homme plus âgé et sans scrupules, un certain Bechamel (traduit en français par Beauchamp) entre les mains duquel elle risque « la ruine ». Bechamel a promis à la naïve Jessie de l'aider à s'établir dans une vie indépendante mais en réalité n'a d'autre intention que de la séduire. De manière ironique cette fuite a été, en partie, inspirée à la jeune fille par les idées libérales non conventionnelles contenues dans les romans populaires dont sa belle-mère est l'auteur.

ancienne carte postale colorisée représentant une plage anglaise du Sussex vers 1900
La plage d'East Parade à Bognor Regis, entre 1890 et 1900

Presque sans s'en rendre compte, Hoopdriver la tire des griffes de Bechamel et ils poursuivent ensemble leur voyage cycliste à travers le sud de l'Angleterre. Gêné de dévoiler sa situation réelle, Hoopdriver s'invente d'abord des origines sud-africaines et une vie de confort et de richesse jusqu'à ce que la honte l'amène à confesser sa vraie vie. Mais il se montre aussi courageux en administrant une correction à un villageois insolent pour avoir proféré une insulte grossière visant la jeune fille.

Cette rencontre inspire à Hoopdriver le désir de devenir meilleur, en même temps que des sentiments impossiblement romantiques à l'égard de Jessie. Finalement un groupe composé de sa belle-mère, de certains des admirateurs de cette dernière et de son ancienne institutrice parvient à les rattraper. Jessie rentre à la maison et Hoopdriver retrouve la draperie Emporium of Messrs. Antrobus & Co., mais Jessie lui a promis de lui envoyer quelques livres et lui a laissé entrevoir un vague espoir que « d'ici six ans les choses peuvent être différentes »[5].

L'éducation livresque et romantique de Jessie l'a maintenue dans l'ignorance des réalités de la vie, ce qui explique sa crédulité face à la comédie des histoires improvisées, mi-astucieuses mi-ridicules de Hoopdriver sur la vie en Afrique. Mais elle-même a aussi ses propres aspirations à une vie indépendante : « Elle allait vivre sa propre Vie avec emphase » (« She was going to Live her Own Life, with emphasis »[6]. L'intention de H.G. Wells dans La Burlesque Équipée du cycliste pourrait être interprétée comme satirique si la situation de ses personnages n'était pas aussi proche de la propre histoire de l'auteur et de celle de sa seconde femme, Catherine Robbins.

Lieux de l'action[modifier | modifier le code]

La Rufus stone, hameau de Brook, Hampshire, terme du voyage cycliste et de l'idylle de Mr Hoopdriver.

Wells décrit dans son intrigue des lieux réels, et l'on peut suivre sur une carte l'itinéraire complet des protagonistes. Parmi les localités traversées, on peut citer : Ripley (Surrey), Cobham, Guildford, Haslemere, Godalming, Milford, Midhurst, Chichester, Bognor (où, à l'hôtel de la Vigogne (« Vicuna Hotel »), Hoopdriver se porte au secours de Jessie et l'aide à s'enfuir), Chichester Harbour, Havant, Botley (Hampshire), le hameau de Wallenstock (où Hoopdriver venge l'honneur de Jessie), Blandford (où Hoopdriver avoue sa véritable identité à Jessie), Ringwood, Stoney Cross, et la Rufus Stone, une stèle commémorative de la mort de Guillaume le Roux érigée dans le hameau de Brook dans le Hampshire (où Hoopdriver faits ses adieux à Jessie).

Adaptation[modifier | modifier le code]

Le roman a été adapté au cinéma en 1922 par Harold M. Shaw sous le titre The Wheels of Chance avec George K. Arthur dans le rôle de Hoopdriver et Olwen Roose dans le rôle de Jessie.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • La Burlesque Équipée du cycliste, traduction de Henry D. Davray et Bronisław Kozakiewicz, Mercure de France, 1908.
  • Les Roues de la chance, traduction d'Albert Savine et Michel Georges-Michel, Albin Michel, 1926.
  • La Burlesque Équipée du cycliste, traduction de Henry D. Davray et Bronisław Kozakiewicz, Folio n°1560, 1984 (ISBN 2070375609).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Citations du texte original[modifier | modifier le code]

  1. « But if you see how a mere counter-jumper, a cad on castors, and a fool to boot, may come to feel the little insufficiencies of life, and if he has to any extent won your sympathies, my end is attained »
  2. « Only those who toil six long days out of the seven, and all the year round, save for one brief glorious fortnight or ten days in the summer time, know the exquisite sensations of the First Holiday Morning. All the dreary, uninteresting routine drops from you suddenly, your chains fall about your feet. [...] There were thrushes in the Richmond Road, and a lark on Putney Heath. The freshness of dew was in the air; dew or the relics of an overnight shower glittered on the leaves and grass. [...] He wheeled his machine up Putney Hill, and his heart sang within him. »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hoopdriver est un patronyme imaginaire qui signifie littéralement : « celui qui fait rouler un cerceau » : l'effet produit est d'autant plus comique qu'il est ici porté par un personnage un peu niais, qui ne maîtrise pas l'art de rouler sur deux roues. Il pourrait être rendu approximativement en français par « Roulecersot »
  2. Le terme rationals fait référence à une tenue vestimentaire d'avant-garde à l'époque victorienne, préconisée par la Rational Dress Society (Société pour un code vestimentaire rationnel) notamment pour certaines activités sportives chez les femmes. Il donne lieu, au chapitre 5, à un jeu de mots impossible à traduire en français, car cette langue ignore l'emploi du substantif rationnel dans ce sens vestimentaire et oblige en outre à distinguer l'adjectif du substantif : « Strange doubts possessed him as to the nature of her nether costume. He had heard of such things of course, French perhaps. [...] And the things were - yes! Rationals! ». Mot à mot : « Il fut pris de doutes étranges sur la nature de son vêtement du bas. Il avait bien sûr entendu parler de choses semblables. [vêtement] Français sans doute. [...] Et les choses étaient - bien sûr ! Des rationnels ! » (ce qui peut aussi se comprendre en anglais : « les choses étaient - Eh bien oui ! Rationnelles ! », le lecteur pouvant avoir entre-temps oublié à quoi s'applique le terme « chose » (things), extrêmement vague, employé initialement). Davray et Kozakiewicz ont pris le parti de ne pas chercher à traduire cette subtilité en s'éloignant sensiblement du texte original : « ... mais quelle forme bizarre avait donc la jupe ? M. Hoopdriver, étant du métier, avait entendu parler des modèles spéciaux pour dames, - des modèles français, naturellement. [...] Et notre touriste constata soudain que ce représentant du sexe faible portait une jupe-culotte. N'était-ce pas une audace immodeste, indécente même ? »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La burlesque épopée du cycliste (H.G. Wells) - Résumé et Analyse », sur EmpireSF,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  2. H.G. Wells, The Wheels of Chance, Ch. i–iii & xxxv.
  3. H.G. Wells, The Wheels of Chance, Ch. xli.
  4. H.G. Wells, The Wheels of Chance, Ch. iv.
  5. H.G. Wells, The Wheels of Chance, Ch. xl.
  6. H.G. Wells, The Wheels of Chance, Ch. xxxiii.