La Bourse et la vie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Bourse et la Vie

Titre original La Bourse ou la Vie
Réalisation Jean-Pierre Mocky
Scénario Fernand Marzelle
Jean-Pierre Mocky (d'après son idée)
adaptation de Jean-Pierre Mocky et Alain Moury
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Comédie
Sortie 1966
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Bourse et la Vie est un film franco-italo-allemand réalisé par Jean-Pierre Mocky, sorti en 1966.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pelepan se voit dans l'obligation d'« emprunter » une somme importante à l'immobilière Bertin dont il est l'un des plus sérieux collaborateurs. Avec le marseillais Migue et l'alsacien Schmidt, deux collègues de bureau de Toulouse, le roublard Pelepan décide d'apporter cet argent à Paris où ils doivent le remettre aux frères Robinhoude. Mais le hasard malicieux voudra qu'à partir de Limoges, les uns et les autres se trompent de train, créant ainsi de nombreuses situations autant cocasses que dramatiques. Après de nombreux chassé-croisés ferroviaires, le trio se retrouvera à Paris mais pas encore au bout de ses peines.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Il s'agit de l'unique collaboration entre Fernandel et Jean-Pierre Mocky, de même pour Mocky et Marcel Aymé, qui a écrit les dialogues du film. Aymé avait ardemment défendu le film de ce dernier Un couple, qui avait maille à partir avec la censure.[réf. nécessaire]

Robert Lamoureux devait jouer dans le film, mais fut remplacé par Jean Poiret, familier de Mocky.[réf. nécessaire] Lors de sa sortie en salles en avril 1966 en France, le film a connu un échec public et critique. Mais en Italie, La Bourse et la Vie connaîtra un excellent accueil et un relatif succès en Allemagne, dû à la présence de l'acteur allemand Heinz Rühmann.[réf. nécessaire]

Fernandel a accepté de tourner La Bourse et la Vie car Bourvil, ami proche du comédien et de Jean-Pierre Mocky, a dit du bien du réalisateur avec lequel il a tourné des succès tels qu'Un drôle de paroissien et La Grande Frousse et qu'il tenait en haute estime.[réf. nécessaire]

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour le magazine Télé 7 jours, La Bourse et la Vie comprend « de bons dialogues, quelques gags, le talent de Fernandel… Et pourtant… À voir éventuellement »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 jours n° 1374, du 27 septembre au 3 octobre 1986, p. 82

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]