La Belle et la Bête (film, 2014)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir La Belle et la Bête

La Belle et la Bête

Réalisation Christophe Gans
Scénario Christophe Gans
Sandra Vo-Anh
Acteurs principaux
Sociétés de production Eskwad
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre fantastique
Sortie 2014
Durée 112 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Belle et la Bête est un film fantastique français écrit et réalisé par Christophe Gans, sorti en 2014.

Il s'agit d'une adaptation du conte La Belle et la Bête de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve, publié en 1740.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Walter Crane, illustration pour La Belle et la Bête, 1874.

France, 1810. Un riche marchand se retrouve ruiné après la perte de son commerce suite au naufrage de ses navires. Il s’exile à la campagne avec ses six enfants, dont la plus jeune, Belle, douce et généreuse. Perdu dans une tempête de neige lors d'un éprouvant voyage, le marchand se réfugie dans un château fantastique. En voulant cueillir une rose pour Belle, il est condamné à mort par le maître des lieux, la Bête.

Se sentant responsable du sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Mais contre toute attente, la Bête mélancolique laisse vivre la jeune femme et lui permet de s'installer à son aise dans son château. Ils se retrouvent chaque soir, à l'heure du dîner, et apprennent à se découvrir. Belle repousse les avances de son hôte et tente de percer les mystères de son domaine féérique. Elle découvre l'histoire tragique d'un Prince arrogant et ombrageux, transformé en monstre pour un horrible crime[1]. Alors que le château est convoité par Perducas, mauvaise fréquentation de l'un de ses frères [2], Belle va ouvrir son cœur et tenter de sauver la Bête de sa malédiction.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En 2011, la rumeur parle d'une nouvelle adaptation cinématographique du conte La Belle et la Bête, vingt ans après le classique d'animation des studios Disney. Le nom du réalisateur mexicain Guillermo del Toro et de la comédienne Emma Watson sont évoqués[8].

Au même moment en France, Christophe Gans termine d'écrire un ambitieux scénario en collaboration avec l'écrivaine Sandra Vo Anh, à la fois basé sur le texte original de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve et rendant hommage au classique de 1946 réalisé par Jean Cocteau. « Je décrirais ce film comme une nouvelle vision de cette célèbre histoire d'amour mais aussi comme la première vraie adaptation du texte original », déclare le cinéaste à Variety. « Il faut savoir que Cocteau avait adapté un court texte qui était avant tout destiné à l'éducation française des enfants anglais du XVIIIe siècle. Du coup, je me suis tourné vers le conte écrit vingt ans auparavant (…) »[9]. « La difficulté, je crois, vient du fait que la version Cocteau et la version Disney (que je n’aime pas) ont imposé des éléments qui ne sont pas dans le conte de Madame de Villeneuve mais qui sont désormais ancrés dans l’inconscient collectif (...) Avec ma version, j’entends apposer une grille de décodage plus contemporaine, avec des réflexions sur l’écologie ou encore sur les classes sociales, surtout en cette période de crise économique. Une part importante du film est consacrée à la chute sociale du marchand, à l’invasion de sa maison par des huissiers. Le remède à une pareille situation ? L’amour et l’imagination. Des valeurs qui ne coûtent rien et qui ne sont pas imposables ! »[10]

Le film, produit par Richard Grandpierre et sa société Eskwad, est annoncé au Festival international du film de Berlin[11].

Le film est inspiré par l’œuvre de Hayao Miyazaki « parce qu'ils sont bâtis sur un système de valeurs humaines, écologiques, civilisationnelles, les œuvres du maître japonais ont su transcender les barrières culturelles et représenter pour le public international la quintessence du sentiment féérique », déclare Christophe Gans à Variety[12]. « Avec ce film, je veux lâcher mon imagination. Bien que je veuille conserver la narration de ce conte intemporel, avec ses personnages et son rythme, je vais surprendre le public en créant un tout nouvel univers jamais exploré auparavant et produire des images d'une qualité sans précédent. Chacun de mes films a été un défi, mais celui-ci sera, de loin, le plus excitant et gratifiant »[13].

« Ce n'est pas la version de Cocteau ni de Disney, il a voulu repartir du conte original, qui était en fait une métaphore sur la fin de l'aristocratie », explique Vincent Cassel sur RTL[14].

La Belle[modifier | modifier le code]

Concernant Léa Seydoux dans le rôle de Belle : « Léa a un côté têtu, frontal, qu'on a complètement versé dans le personnage. Lors de notre première rencontre, elle était lumineuse alors que dans la plupart des films, elle a tendance à tirer la gueule. J'ai trouvé ça très intéressant à exploiter. » explique le réalisateur[15].

Le rôle du père de Belle a d'abord été donné à Gérard Depardieu, avant de revenir à André Dussollier[16] : « Gérard Depardieu, qui devait le jouer, nous a fait faux bond deux semaines avant le début du tournage. Il a fallu réagir vite […]. Léa et André se sont très bien entendus et ont trouvé une façon de suggérer leur proximité par des échanges de regards. C’est venu naturellement, sans insistance de ma part. Le résultat est très beau à l’écran »[17].

Sara Giraudeau et Audrey Lamy incarnent Anne et Clotilde, les sœurs de Belle[18]. Eduardo Noriega interprète Perducas, mauvaise fréquentation de l'un des frères, qui va affronter la Bête[19].

La Bête[modifier | modifier le code]

Christophe Gans dirige à nouveau Vincent Cassel, onze ans après Le Pacte des loups. Le comédien interprète le rôle du Prince transformé en Bête. « A partir du moment où je voulais un casting français, qui d'autre pouvait jouer la Bête à part Vincent Cassel ? Un prince de la Renaissance, arrogant, à la fois romanesque, cyclothymique, un peu Barbe bleue sur les bords, qui va commettre un crime irréparable et tomber amoureux d'une jeune fille ? (...) » déclare le réalisateur[20]. « Dans mon film, l’histoire du Prince transformé en bête occupe une bonne part du métrage. J’ai également recentré l’histoire sur Belle, ce personnage qui quitte son statut de petite fille amoureuse de son papa pour celui d’une femme capable d’aimer un homme, quelle que soit son apparence »[21].

« Quand Patrick Tatopoulos, qui avait la charge de concevoir la Bête, m’a demandé à quoi je voulais qu’elle ressemble (...) je lui ai dit qu’elle devait être le symbole d’un empire qui vit ses derniers jours. Or, le symbole de l’Empire le plus répandu à Paris, c’est le lion. J’ai donc dit à Patrick : "Notre Bête, c’est le lion du Denfert-Rochereau" »[22].

La Bête prend vie grâce à la technologie de la Performance capture, évitant ainsi les longues heures de maquillages : « Dans le costume que nous avons créé pour Vincent, on retrouve un condensé de tout ce que j’aime dans le fantastique classique : le Fantôme de l’Opéra, le comte Dracula, le héros défiguré de Phantom of the Paradise… Les monstres de cinéma doivent être de belles créatures »[17]. L'acteur décrit le tournage du film comme étant « une expérience exceptionnelle. Je n'avais encore jamais travaillé avec un corps de bête où je suis censé faire 400 kilos. Apprendre à donner vie à ce personnage, c'était très intéressant […] »[23].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film débute le 5 novembre 2012 dans les Studios de Babelsberg à Potsdam (dans la banlieue de Berlin). « L’avantage de ce studio à Babelsberg, c’est que la salle de montage se trouve à vingt mètres du lieu de tournage. À la pause déjeuner et le soir, je visionnais les assemblages des scènes de la veille. S’il manquait un plan, on pouvait réagir aussitôt. C’est un luxe insensé qui nous a permis de finir en cinquante-sept jours »[17].

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale est composée par Pierre Adenot[24] [25]. Le générique de fin, Sauras-tu m'aimer ?, est chanté par Yoann Fréget, gagnant de la Saison 2 de The Voice[26].

No Titre Durée
1. Il était une fois un riche marchand
2. Perducas
3. Dans la tourmente
4. Le château de la Bête
5. Tadums
6. Le rosier
7. Départ chez la Bête
8. La princesse et les lucioles
9. Premier repas
10. Cache-Cache
11. La biche
12. Une autre valse
13. Sur le lac gelé
14. Revenez papa chéri
15. Chasse et mort de la princesse
16. Le danger
17. Pillage
18. Dieu de la forêt
19. Perducas contre la Bête
20. Épilogue

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques presse[modifier | modifier le code]

France Télévisions salue « une grande aventure visuelle, démonstrative d’un savoir-faire français de haute volée (…) Christophe Gans joue pour beaucoup de sa puissance illustrative, comme dans ses autres films. Un pouvoir, une forces visuelle qui renvoient à ses références majeures que sont les films de Mario Bava et du cinéma d’action asiatique, de Tsui Hark notamment (…) »[27].

Le Nouvel Observateur commente « une version épique et survoltée (…) "une love story transgressive", où passe l'ombre de Miyazaki et celle de Mme Leprince de Beaumont »[28].

Pour Libération, « Christophe Gans déploie comme à son habitude un grand numéro d’artificier obsessif, d’artisan brillant, mais aussi d’enfant prolongé, encore sincère dans sa façon de s’abandonner à ses pulsions scopiques »[29].

Pour Le Figaro, « on se plaît à trouver, dans un double discours plus symbolique, la tension sexuelle propre à tous les contes, à travers une représentation métaphorique du désir »[réf. souhaitée].

Selon Mad Movies, « la générosité dont fait preuve Gans emporte tout sur son passage et les ambitions romanesques de La Belle et la Bête anoblissent le cinéma français »[30].

« À la croisée des chemins entre merveilleux, fantastique et aventure, ce film divertissant n'égale pas la hauteur de ses ambitions », note Les Fiches du cinéma[31].

« Le réalisateur du Pacte des loups échoue à susciter l’émotion, délivrant un film creux, poussé à la surenchère pour des raisons commerciales » pour aVoir-aLire.com[32].

Sortie nationale[modifier | modifier le code]

La sortie est fixée au 12 février 2014, selon le producteur Richard Grandpierre[33].

Box-office[modifier | modifier le code]

Lors de sa première semaine d'exploitation en salle, le film La Belle et la Bête a enregistré 658 553 entrées en France, se classant à la seconde position du Box-Office français, derrière la comédie Les Trois Frères : Le Retour (avec 1 112 863 entrées). Le nouveau film de Christophe Gans est considéré comme ayant réalisé un bon démarrage[34]. Le film a été vendu dans de nombreux pays[35] et doit faire 3 millions d'entrées pour être rentable[36].

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Drapeau de la France France 1 824 476 entrées[37] 8 avril 2014 8
Drapeau de l'Italie Italie 722 601 entrées[38] 18 mars 2014 3
Drapeau de la Russie Russie 284 000 entrées[39] 9 avril 2014 1
Drapeau de l'Espagne Espagne 157 000 entrées[39] 9 avril 2014 3
Drapeau de la Belgique Belgique 72 000 entrées[40] 1er avril 2014 5
Drapeau de la Suisse Suisse 25 232 entrées[41] 15 avril 2014 9
Monde Monde 3 841 269 entrées[42] 1er juin 2014 13

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Metronews - Les dessous d'un casting de rêve
  2. Gans commente les photos de La Belle et la Bête
  3. « "La belle et la bête", le tournage a débuté », sur planete-cinephile.com
  4. http://www.cineuropa.org/it.aspx?t=interview&l=en&did=252484
  5. http://www.imdb.com/title/tt2316801/releaseinfo?ref_=tt_ql_9
  6. http://www.unifrance.org/film/34226/la-belle-et-la-bete/distribution?sort.property=dateSortie&page=0&sort.ascending=true
  7. L'acteur, étant d'origine espagnole et ne parlant que très peu français, a été doublé pour le film.
  8. La Belle et la bête avec Emma Watson se confirme TF1
  9. Allociné
  10. Salon Littéraire
  11. Cinemateaser
  12. Anonyme, « Christophe Gans dirige "la Bête" Vincent Cassel et "la Belle" Léa Seydoux », sur AlloCiné,‎ 10 février 2012 (consulté le 5 décembre 2013)
  13. Anonyme, « Vincent Cassel et Léa Seydoux : Une relecture grandiose de La Belle et la Bête », sur PurePeople,‎ 10 février 2012 (consulté le 5 décembre 2013)
  14. Stéphane Boudsocq, « Vincent Cassel sera la Bête dans la nouvelle version de "La Belle et la Bête" », sur RTL,‎ 25 mars 2013 (consulté le 5 décembre 2013)
  15. Metronews - Les dessous d'un casting de rêve
  16. Maximilien Pierrette, avec Le Parisien, « "La Belle et la Bête" : Depardieu out, Dussollier in ! », sur AlloCiné,‎ 22 novembre 2012 (consulté le 5 décembre 2013)
  17. a, b et c Gérard Delorme, « Christophe Gans commente les photos de La Belle et la Bête », sur Première,‎ 15 juillet 2013 (consulté le 5 décembre 2013)
  18. PurePeople
  19. Free Actualité
  20. Metronews - Les dessous d'un casting de rêve
  21. Salon Littéraire.com
  22. Salon Littéraire.com
  23. Romain Le Vern, « Vincent Cassel : "Je suis attiré par la violence au cinéma" », sur TF1 News,‎ 8 mai 2013 (consulté le 5 décembre 2013)
  24. Pierre Adenot compose pour La Belle et la Bête
  25. Cinezik
  26. Ados.fr
  27. Culturebox
  28. Le Nouvel Observateur sur Allociné
  29. Libération
  30. Mad Movie.com/
  31. Les Fiches du cinéma
  32. aVoir-aLire
  33. Anonyme, « La Belle et la Bête », sur Pathé International,‎ 2012-2013 (consulté le 5 décembre 2013)
  34. Allocine.fr ; "Box-office France : retour gagnant pour les Inconnus !" Consulté le 28 février 2014.
  35. http://www.unifrance.org/film/34226/la-belle-et-la-bete/distribution
  36. http://www.cineuropa.org/it.aspx?t=interview&l=en&did=252484
  37. JP-Boxoffice.com ; page du film "La Belle & la Bête" Consulté le 26 juin 2014.
  38. Cinetel.it Consulté le 23 mars 2014.
  39. a et b Box-office Mars 2014 sur Unifrance.org, consulté le 1er mai 2014.
  40. B.O international mars 2014 sur Unifrance.org, consulté le 12 avril 2014.
  41. Procinema.ch Consulté le 03 avril 2014.
  42. Total cumulé des entrées France sur Jpbox-office et des entrées dans le monde sur « Box-office français dans le monde - Mai 2014 », sur Unifrance (consulté le 29 juin 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

La Belle et la Bête sur Commeaucinéma