La Bégude-de-Mazenc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Bégude-de-Mazenc
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Dieulefit
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Dieulefit
Maire
Mandat
Marc-André Barbe
2014-2020
Code postal 26160
Code commune 26045
Démographie
Gentilé Bégudiens
Population
municipale
1 554 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 42″ N 4° 56′ 11″ E / 44.545, 4.9363888888944° 32′ 42″ Nord 4° 56′ 11″ Est / 44.545, 4.93638888889  
Altitude Min. 158 m – Max. 481 m
Superficie 23,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
La Bégude-de-Mazenc

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
La Bégude-de-Mazenc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bégude-de-Mazenc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bégude-de-Mazenc

La Bégude-de-Mazenc est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

Les habitants sont les Bégudiens (Mazenquois avant 1894).

Géographie[modifier | modifier le code]

La Bégude-de-Mazenc est située à environ 15 km de Montélimar. Entre vallée du Rhône et Provence, elle marque l'entrée du Pays de Dieulefit et de la Drôme Provençale.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

En plus du village principal, la commune comporte plusieurs hameaux : Chateauneuf de Mazenc, le Barbier, le Sage, les Mourettes, Boulagne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le nord et le centre de la commune sont ouverts et plans, sur les vallées du Vermenon et du Jabron. Seul la colline de Châteauneuf-de-Mazenc, au nord-est du village, domine la plaine, à une altitude de 354 m.

Le sud est plus vallonné, avec la partie ouest des contre-fort des « Rochers de la barre de fer », allant à 458 m d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune arrosée par le Jabron, qui traverse le village, ainsi que par le Vermenon, et son affluent, le Bramefaim[1] et sous affluent, le « Ruisseau du Mourgon »[2], au nord de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communications[modifier | modifier le code]

Le village de La Bégude-de-Mazenc est accessible par la route départementale RD 540, entre La Bâtie-Rolland, à ouest, et Le Poët-Laval, à l'est. La RD 9, du nord au sud, relie Charols au nord et Aleyrac au sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bégude vient de l'occitan Beguda (participe passé substantivé de beure « boire »)[3] et signifie L'endroit où on boit, généralement avant un gros effort, comme une côte à gravir[4]. Ce n'était alors qu'un hameau de Châteauneuf-de-Mazenc. Le village prend son nom de La Bégude-de-Mazenc en 1894.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Bégude-de-Mazenc est une ancienne plate-forme des Templiers, qui fut ruinée en 1320. Plus récemment, le village, qui s'appelait alors simplement La Bégude, servait d'arrêt aux diligences.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1944 Henri Goubert    
1944 1953 Albert Pons    
1953 1971 André Chautard    
1971 1988 Jacques Portal    
1988 1989 Monique Lallemand    
1989 2001 André Chabaud    
mars 2001 mars 2008 Jackie Peysson    
mars 2008 en cours Marc-André Barbe[5]    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 554 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 357 1 260 1 367 1 537 1 698 1 715 1 796 1 929 1 931
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 930 1 956 1 883 1 900 1 860 1 692 1 597 1 545 1 538
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 517 1 524 1 348 1 230 1 121 1 119 1 120 1 040 1 001
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 029 980 904 1 021 1 053 1 205 1 395 1 421 1 554
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La Bégude-de-Mazenc dépend de l'académie de Grenoble. Les élèves débutent leur scolarité à l'école primaire communale. Les collégiens vont à Cléon-d'Andran[8].

Santé[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Les commerces alimentaires de proximité sont présents sur la commune, avec deux boulangeries, deux boucheries, deux vendeurs de légumes, une épicerie[9]. Des services annexes sont également proposés, comme coiffeurs, salons de beauté ou fleuriste[10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

  • Bureau de Poste[11].

Cultes[modifier | modifier le code]

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Transports publics[modifier | modifier le code]

Un service de ramassage scolaire est mis en place pour les écoliers et les collégiens[14]. La ligne n° 35 reliant Montélimar à Valréas, via Dieulefit dessert quotidiennement La commune[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Sébastien de La Bégude-de-Mazenc.
  • Château Loubet, maison forte médiévale du Mas reconstruite au XVIIe siècle, résidence du président de la République Émile Loubet en 1905
  • Châteauneuf-de-Mazenc, enceinte médiévale avec porte et beffroi du village restauré au XXe siècle :
    • Vestiges du château fort médiéval détruit à la fin des guerres de religion,
    • Église Saint-Pierre (XIIe, XVe et XVIIe siècles),
    • Chapelle du Mont Carmel (XIIe siècle).
  • Temple protestant : situé rue Aristide-Briand. Il a été édifié en 1861. C'est un édifice rectangulaire simple avec clocher ajouré, en façade.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Émile Loubet, né le 30 décembre 1838 à Marsanne (Drôme), mort le 20 décembre 1929 (à 90 ans) à Montélimar (Drôme), est un homme d'État français, président de la République française (18 février 1899 - 18 février 1906) sous la Troisième République. Il donnera à la ville un château et son parc immense avec un lac (sa résidence secondaire) et une fontaine au centre du village, aujourd'hui il a laissé son nom au château au parc à la fontaine et à la place du marché « place Émile-Loubet ».

Blasonnement ou Héraldique[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du Bramefaim sur le site du SANDRE
  2. Fiche du Mourgon sur le site du SANDRE
  3. Jacques Astor, Dictionnaire des noms de famille et noms de lieux du Midi de la France, Éditions du Beffroi,‎ 2002, p. 119.
  4. Jean-Paul Clébert et Jean-Pierre Rouyer, La Durance, Toulouse, Privat, coll. « Rivières et vallées de France »,‎ 1991 (ISBN 2-7089-9503-0), p. 83.
  5. La Bégude-de-Mazenc sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 13 novembre 2014).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. scolarité
  9. commerces d'alimentations
  10. Commerces annexes
  11. l Poste
  12. paroisse catholique
  13. temple protestant
  14. ramassage scolaire
  15. transport en commun

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis,‎ 2004, 192 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :