La Bigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Bigne
L'église Saint-Marcouf.
L'église Saint-Marcouf.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Aunay-sur-Odon
Intercommunalité Communauté de communes Aunay-Caumont-Intercom
Maire
Mandat
Patrick Duchemin
2014-2020
Code postal 14260
Code commune 14073
Démographie
Gentilé Bignetons
Population
municipale
201 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 43″ N 0° 43′ 14″ O / 49.0119444444, -0.72055555555649° 00′ 43″ Nord 0° 43′ 14″ Ouest / 49.0119444444, -0.720555555556  
Altitude Min. 152 m – Max. 266 m
Superficie 3,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
La Bigne

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
La Bigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bigne

La Bigne est une commune française, située dans le Bocage virois, dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 201 habitants[1] (les Bignetons).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord du Bocage virois, dans le Pré-Bocage, désignation récente, sorte de seuil du Massif armoricain. Son bourg est à 7,5 km à l'ouest d'Aunay-sur-Odon, à 11 km au sud-ouest de Villers-Bocage et à 12 km à l'est de Saint-Martin-des-Besaces[2].

Le point culminant (266 m) se situe en limite sud, près du lieu-dit les Hiettes, sur une pente qui culmine à 325 m sur la commune d'Ondefontaine voisine. Le point le plus bas (152 m) correspond à la sortie de l'Odon du territoire, au nord-est. La commune est bocagère.

Communes limitrophes de La Bigne[3]
Jurques Jurques, Saint-Georges-d'Aunay Saint-Georges-d'Aunay
Jurques La Bigne[3] Saint-Georges-d'Aunay
Jurques Ondefontaine Saint-Georges-d'Aunay,
Ondefontaine

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Bigne, Labunia en 1035-1037, Buignes en 1208, La Buigne en 1371[4] : le toponyme serait issu du latin tardif bunia, « bosse », « butte »[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1996 en cours Patrick Duchemin[6] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 201 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2]. Au premier recensement républicain, en 1793, La Bigne comptait 450 habitants, population jamais atteinte depuis.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450 312 322 321 327 318 316 309 307
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
294 281 278 249 264 251 237 228 225
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
210 214 214 194 172 187 175 175 162
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
179 154 132 154 162 172 182 183 201
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  5. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253247-9), p. 72
  6. a et b Réélection 2014 : « La Bigne (14260) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er mai 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. a et b Léon Guibourgé, Étampes ville royale,‎ 1957 (lire en ligne), chap. VI-2 (« Le Petit Saint-Mars »), p. 208

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :