La Barberina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Barberina par Antoine Pesne
(vers 1745)

Barbara Campanini, dite la Barberina (parfois la Barbarina), est une danseuse italienne née à Parme le 7 juin 1721 et morte à Barschau (Basse-Silésie) le 7 juin 1799[1].

Elle se forme à la danse dans sa ville natale et paraît pour la première fois en 1732 devant Charles VI. Elle arrive à Paris en 1739 et danse à l'Académie royale de musique, notamment dans Les Fêtes d'Hébé de Rameau, profitant de la retraite temporaire de Mlle Camargo et du prochain départ de Mlle Sallé.

Elle se produit ensuite au Covent Garden de Londres et à Dublin, puis revient à Paris en 1743, où elle rencontre le ministre plénipotentiaire du roi de Prusse Frédéric II, qui l'invite à Berlin, dans la troupe dirigée par le maître de ballet Jean-Barthélemy Lany. Elle quitte la scène en 1749, remplacée par la Pantaloncina.

Elle fut la maîtresse du prince de Carignan, du comte d'Arundel, du duc de Durfort et, prétend-on, de Frédéric II lui-même. Casanova l'a admirée à Sanssouci et Antoine Pesne et Charles Van Loo l'immortalisèrent par des portraits restés célèbres.

Renommée pour ses pirouettes et ses entrechats huit, elle surpassa la Camargo par sa technique.

Elle a fait l'objet d'une biographie écrite par Jean-Jacques Olivier (Une étoile de la danse au XVIIIe siècle : La Barbarina Campanini, 1721-1799, 1910) et d'un film réalisé par Carl Boese (Die Tänzerin Barberina, 1920) d'après un livre d'Adolf Paul.

Note[modifier | modifier le code]

  1. La notice qui lui est consacrée dans l'édition Bouquins d'Histoire de ma vie de Casanova (1993, vol. III, p. 1070) donne le 7 mai.

Lien externe[modifier | modifier le code]