La Bataille du rail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Bataille du rail

Scénario René Clément
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film dramatique
Sortie 1946
Durée 90 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Bataille du rail est un film français de René Clément, sorti en 1946.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ce film retrace la résistance des cheminots français pendant la Seconde Guerre mondiale et les efforts de ces derniers (sabotage) pour perturber la circulation des trains pendant l'occupation nazie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film, sorti alors que la France était en guerre en Indochine contre les indépendantistes, a été très vite retiré des salles ; en effet, il montrait, entre autres, comment les Résistants sabotaient des lignes de chemin de fer. Techniques mises en œuvre ensuite par le Việt Minh contre l’armée française.
  • Dans la scène d'ouverture du film, la voix sur les quais annonce la gare de Chalon-sur-Saône. En fait, la scène a été tournée en Gare de Saint-Brieuc.
  • La scène du déraillement du train militaire allemand roulant à courte distance (« serré sur les signaux ») derrière le train blindé Apfelkern[2] a été tournée à la sortie de la gare de Tregrom dans les Côtes-d'Armor, en direction de Rennes, sur un remblai qui enjambe le fleuve le Léguer (48°36'18N - 3°24'56O). Pour la scène, le train roule à contrevoie. La scène a été réalisée sans trucage, c'est un vrai train qui est lancé dans la vallée.
  • Les munitions utilisées pour les scènes de bataille sont de vraies balles, les munitions réelles étant plus faciles à trouver que les munitions à blanc.
  • Lors du tournage, le wagon transportant le camion servant d'atelier de sonorisation du film se dérobe du convoi de tournage, part à la dérive sur une voie en pente, franchit les sept passages à niveau non fermés vers Lannion, malgré les tentatives infructueuses des cheminots de le ralentir sur des voies de garage en gare de Lannion, le wagon finit sa course en brisant un butoir, franchissant le mur de la gare et s'écrasant à près de 70 km/h sur la place du marché de Lannion et tout cela miraculeusement sans blessé à déplorer[3].
  • Les locomotives que l'on peut voir dans le film sont entre autres les locomotives à vapeur 5-140 G 436, 231 H 566, 140 D 234, 030 A 629, 030 A 755, 141 C 133 et la locomotive électrique 4-BB 173. On peut voir également des grues à vapeur sur rail de 32 t et 50 tonnes de charge maximum.
  • En sélection officielle au Festival de Cannes 1946. Grand Prix Festival de Cannes 1946. Prix du Jury Festival de Cannes 1946.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]